Il y a cent cinquante ans, la bataille de Sadowa engageait l’Europe dans l’âge de tous les dangers

Le 3 juillet 1866, la bataille de Sadowa engageait l’Europe dans l’âge de tous les dangers

       Les historiens ont souvent répété que la victoire de l’armée prussienne sur l’armée autrichienne, le 3 juillet 1866 à Sadowa, avait résonné en France, « comme un coup de tonnerre dans un ciel serein ». Mais on en pressentait les incidences plutôt qu’on ne les mesurait. Bien qu’ainsi mis en face de l’absurdité de sa politique étrangère, Napoléon III, déclarait, six mois plus tard, lors de la rentrée du Corps législatif : «  Un grand peuple comme le nôtre n’a rien à craindre de l’unification de l’Allemagne. »  Il est vrai que soixante-dix ans plus tard, Léon Blum, chef du gouvernement français clamait à l’envie qu’Adolf Hitler n’avait d’autre souci que la paix en Europe. Et l’acceptation, par la France, de l’éviction de l’Autriche de l’Allemagne après Sadowa ressemble furieusement à l’abandon français à Munich en 1938. Et bien que la sidération se situe souvent à la hauteur de l’imprévision, il est cependant rare en politique étrangère que les leçons de l’Histoire soient sérieusement méditées. Ainsi au moins de la France de Napoléon III comme de celle de la Troisième république.

    En vérité c’est l’étonnement provoqué par Sadowa qui est étonnant. Pour au moins trois raisons.

   En premier lieu, la Prusse n’était plus depuis longtemps une puissance moyenne ou secondaire, notamment sur le plan militaire : elle l’avait abondamment démontré lors de la guerre de Sept-Ans, infligeant notamment à la France de Louis XV l’humiliante défaite de Rossbach, le 5 novembre 1757 suivie, un moins plus tard, de l’écrasement de l’armée autrichienne à Leuthen. En outre, en dépit d’Iéna et de Auerstaedt, simples parenthèses durant l’intermède napoléonien, la Prusse avait, plus que tous les autres royaumes, profité de l’écroulement de celui-ci, portant dès 1814 sa frontière occidentale sur le Rhin.

   En deuxième lieu, la Prusse, engagée dans une lutte contre l’Autriche pour la suprématie en Allemagne – sorte de « concours de longs capots » dirait-on de nos jours – sans véritable intérêt ni enjeu sauf à faire plaisir à des dirigeants momentanés persuadés d’inscrire ainsi leur nom dans l’Histoire, ne camouflait rien de ses ambitions continentales, Bismarck se plaisant même à les afficher publiquement et à se gausser de l’absence de réaction des grands États européens, dont la France. Le roi Guillaume n’était pas en reste, déclarant déjà en 1862, lors d’un séjour à Londres : « Quand notre armée sera assez forte, je saisirai la première occasion pour liquider notre différend avec l’Autriche, dissoudre la Confédération germanique et doter l’Allemagne de l’unité nationale sous la conduite de la Prusse. » On ne pouvait être plus clair.

  Enfin, la guerre austro-prussienne, engagée le 23 juin 1866 avait rapidement démontré la supériorité militaire de la Prusse qui, après quelques échecs sans conséquences, avait remporté, en Bohême, trois victoires simultanées, à Skatlitz, Soor-Burkersdorf et Münchengrätz. Le propre de la guerre est que tout belligérant détient une chance sur deux d’être vaincu. Cette simple probabilité arithmétique devrait logiquement dissuader le perdant de regarder sa défaite comme une catastrophe inattendue. Le moyen le plus sûr de l’éviter est de ne pas faire la guerre. Mais l’optimisme guerrier des États demeurerait longtemps incorrigible.  

   Dont celui de l’empire d’Autriche en ce début du mois de juillet. Son armée avait réussi à éviter la déroute et à conserver des positions qui lui laissent quelque espoir. Campés sur des hauteurs émergeant, ont écrit les témoins, «  de champs de blés mûrs et de collines boisées », garantis par une artillerie solidement concentrée, 200 000 austro-hongrois attendaient fermement l’assaut de seulement 120 000 Prussiens. Et, comme à Waterloo pour Napoléon, le début de la bataille tourna à l’avantage des Autrichiens. Jusqu’à ce que, comme à Waterloo, arriva comme Zorro un renfort de 100 000 hommes, l’armée du prince royal de Prusse, Fréderic-Guillaume. Dès lors, la bataille bascula et se transforma en désastre pour l’Autriche, déplorant plus de 20 000 morts et blessés, autant de prisonniers, la perte de presque toute son artillerie et une retraite qui ressemblait fort à une débâcle.

   Dès lors, comme l’écrirait le lucide Prévost-Paradol dans La France nouvelle (1869) « C’est depuis ce jour que la France et la Prusse ont été lancées l’une contre l’autre, comme deux trains qui, partant de points opposés et éloignés, seraient placés sur une même voie par une erreur funeste. »

   Ayant su se garantir la neutralité de la Russie, encore marquée par le mauvais souvenir de la guerre de Crimée, et profitant de l’aveuglement, momentané mais encore aujourd’hui difficilement compréhensible, de l’Angleterre victorienne au temps de l’alternance entre Gladstone et Disraeli, Bismarck s’était totalement délié les mains et mettait fin, sans que personne n’osât le contester vraiment, au système d’équilibre et de concertation européenne instauré entre 1814 et 1818 à travers la sainte-Alliance et l’Alliance des  « cinq grands. »

   Dans l’écriture de Sadowa on pouvait non seulement relire celle de Waterloo mais aussi déjà celles de Sedan, de la Marne, de Munich et de juin 1940. Ou « de la clairvoyance des Bonaparte. »

Daniel de Montplaisir

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 14 mai 2017
« La République, ça s'hérite ! »

26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan