Acte terroriste au siège de Charlie Hebdo : la France en danger

L’impensable s’est produit. La France est en état de choc. Le plus violent des attentats terroristes et le plus significatif vient de se produire. Nous sommes sous le choc des révélations qui ont été données ce mercredi 7 janvier en fin de matinée. Au siège du magazine satirique Charlie Hebdo dans le 11e arrondissement de Paris, trois hommes expérimentés, trois professionnels d’attentat, ont tué des journalistes qui représentaient la liberté d’expression de notre pays et deux policiers placés dans cet immeuble pour protéger les lieux. Que l’on apprécie ou non ce média n’est pas la question. Au moment où nous postons ce billet, le bilan provisoire donné par les autorités gouvernementales fait état de douze morts et neuf blessés.

Nous nous associons à la douleur des familles, des amis, des sympathisants de Cabu, Charb, Tignous et Wolinski, des policiers et de toutes les autres victimes qui ont été abattus de sang froid. Nous leur présentons nos plus vives et sincères condoléances.  Nous ne parvenons à imaginer que ces hommes, nous ne les verrons plus. Nous reviendrons ultérieurement sur les personnalités de chacun. Nous sommes effondrés par cet acte lourd de conséquences et tragique dans la démesure de l’exécution de ces hommes. La France vient de subir de plein fouet la haine et la barbarie des auteurs de ces actes. Inutile d’en rajouter pour ce jour. Aujourd’hui, nous pleurons et confions à Dieu l’âme de toutes ces victimes. Que Dieu ait pitié de la France.

Solange Strimon

Commentaires  

#13 Dofiar 10-01-2015 09:21
Je viens de découvrir la chanson écrite pendant le JT du 7 janvier par M. J.-B. Bullet, notaire, en hommage aux victimes de "Charlie Hebdo", et je me permets, car elle est émouvante, de la signaler sur « Vexilla Galliae » Elle est chantée sur l’air d’ « Hexagone », de Renaud. Mise en ligne sur le compte Facebook de J.-B. Bullet à 14 heures jeudi, soit 24 heures après l'attentat, la vidéo a été vue près de 6,7 millions de fois. Les internautes sont conquis puisque le titre a été « liké » par près de 157 000 personnes et partagé 536 000 fois...

Moi aussi je suis Charlie et policier, et, depuis la tuerie de Vincennes, je suis aussi juive

https://www.youtube.com/watch?v=-bjbUg9d64g
Citer
#12 AudeLys 09-01-2015 16:35
Je partage pleine vos propos car la liberté n'a pas à être attaquée pour quelque raison que ce soit. Et hier, comme vous demandiez "de ne pas en rajouter pour ce jour", je vous ai écouté.
Mais aujourd'hui, je voudrais dire que je ne pleure pas ces journaleux haineux de notre religion, dont la passion première était de nous cracher à la figure dès qu'ils en avaient l'occasion. Aaaaaaaaaah ! c'était si facile de s'en prendre à ces cons de cathos. Mais hier, ils auront appris, le temps que les balles ne les atteignent, qu'avec les adeptes du chamelier pédophile, il en va tout autrement.
Bien évidemment, je ne m'en réjouis pas. Mais c'est ainsi. Quant à la zélite-politico -merdiatique-ga uche-marakkech qui nous gouverne, je voudrais lui rappeler ceci : "L'islam, c'est l'islamisme au repos. L'islamisme, c'est l'islam en action". Ce n'est pas de moi, mais il s'agit bien d'une vérité. Que les Français se réveillent, bon sang !
Citer
#11 André Laugier 09-01-2015 14:55
LE CRAYON ET LA... GOMME
Poème hommage

Mon arme était crayon : il avait belle mine ;
Je le taillais sans cesse en pointe de l'esprit.
Il dessinait l'Humour, du monde la vitrine,
Jamais méchant pourtant : seul du drôle nourri.

Perspective du cœur allant à l'essentiel,
Dans un pays de droit, contre la violence,
Mes dessins n'ont jamais été haine ou bien fiel,
J'esquissais de la vie toute la Tolérance.

Les traits de mes croquis ne méritaient la gomme
Qui a éradiqué mon légendaire amour
De la vie, du sourire, et que l'homme consomme :
Mourir de rire, hélas, est mon triste parcours.

La Liberté, là-haut, sera pour moi immense,
Et taillant mon crayon dans un ciel étoilé,
J'ébaucherai encor toute cette démence
Illustrant mes carnets dans un fusain zélé.

ANDRÉ LAUGIER
Poète, essayiste, humoriste.
Citer
#10 Denis BOSSARD 09-01-2015 13:21
Je suis Catholique, royaliste et je travaille dans un domaine lié à la sécurité intérieure, autant dire qu'aux yeux des Wolinski et consorts, je suis le prototype du réac' facho qu'ils haïssent, et bien moi, messieurs ! tout comme mes congénères, nous ne vous avons pas tué, parce que la vie humaine, même la vôtre, a une valeur supérieure à nos convictions. Vos assassinats m'attristent et je joins mes prières à celles de vos proches (si tant est qu'ils prient). Je pense également aux deux policiers et aux autres victimes de ce crime.
Si je devais titrer cette épitaphe, je la nommerai dans votre style : "Bal tragique à Charlie Hebdo, 12 morts !"
Citer
#9 MICHAEL ADAM 09-01-2015 09:15
« Le temps du sang, le temps des larmes !! »
J’ai vu beaucoup de vidéos, beaucoup. Sur ce qui se passe en Syrie,sur ce qui se passe en Irak, sur les fous de Dieu tirant sur les fils deDieu, ses filles ou ses enfants, plus de 90 % des victimes étant elles-mêmes musulmanes. J’ai vu ces images où les « contractors » américains liquidaient de sang-froid des civils, hommes, femmes et enfants, j’ai vu ces images de drones et de dommages collatéraux.J’a i vu ma dose de massacre et à chaque fois, c’est une immense envie de vomir, c’est une immense envie de pleurer face à ces haines qui dévorent l’humanité.
Hier,j’ai vu cette vidéo où un policier est abattu d’une rafale de kalach en plein Paris. J’ai vu ces images où l’homme en treillis noir de commando se rapproche. J’ai entendu ce policier dire « c’est bon chef » au terroriste qui allait l’achever. Les derniers mots d’un mort.Aucun amour là-dedans. Aucune pitié. Aucune piété. La haine à l’état pur. Pourtant ce policier était avant tout un homme.Un homme au service de ses concitoyens. Alors aujourd’hui je pleure.
Je pleure pour cet homme.
Je pleure pour sa famille.
Je pleure pour ses enfants.
Je pleure pour notre pays, notre nation et son peuple.
Je pleure pour tout ce sang qui sera versé et qui,
quelle que soit la couleur des victimes, coule toujours rouge et sèche de la même manière sur les routes.
Aujourd’hui je pleure, mais je suis aussi en colère.
En colère contre des dirigeants qui nous mentent aussi bien économiquement, politiquement que socialement.
En colère car leur incurie nous rapproche chaque jour un peu plus de l’abîme et cet abîme, ne vous y trompez pas, sera collectif là encore quelle que soit votre couleur de peau, votre origine, votre religion ou votre « communauté » d’appartenance.
En colère contre l’euthanasie généralisée de la pensée étouffée par un politiquement correct devenu aussi fou qu’à la belle époque de l’Union soviétique.
En colère contre notre incapacité collective à poser les mots sur nos maux non pas pour stigmatiser tel ou tel mais pour apporter des solutions à nos problèmes avant que nos problèmes nous apportent les plus grands malheurs.
D’ailleurs, en économie, il n’y a personne à stigmatiser à part peut-être les banquiers… Et dans ce domaine, pas plus qu’ailleurs, nous ne sommes capables de poser les mots.
Nous préférons l’humiliation en imaginant éviter les haines.
Nous aurons l’humiliation et les haines.
J’ai toujours averti de l’immense montée de ces tensions.
Averti et mis en garde sur les dangers que cela fait peser sur l’unité de notre pays. Je pleure d’avoir raison. Je pleure mes amis, je pleure de
voir aujourd’hui ce que j’ai vu, et je pleure encore plus de savoir que ce n’est que le début de la fin et le crépuscule de la paix.
Je pleure pour cet homme, je pleure pour toutes les autres victimes,massac rées, exécutées.
Je pleure de voir les Français tuer les Français
car c’est sans doute cela qu’il s’est passé pour la première fois en ce 7 janvier 2015.
Souvenez-vous du 7 janvier 2015. Date funeste d’un destin que beaucoup ne veulent plus commun. Souvenez-vous et pleurez.
Je pleure le temps du sang et le temps des larmes qui vient.
Mais je vais rire, rire en pleurant bien évidemment.
Cabu, illustrateur de mon enfance, est décédé ainsi que d’autres dessinateurs. Je n’ai pas votre talent, loin de là. J’écris mais je ne sais pas dessiner. J’aimerais vous rendre hommage, hommage à ma
manière, hommage en riant, et je suis sûr que vous auriez ri car vous aimiez l’humour noir. Vous auriez ri car la liberté c’est pouvoir rire de tout même si ce n’est pas avec tout le monde et même si certains
> dessins ne m’ont pas fait rire. L’humour c’est le dernier rempart de la liberté. Le dernier droit à penser librement.La liberté ne se négocie pas.
« Charly Hebdo recrute dessinateurs caricaturistes aimant l’humour noir.4 postes à pouvoir. »
Hélas, vous n’êtes plus là pour illustrer de tels propos…
J’en pleure, j’en pleure et, finalement,même en essayant très fort je n’arrive plus à rire…
Citer
#8 PELLIER Dominique 09-01-2015 08:08
Notre France est sous le choc de cette chose sans nom. Si nous nous disons chrétiens, ne cédons pas même à l'envie de vengeance toute normale. A Dieu seule la vengeance. Prions pour la France, seulement
Citer
#7 Grasser Viviane 08-01-2015 19:09
Oui, toute la France est sous le choc !!! Ce qui s'est passé est gravissime, mais il n'est pas question de céder une once de terrain à ses barbares abjectes.
La France restera la France, un pays de liberté, n'en déplaise à ses assoiffés de sang.
OUI, CHARLIE VIVRA !!!!!
Citer
#6 André Laugier 08-01-2015 10:38
Je suis amer et affligé.
Je suis triste, mes Ami(e)s, comme certainement vous tous, Poètes qui appartenez comme moi à cette catégorie de gens pour lesquels la liberté d'expression et ce supplément d'âme qui nous met au bout de la plume, est aujourd'hui en deuil. Des hommes et des femmes qui ont choisi par goût personnel de s'exprimer par la plume ou par le dessin pour véhiculer au pays de la liberté leurs idées et l'humanité qui est la leur, viennent de tomber sous les balles d'immondes assassins. Dans notre société la liberté d'interprétatio n et de parole est un espace ouvert à tous. Je suis consterné par cet attentat terroriste qui a visé des journalistes et des dessinateurs de presse qui ne faisaient qu'exprimer leur attachement au service de leurs convictions, attentifs aux mouvements de l'Histoire et du monde dans lequel nous vivons.

Je suis d'autant plus atterré par ce déchainement de haine et de violence que dans "LE BAZAR DÉTENTE", j'ai souvent posté des dessins humoristiques de CHARB, CABU, TIGNOUS, et WOLINSKI. Ces talentueux dessinateurs croquaient l'actualité depuis des années. Quelle lâcheté de s'en prendre à des gens de la presse satirique au nom de je ne sais quel Dieu qui n'est que le diable dans l'esprit de ces tueurs.

Hélas, notre gouvernement porte une part de responsabilité car, comme vient de l'exprimer un analyste, spécialiste de la criminalité organisée et du terrorisme, aux plus hautes sphères de l'État on savait que des armes de guerre rentraient en masse sur notre territoire depuis quelques années. Trop de laxisme et de palabres malgré les menaces réelles qui pesaient sur notre territoire. Et à présent les hommes politiques se disent abasourdis... Notre Président va nous dire ce soir au "20 heures" que la justice doit être implacable.

Moi, je dis, et je ne dois pas être le seul à le penser, que si ces assassins sont arrêtés, il devrait y avoir une loi d'exception rétablissant la peine capitale pour ces individus. Que va-t-on faire ? Leur donner des avocats, les mettre en prison, attendre un long procès ? C'est encore la société qui va prendre en charge des gens qui ne méritent pas de vivre. Comment peut-on imaginer un seul instant que devant un Tribunal il y ait des gens de loi qui puissent défendre des barbares venant de commettre un tel acte ?

Eux, quand ils égorgent nos ressortissants ou des otages étrangers, ils ne font pas de procès. Ils décident et ils exécutent. Il serait peut-être temps de revoir les codes poussiéreux et mielleux de la VRAIE justice.
Citer
#5 ARMENANTE 08-01-2015 07:25
RIP
A méditer = Deux Très grands journalistes =
-« Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie » Albert Londres
-« Il n’est pas un crime, pas un truc, pas un sale coup, pas une escroquerie, pas un vice qui ne perdure sans le secret qui l’entoure. Exposez ces faits au grand jour, décrivez-les, attaquez-les, ridiculisez-les dans la presse et, tôt ou tard, l’opinion publique les chassera. Informer n’est peut-être pas la seule chose nécessaire mais c’est une chose sans laquelle toutes les autres démarches resteront vaines » Joseph Pulitzer
Citer
#4 Benoît Legendre 07-01-2015 23:04
Au risque de choquer, je fais la distinction entre l'acte perpetré par des assassins aveuglés par la haine, et la disparition de quelques personnes qui, depuis des années, n'ont pas cessé de nous cracher dessus, de mépriser notre drapeau, d'insulter notre Eglise, de vomir leur mépris imbécile et sectaire avec une grossièreté outrancière. Je ne pleurerai pas la disparition des Cabu, Wolinski, Charb et consorts, ils n'ont que trop longtemps méprisé la liberté en nous affligeant la vue et l'esprit avec leurs dessins obscènes et vulgaires ! Que Dieu ait leurs âmes, si néanmoins ce terme élevé avait un sens pour eux...
L'essentiel, à mes yeux, n'est pas Charlie hebdo et tout le lamentable et grotesque cirque médiatique orchestré par Mimolette 1er, Manu le catalan et leurs nervis de la presse aux ordres ! Si j'avais un mât des couleurs, j'arborerai notre drapeau en berne en l'honneur des policiers tués, mais JAMAIS pour Charlie Hebdo ! Non, l'essentiel, c'est de faire comprendre que nous payons le prix de 50 ans de renoncement, d'abandon des valeurs, du lâche et imbécile renoncement de la grandeur de la France et du respect qui lui est dû ! L'autorité et le respect des profs, le service national (sous la forme militaire ou non), le bon sens commun pour le bien commun, tout cela a été jeté aux orties ! On en voit le résultat...
Les agresseurs étaient, j'en suis sûr, des gaulois bien blancs complètement paumés, sans repères, recrutés et intoxiqués par les barbares qui eux, savent parfaitement qui ils sont, ce qu'ils font et pourquoi ils le font...
Quand est ce que nos "responsables" politiques vont enfin cesser leurs prêchi-prêchas larmoyants et ridicules, qui sont finalement la preuve de nos faiblesses et de notre impuissance ?
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan