Marie-Antoinette pour sauver l’église Sainte Rita

Pour protéger l'Eglise Sainte Rita laissons une Reine et Martyre y entrer !

Il convient de défendre Sainte Rita pour trois raisons

- une raison patrimoniale : faut-il laisser détruire le patrimoine par les promoteurs immobiliers et les financiers ?

- une raison spirituelle : Sainte Rita est l'Eglise des animaux et des causes désespérées.

- une raison artistique : jouer Marie- Antoinette de Yves-Marie Adeline

 

Sauver l’église Sainte Rita (Paris XV) par l’occupation artistique

À propos du projet

L'église Sainte-Rita est une église du 15e arrondissement de Paris construite en 1900 à l'initiative de la société des chapelles catholiques et apostoliques. Connue pour les bénédictions d’animaux qui s’y déroulent chaque année, l’église est vendue, ses paroissiens sont expulsés et sa destruction est ordonnée. L’église est murée et barricadée. L’accès en est interdit. Sa disparition est imminente. Immédiatement, élus, associations, paroissiens, riverains, militants de tous bords, religieux, politiques, esthétiques ou urbanistiques se mobilisent. Différentes manifestations et oppositions sont organisées. Le combat est mené. Des résistants occupent l’église. L’ambiance devient tendue, des échauffourées ont même lieu devant l’église entre élus et ouvriers venus procéder à la démolition pour le compte des promoteurs.

Mission accomplie : en octobre 2015, l’église est finalement mise à disposition d'une association paroissiale catholique et un prêtre, l’abbé Guillaume de Tanoüarn désigné pour y dire la messe. Depuis, chaque dimanche, l’église est comblée des fidèles, souvent amoureux des animaux, qui ont retrouvé leur église et les curieux peuvent de nouveau y entrer afin de découvrir l’édifice et ceux qui l’occupent : les Zadistes. Cependant, rien n’est joué. L’église est toujours en attente de son sort définitif et si ces résistants échouent, chiens, chats, rats, dromadaires, lamas, tortues et perroquets devront se faire bénir ailleurs. La lutte doit donc continuer et se diversifie : l’occupation devient artistique, la présence se fait théâtre. Une pièce doit s’y jouer. Le projet devient participatif.

Marie-Antoinette de Yves-Marie Adeline est la pièce qui est choisie : Marie-Antoinette au destin si tragique pour porter le projet d'une église vivante. Des comédiens professionnels : Juliette Cardinski et Thomas Durisotti pour jouer aux côtés des occupants de l'église, dans une mise en scène de Margaux Lamenardie.

La première représentation est fixée pour le début du mois de mai 2016.

Pour continuer de soutenir ce projet, des financements sont nécessaires.

À quoi servira la collecte ?

A l’église elle-même. D’importants frais de justice sont en effet nécessaires pour assurer sa défense même si avocats et conseils juridiques se mobilisent souvent gratuitement. Des travaux sont ensuite indispensables : remplacement de vitraux cassés, réfection du mobilier de l’église qui a souffert, remplacement des objets de culte disparus ou dispersés. Il s'agit aujourd'hui de sauver une église jusqu'alors rescapée des aléas imposés par un marché de l’immobilier tout entier tourné vers le profit, tout en protégeant un site au cœur d'un quartier dynamique et fédérateur. Si la collecte est dépassée...Si l’objectif de 10 000 € est dépassé, les fonds récoltés serviront à réparer la toiture de l’église, également en danger. Ce projet à long-terme constitue ainsi un aspect de la sécurisation et la préservation de ce site exceptionnel devenu un lieu de vie associative autant qu’un lieu de culte. En effet, la sauvegarde de cette église obéit à un triple enjeu : patrimonial, spirituel et artistique.

MERCI A TOUS POUR VOTRE SOUTIEN !

Ici vous pouvez directement et en un clic, participer à cette cagnotte.

  • Chacun participe du montant qu'il souhaite.
  • Tous les paiements sont sécurisés
  • Tous les participants seront confiés à Sainte Rita, sainte patronne des causes désespérées

http://www.leetchi.com/c/pour-sainte-rita

Stéphanie de Tournon

 

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement