À la santé du « Roi au-delà de la mer » !

On ne présente plus Monsieur Jean Raspail* : il est écrivain, journaliste, aventurier, explorateur mais aussi et surtout chantre d'une certaine France, une France éternelle, celle des clochers de campagnes, mère de grands hommes et de valeurs traditionnelles.

Monsieur Raspail a aussi de certaines convictions politiques et c'est ainsi qu'il a pu expliquer être royaliste par « raisonnement » et défend une « incarnation du pays » dans la personne du roi*.

Le Roi au-delà de la mer, publié en 2000, est un livre parlant précisément de cette France-là et constitue une piste de réflexion pour tout royaliste. La trame du roman est une uchronie dans laquelle le prince hériter des « quarante Rois de France » décide de quitter sa vie mondaine et de disparaître en un coin reculé de l'Écosse afin de perdurer ce que l'auteur appelle le « royaume invisible » qui est un « élan de l'âme » et constitue le fondement de la pensée royaliste. Par la suite, monsieur Raspail met en scène les différentes manières par lesquelles le Prince retournera en son « royaume visible ».

Ce livre plaira à tous les royalistes car l'auteur a su – intelligemment – s'adresser au Prince sans le nommer véritablement. Son Prince n'est ni Jean, ni Louis mais Philippe VII Pharamond, nom qu'il avait déjà donné à son Prince dans le roman Sire. Ainsi, monsieur Raspail s'évite les sempiternelles polémiques dynastiques et orléanistes comme légitimistes pourront lire ces pages sans grincer des dents.

C'est aussi un livre historique car sont évoqués plusieurs épisodes de l'Histoire de France et de Grande-Bretagne pour illustrer les propos de l'auteur. Le nom même du livre fait écho à l'histoire des Stuarts et le roi destitué Jacques VII d'Écosse. Ce dernier dut s'exiler à la cour de Louis XIV et ses partisans écossais avaient pris l'habitude de signifier secrètement leur attachement à leur roi face à l'usurpateur de Londres. Ainsi, à chaque fois qu'il fallait porter un toast au Roi, les écossais n'oubliaient pas de porter leur verre au dessus d'une carafe d'eau en hommage à leur « Roi au-delà de la mer ».

Ce livre est en réalité ni plus ni moins qu'un manuel romanesque pour un retour de la monarchie. Un manuel dans la mesure où monsieur Raspail tente d'expliquer comment la France peut revenir à ses anciennes traditions royales et romanesque car différentes versions sont développées pour illustrer ce retour du Prince.

Elles sont au nombre de deux : la version soft dans laquelle le Roi, aidé de quelques fidèles, organise une action d'éclat sur quelques îles bretonnes pour se faire connaître des Français et qu'il est disposé à rétablir le « royaume visible ». La seconde est la version hard : le Roi et sa garde décident de prendre possession d'une île et de défendre avec les armes ce petit bout de terre qui constitue désormais le royaume de France.

Mais pour monsieur Raspail, ces deux versions ne valent rien sans un certain prérequis : le sacré. À juste titre, l'auteur écrit que c'est l'onction divine, plus que l'héritage qui faisait les rois de France, « pas de Dieu, pas de Roi ». Et c'est là que le bât blesse, notre société n'a plus aucune perception du sacré. La laïcité républicaine et le modernisme ont gommé, arraché, toute transcendance au sein de la société civile.

Ce prérequis du sacré pour un retour du Roi sur son trône est le cœur de ce livre et c'est en définitive la chose à retenir pour tout royaliste : si nous voulons de nouveau sacrer un Roi en la Cathédrale de Reims, il faut auparavant réapprendre le sens de cette onction.

Enfin, il ne faut pas oublier que ces hypothèses de retour royal ne peuvent se faire que si le Prince s'exile et qu'il se décide à faire vivre la grandeur de sa personne.

En attendant, je ferai comme les fidèles écossais, je lèverai mon verre au dessus d'un verre d'eau...

À la santé du Roi au-delà de la mer !

Edgard Comte

 

http://jeanraspail.free.fr/divers18.htm

https://www.youtube.com/watch?v=zEvQplS9IEo

Commentaires  

#2 Xavier 23-07-2015 13:25
Justement la question : d'où viendra le roi de France? Comme l'histoire de France relève du surnaturel, nous n'en savons rien.
Nous devons nous ranger derrière la bannière du Christ qui est Roi de France et non derrière celle d'un prince. Ce qu'il y a de certain, c'est que ce ne sera pas un prince dont la famille ou lui même a fait alliance avec la synagogue. Si tel était le cas, son règne ne durera que l'espace d'un instant...
Des signes particuliers seront donnés au moment choisi par le créateur aux fidèles du roi qui doit venir.
En attendant, je lève mon verre de Vin Gris de Joigny au dessus d'un verre d'eau, à la santé du Grand Monarque.
Citer
#1 PELLIER Dominique 23-07-2015 08:02
Je ne conçois personnellement pas de roi en FRANCE sans que celui-ci ne soit préalablement oint et ait reçu le sacrement du sacre, car le roi de FRANCE est, de facto, lieutenant de Dieu, seul maître APRES Dieu de la FRANCE et des FRANCAIS, cela me semble évident. Non pas comme en Belgique ou en Espagne où le roi prête seulement serment devant la constitution de son royaume à laquelle il est normalement supérieur, au moins chez nous.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan