« La richesse des pauvres » aux Philippines : un livre surprenant

Il s’agit d’un livre inattendu (éditions rue de l’échiquier) qui ouvre une porte sur l’espérance d’une vie meilleure là où tout semble perdu et qui a été présenté récemment à Lyon avec le plus grand succès.  "En tagalog, dialecte philippin, " Gawad Kalinga " signifie " prendre soin ". Fondée en 2003 par Tony Meloto (1), l'ONG Gawad Kalinga (GK) s'est fixé pour objectif de sortir de la pauvreté 5 millions de foyers philippins d'ici 2024. Sa stratégie : construire des logements, allouer des terres cultivables aux plus démunis, donner à manger à ceux qui ont faim. Nulle question de charité ici : il s'agit de bâtir sur le long terme une relation partenariale avec chaque personne, qui retrouve ainsi dignité et estime de soi. Le leitmotiv de GK est " walang iwanan ", n'abandonner personne. C'est ce que l'organisation enseigne à ses bénéficiaires : s'entraider dans les moments difficiles, pour s'épanouir en tant que communauté résiliente et unie grâce à des valeurs partagées.

De nombreuses multinationales sont partenaires de l'ONG : Shell, Unilever, Accenture, Air France-KLM, HSBC, Microsoft, P&G, Nestlé, Hyundai. Ces entreprises financent les villages et apportent les fonds pour amorcer diverses activités, selon une stratégie de croissance inclusive qui concilie rentabilité et progrès social. 2 400 villages autosuffisants ont été créés, où vivent près d'un million de personnes. En parallèle, une quinzaine d'entreprises sociales ont été lancées dans toutes sortes de secteurs, des jouets au fromage en passant par les cosmétiques ou le chocolat, permettant à d'anciens habitants de bidonvilles de trouver un emploi."

Croire en ses propres richesses requiert d’un changement de mentalité : Tony Meloto, qui était récemment à Lyon pour défendre ses projets, en est convaincu : les Philippines sont un pays qui n’a aucune excuse pour rester pauvre. C’est un territoire riche en ressources. « Nous avons 12 millions d’hectares fertiles prêtes à être cultivées et néanmoins 18 millions de philippins ont des problèmes d’alimentation. 99% des nos produits laitiers sont importés et 85% de nos chocolats proviennent de pays qui n’ont pas un seul cacaotier sur leur territoire alors que le climat des Philippines est idéal pour la production des meilleures fèves de cacao ! Clairement, nous n’avons pas su jusqu’à présent administrer correctement cette terre fertile pour permettre à tous de bien y vivre et éviter par là-même l’exil à l’étranger de plus 12 millions de personnes, qui enrichissent par leur travail des pays qui le sont déjà ! »

« Pour profiter de ces atouts et ressources naturelles, il faut redonner une dignité et une fierté à ce peuple qui s’est laissé enfermer dans une mentalité d’esclave pendant des siècles ! » : c’est le principal enseignement d’un homme qui s’est laissé « se réinventer lui-même » au contact des plus pauvres. Gawad Kalinga : construire des communautés pour éradiquer la pauvreté
En 2003, fort de cette expérience avec les pauvres, l’ancien businessman fonde l’ONG Gawad Kalinga où il applique les principes de l’entreprise. « Giving the best to the least  », ce qu’il y a de meilleur pour les plus petits, signe un style de travail alliant professionnalisme et générosité. En moins de dix ans, l’organisation est devenue le plus grand mouvement par et pour les philippins avec 1 million de bénéficiaires dans 2.000 villages. 25.000 bénévoles réguliers participent aux différentes actions qui mobilisent ponctuellement jusqu’à 1 million de volontaires chaque année !

Le défi à relever est ambitieux : débarrasser le pays de la pauvreté d’ici 2024 en aidant 5 millions de foyers à retrouver leur dignité. Un sacré challenge, mais des partenaires plus que motivés pour parvenir aux résultats. Un livre intéressant à découvrir pour être convaincu que tout est possible. Bravo Tony Meloto !

Solange Strimon

(1) Fils d’enseignant, Tony Meloto  eu une brillante carrière professionnelle dans son pays : cadre dirigeant chez Procter & Gamble puis créateur d’entreprises. Crise de sens et fort questionnement sur les inégalités dans son pays, l’amènent à s’engager dans l’association Couples for Christ (CFC). Il cherche les conditions d’une croissance pour tous. C’est avec cet organisme qu’il part à la rencontre des jeunes délinquants de Bagong Silang, le plus grand bidonville de Manille au nord de cette mégalopole de 12 millions d’habitants.

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement