Catherine Frot dans « Marguerite » : exceptionnelle !

Le film « Marguerite » vient de sortir et pour le metteur en scène Xavier Giannoli, ce sera carton plein. L’histoire se passe dans les années 20, une époque où pour une certaine élite tout brillait d’or et d’argent. Les costumes sont magnifiques, tellement authentiques. Quelle merveilleuse folle époque ! L’actrice principale est émouvante, d’une telle richesse dans l’expression, d’une telle émotion, d’un tel talent, qu’il est difficile de ne pas retenir ses larmes quand elle chante… faux, effroyablement si faux qu’on a envie de se boucher les oreilles tant sa voix est stridente. 

Il s’agit de l’histoire vraie, mais très revue et corrigée, de l’Américaine Florence Foster Jenkins, qui chantait faux, mais à qui on faisait croire qu’elle était une immense cantatrice. Tous les acteurs de ce film sont remarquables. Ne citons que les principaux : André Marcon (le mari), Michel Fau (le professeur de musique), Christa Théret (la jeune chanteuse) et Denis Mpunga (homme de confiance, pianiste, chauffeur, etc.).

Personne n’ayant osé dire à Marguerite Dumont, la richissime épouse d’un baron, qu’elle chantait faux, celle-ci poursuit sa carrière en donnant des récitals privés au profit des orphelins de la Grande Guerre, avec une sincérité qui étouffe presque le spectateur. Elle croit en elle en chantant ses grands airs d’opéra, puisque le Tout-Paris vient à ses très somptueuses réceptions et qu’elle exerce sa voix plusieurs heures par jour. Même un célèbre professeur de musique Pezzini, qui vient lui donner quelques cours,  et qui en découvrant la voix de Marguerite dans le fameux air de Chérubin des Noces de Figaro, résiste au choc comme il peut… en trouvant sa voix « intéressante ». Quant au mari, conscient qu’elle ne vit que pour le chant, qu’elle est d’une grande fragilité, il devient au fil des séquences un personnage touchant.

Xavier Giannoli explique sur ce film en costumes qui dynamite l’académisme : « J’aime les personnages à idée fixe, les obsessionnels, car ils entraînent tout le film dans leur mouvement. Marguerite vit une passion, dans tous les sens du terme. Elle chante divinement faux et on sent qu’elle exprime un besoin rageur de vivre. Elle incarne aussi quelque chose d’unique, de perdu : la passion désintéressée pour l’art. Hélas, la passion ne valide pas le talent, cela n’a rien à voir. »

Catherine Frot évoque ce film et ce rôle, si différents des autres rôles de sa carrière : « Xavier Giannoli sait dépeindre des personnages insaisissables, toujours en quête de leur identité profonde. Des gens qui vivent souvent dans une illusion et, de ce fait, sont en danger. » C’est un mélodrame tellement drôle qu’il en devient tragique. »

J’ai plus qu’aimé ce film somptueux, même si les airs d’opéra chantés si faux peuvent blesser. À voir absolument ! Ce film donne toute la dimension de l’hypocrisie : comment ne pas entrer dans le jeu d’une richissime baronne (titre « donné » par son mari) et ne pas continuer à l’encourager pour obtenir ses grâces et sa protection. Magnifique illustration du pouvoir de l’argent ! Et de la vanité des hommes !

Solange Strimon

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

11/05 | 3ème Pèlerinage légitimiste au Puy