Invraisemblable : trois militaires attaqués au couteau à Nice

Dans le cadre du plan Vigipirate, dans le centre-ville de Nice (Alpes-Maritimes), devant un immeuble qui abrite l'antenne locale du consistoire juif et une radio juive, ce mardi 3 février après-midi, trois militaires patrouillaient tranquillement, le cœur en paix, l’esprit rempli de projets, Jusque là, quoi de plus normal ! Ce qui ne l’est plus du tout,  c’est tout-à-coup l’attaque menée par un homme, armé d’un couteau « à grande lame » sur les trois militaires.  Deux ont dû être pris en charge par les services de secours sur le lieu de l'agression. Leur pronostic vital n'est pas engagé, une chance pour eux et leurs familles. 

Expliquez-moi comment se fait-il que ces trois militaires n’aient pu anticiper ce geste ?  Pourquoi n’ont-ils pas réagi ? À quoi servent-ils s’ils ne peuvent se défendre tout seuls ? Ont-ils pour consigne de ne pas réagir face à l’agresseur et éventuellement de se laisser saigner comme des porcs ? N’ayons pas peur des mots : ils n’étaient pas là pour parader, mais pour affronter éventuellement toute agression ! Autre question : tous les miliaires que l’on voit déambuler devant des lieux supposés dangereux ont-ils été formés pour répondre à ce type d’agression ? Leur attaquant présumé, un certain Moussa, a été arrêté. Que va-t-on en faire, après son interrogatoire ?  Le remettre en liberté et lui donner envie de recommencer, mais cette fois, avec d’autres résultats qu’une blessure au bras pour l’un et une autre au visage pour le deuxième militaire ? Cet exemple ne va-t-il stimuler d’autres « Moussa », si un châtiment exemplaire n’est donné ? Que va dire Madame TAUBIRA, dont le silence assourdissant nous effraie ! Sur quels dossiers travaille-t-elle ? Est-elle en vacances prolongées ?  

Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête. C’est déjà une première étape. Mais à quoi sert le dispositif Vigipirate si trois militaires se laissent intimider aussi facilement ? Évidemment, ils ne pouvaient se servir de leurs armes, sans risquer une bavure ? Des cris d’orfraie pas des défenseurs des droits de l’homme. Il faut d’abord être tué pour envisager de se défendre ? Voilà une situation qui mérite vraiment une réflexion…

Solange Strimon

PS : à l’heure où nous postons cette information, nous ne disposons pas d’autres éléments !

Commentaires  

#6 PELLIER Dominique 05-02-2015 08:13
BRAVO A MILITAIRE! qui peut en effet dire que quelqu'un que vous croisez dans la rue n'a pas envioe de vous faire la peau, pouvez-vous le distinguer ? A moins d'avoir des dons de divination. Honneur aux militaires, ceux qui sont morts pour nous et ceux qui veillent sur nous. Ne crachons pas dans la soupe, ou bien mettons-nous à leur place !!
Citer
#5 Pascal Cambon 04-02-2015 17:17
Chère Solange,

Vous posez de bonnes questions. La réalité, c'est que le déploiement de militaires n'a pas d'autre but que celui de rassurer la population. Il faut bien avoir à l'esprit que s'ils patrouillent avec leur fusil d'assaut, ils ne peuvent pas en faire usage pour riposter. Les chargeurs sont emballés dans un sachet en plastique, remisés dans des sacoches porte-chargeurs fermées. Plus clairement, pour les néophytes, il faut au moins 10 à 15 secondes pour que l'arme soit prête à tirer. Autant dire qu'en cas d'attaque sérieuse il y aura des morts parmi nos soldats, livrés à la vindicte des barbus sans avoir véritabelement la capacité de défendre leurs vies et les nôtres.

Autre point important, l'analyse que fera la justice en cas de riposte. Car à l'heure actuelle, en l'état du droit et de la jurisprudence, les premières victimes de la vision biaisée de la légitime défense ce sont les membres des forces de l'ordre. La peur de se retrouver sur le banc des accusés est telle, que beacoup préfèrent ne pas agir, risquant de fait leur peau et celle de leus collègues, plutôt que de finir accusés et souvent condamnés. C'est devenu une sorte de réflexe acquis, presque pavlovien. J'en veux pour preuve ce qui s'est passé aux abords de l'imprimerie où les frères Kouachi s'étaient retranchés. L'alerte sur leur planque a été donnée par une patrouille de la brigade territoriale de la Gendarmerie. Une patrouille passait aux abords, et elle a été attaquée par les deux frères. Les échanges de tirs ont été nourris, et un des frères à été légèrement blessé au cou, il est tombé au sol. Le gendarme aurait dû continuer le tir pour l'achever, mais il ne l'a pas fait. Compte tenu de la façon dont est appréhendée la légitime défense en France par notre belle justice, il aurait eu toutes les chances de se retrouvé condamné. Je ne dis pas que c'est ce qui serait passé, compte tenu de la nature des faits reprochés, mais le réflexe acquis a été plus fort que la raison et le simple bon sens.
Citer
#4 AudeLys 04-02-2015 11:23
Bien dit Solange. Vous avez entièrement raison. Personnellement j'en arrive même à me demander si les armes de nos militaires sont approvisionnées et s'ils ne sont pas là que pour servir de caution morale pour la zélite qui nous gouverne et de fusibles entre les terroristes et leurs victimes potentielles.
Normalito 1er et Manuel gaz nous serinent sans arrêt que nous sommes en GUERRE contre le terrorisme. Hors, dans une guerre, il y a usage des armes. Sauf qu'apparemment celles de nos soldats sont (rendues?) inoffensives.
Citer
#3 PELLIER Dominique 04-02-2015 08:04
Madame qui ?????
On instaure le plan vigipirate et tant pis pour nons soldats qui y sont engagés!!! Voilà bien ce que le république honnie fait de ses enfants, elle les laisse se faire tuer et décore leur cercueil une fois celui-ci fermé !!!! HONTE, honte à la république.Je le dis toujours, elle tue ses propres enfants !!!!!!
Citer
#2 Benoît Legendre 03-02-2015 23:40
Je trouve particulièremen t inquiétant le manque de réaction de la part de nos soldats... Pour avoir été pendant dix ans sous-officier de réserve (entre autre chef de groupe combat), on m'a toujours appris (et j'ai essayé de faire apprendre) que face à une attaque, il fallait 1) se protéger, 2) riposter (si tels sont les ordres), 3) se déplacer et rendre compte... Je crains que nos soldats ne servent de cibles à tous les détraqués islamistes qui se promènent librement dans nos rues ! L'impéritie, le mépris, l'incroyable manque de réaction de nos décideurs politiques est l'évidente preuve de leur incommensurable lâcheté criminelle, ça devient pire que les reculades des gouvernants de la IIIe devant la montée du nazisme dans les années trente...
Vive l'armée française ! vive le roi !
Citer
#1 militaire 03-02-2015 23:27
Je crois que vous ne connaissez rien de la sécurité et de l'armée.
Avant de critiquer l'armée cultivez vous! Bien sûr que nous sommes former et que nous pouvons agir mais lorsque vous vous baladez dans la rue, êtes vous capable de remarquer si votre voisin a une arme blanche ou non??
Un militaire sacrifiera toujours sa vie pour protéger celles de ses concitoyens!
Arrêtez de faire des écrits pareils!
Faites un VIGIPIRATE pendant ses moments et après vous pourrez écrire!!
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan