Henri VI-Jacques de Bourbon, la renaissance du légitimisme

Jacques Léopold Isabelin Henri Alexandre Albert Alphonse Victor Acace Pierre Paul Marie de Bourbon nait le 23 juin 1908 au Palais de la Granja. Second fils du Roi Alphonse XIII d’Espagne, il est rapidement titré infant d’Espagne. Dans ses veines coulent le sang de Louis XIV de Bourbon et de Philippe V d’Espagne. Rien ne le prédestine pourtant à un quelconque trône.

Alors qu’il a 4 ans, l’infant contracte une otite et doit subir une opération. Elle se passe mal, le prince devient sourd. Une surdité qui va influer sur son élocution.  Sa mère, Victoria-Eugénie de Battenberg l’entoure d’une affection particulière, digne dans son rang de souveraine face à un mari absent, volage et dont les mauvaises langues remettent en question ses origines filiales. Le jeune prince au cours de son enfance et de son adolescence va se passionner pour les musées, dans lesquels il passe son temps, et les sciences naturelles, apprendre l’anglais, s’intéresser aux sports de son temps comme la course automobile. Il mène une vie indolente, loin des soubresauts politiques qui agitent son pays. Ce géant d’1m92 développera assez tôt, comme son père, une inclination pour la gente féminine et la boisson.

La monarchie espagnole des années 1920 est en crise. Des révoltes sociales éclatent de part et d’autre du royaume dont la plus violente aura lieu en 1909, à Barcelone. La répression est sanglante et endommage le crédit de la dynastie. La guerre du Rif (Maroc) a accéléré la baisse de popularité du souverain, contraint de laisser le général Primo de Rivera s’emparer du pouvoir en septembre 1923, avant de le démettre 7 ans plus tard. La contestation se faisant croissante, le Roi tente de reprendre la main alors que les manifestations anti-monarchiques se multiplient. L’émergence du parti républicain et sa victoire aux élections municipales en avril 1931 achèveront la monarchie Bourbon. Exilés, Alphonse XIII et sa famille débarquent à Marseille puis Paris alors que la Seconde république espagnole (Segunda república española) à peine proclamée, fait déjà pression sur le gouvernement français pour qu’il les expulse. La République française, qui avait accueilli pourtant la famille royale en grandes pompes en novembre 1920, donnera satisfaction partiellement à son alter ego espagnol et exigera d’Alphonse XIII qu’il reste à plus de 60 kilomètres de la capitale.

Instable dès ses débuts, la république anticléricale heurte les sensibilités catholiques  des espagnols et cristallise son opposition, sombrant doucement dans la guerre civile d’où sortira la figure du général Franco. On parle de restauration de la monarchie, l’infant Jacques se tient loin des complots en tout genre qui gravitent autour de son père. On parle aussi de la  succession royale. Alphonse XIII est détenteur des droits sur le trône espagnol et sur celui de France. C’est littéralement une cabale qui va alors être montée par le leader monarchiste Jose Sotelo et le souverain déchu.

Appréciant peu le mariage cubain de son fils aîné, Alphonse XIII le force à renoncer au trône le 11 juin 1933. Puis 10 jours plus tard, c’est au tour de Jacques de devoir apposer sa signature sur ce même acte, qui n’a aucune valeur juridique puisque non approuvé par les Cortés. Derrière le prétexte du mariage se cache une vérité que le souverain se refuse d’accepter. L’hémophilie de son fils ainé, la surdité pour le cadet. C’est donc Jean, le futur comte de Barcelone, qui devient l’héritier au trône. Une contrepartie financière pourvoira au train de vie des deux princes déchus. La frivolité ne dure qu’un temps, Jacques de Bourbon doit se marier.

Le 4 mars 1935, devant 150 invités, quelques princes de maisons royales et princières, Jacques de Bourbon épouse Emmanuelle de Dampierre, de 5 ans sa cadette. Mariage de circonstance, la mariée éprouve peu de sentiments pour le prince. Le mariage a surtout été voulue par la vicomtesse Donna Vittoria Ruspoli, sa mère, qui cherche à redorer le blason de sa famille par ce mariage prestigieux. Les relations entre le prince et la princesse seront ternes, sans saveurs en dépit de la naissance des princes Alphonse et Gonzalve en 1936 et 1937.

Les époux s’éloigneront rapidement l’un de l’autre après la naissance de leur second enfant. Prince sans couronne, sa rente mensuelle accordée à la suite de sa renonciation lui assure un certain train de vie. La guerre civile a éclaté en Espagne, les monarchistes, carlistes compris, combattent aux côtés des nationalistes du général Franco, plusieurs membres de la famille royale perdront la vie dans les combats.  La République tombe en avril 1939. Franco s’installe au pouvoir mais entend prendre son temps pour restaurer la monarchie légitime et fait du roi exilé, bien peu de cas. Alphonse XIII s’est brièvement réconcilié avec le prince Alphonse-Charles de Bourbon, dernier descendant en ligne droite de Don Carlos V de Bourbon qui revendiqua au XVIIIème siècle ses droits au trône face à sa nièce Isabelle II. Le Roi d’Espagne lui reconnaissait son droit d’aîné de la maison de Bourbon, Alphonse-Charles ses droits au trône d’Espagne et de… France. 

En 1712, le petit-fils de Louis XIV, le Roi Philippe V avait signé un acte de renonciation pour lui et ses descendants au trône de France. Mais les partisans du légitimisme considérant le fait que le souverain régnant ne disposant pas de la couronne, il ne pouvait ni abdiquer ni choisir son successeur. Le traité d’Utrecht, qui ratifia la décision de Philipe V, est donc nul et non avenu pour les partisans du légitimisme. Le 29 septembre 1936, le prétendant Alphonse-Charles meurt dans un accident de la circulation. Pour les Légitimistes, le Roi d’Espagne est désormais le Roi Alphonse Ier.  Un souverain de jure qui ne répondra pas aux attentes de ses partisans et qui meurt 5 ans après son « avènement ». C’est donc Jacques-Henri de Bourbon qui recueille naturellement la succession. En 1938, son frère aîné Alphonse ayant été lui-même victime d’un accident de la route, rien ne s’oppose désormais à cette prétention puisqu’il est l’aîné. Du côté des carlistes, la messe est dite. On lui préfère le prince Xavier de Bourbon-Parme quand ce n’est pas cette minorité qui verrait bien le trône d’Espagne échoir à un des Habsbourg de Toscane. Les rivalités dynastiques font le jeu du général Franco qui réserve son choix à une date ultérieure. Jacques-Henri confirmera dans une seconde lettre, le 23 juillet 1945, sa renonciation au trône espagnol.

Mais pour l’heure, le prince est en proie à des difficultés financières, son épouse a quitté le domicile conjugal depuis le 27 juin 1945 avec leurs enfants, le prince est seul avec ses partisans, qui au fil des décennies, se sont réduits comme une peau de chagrin. Le divorce sera prononcé en mars 1947 devant le tribunal de Bucarest.

Il s’agit donc pour le « Roi Henri VI » de faire renaître le légitimisme. Le 28 mars 1946, il nomme Jacques de Bauffremont-Courtenay son représentant officiel en France, prend le  titre de duc d’Anjou et Ségovie, relève en juillet suivant le blason fleurdelysé des Rois de France, une décision qu’il va justifier dans une lettre  : « notre qualité de chef salique de la maison de France comporte pour nous seul le droit héréditaire de porter les armes appartenant au chef de cette maison soit : « d’azur à trois fleurs de lis d’or », qu’en la même qualité à laquelle est attaché héréditairement le droit de faire valoir nos titres au trône de France, nous déclarons ne renoncer aucunement à ce droit.». Si le prétendant carliste lui donne un soutien du bout des lèvres, le comte de Paris l’ignore. Le 21 janvier 1947, lors des commémorations de la mort de Louis XVI, des tracts du « Drapeau blanc » sont distribués à la sortie de l’Eglise Saint Augustin. La France a un autre prétendant et les légitimistes entendent le faire savoir. Il faudra néanmoins attendre 1952 pour voir le prince assister à toutes les messes de commémoration à Paris. Le duc de Bauffremont-Courtenay et Pierre de Laforest-Divonne, quant à eux,  s’emploient à reconstituer le petit noyau de fidèles légitimistes au sein de diverses associations. Gérard Saclier de la Batie  fonde l’Association générale des légitimistes de France qui intégrera plus tard l'Institut de la Maison de Bourbon (1973). Le « Drapeau Blanc » et la « Gazette royale » refont  leur apparition parmi les publications royalistes françaises. Le Légitimisme entend de nouveau s’inscrire dans la durée et dans le champ politique face à une Action française dont le chantre est en prison, interdite d’activité depuis la Libération. On voit même le prince à la télévision française en 1959. Une consécration pour un prétendant qui n’hésite pas à s’engager dans la question de l’Algérie française, prenant fait et cause pour les Pieds-noirs et le maintien de ces départements dans le giron de la métropole. Le légitimisme retrouve ses lettres de noblesse et manifeste un certain éclat lors de la fête du Crillon, le 18 juin 1965 mais perd aussi progressivement ses têtes pendantes comme Paul Watrin en 1950  le comte Joseph Cathelineau-Montfort ou le prêtre sulfureux et aumônier de la Maison Bourbon Jean de Mayol de Lupé en 1955.

Revenant de nouveau sur sa renonciation à la couronne espagnole, le 6 décembre 1949, il dénonce publiquement les pressions exercées par son père et son frère Juan, comte de Barcelone. Réclamant à Franco les mêmes droits que ses neveux pour ses fils, la mésentente entre les deux frères va en s’accentuant. Quand le prince s’affiche avec sa maîtresse italienne d’origine allemande, Carlotta Tiedemann, et qu’il épouse finalement en 1949, la famille royale d’Espagne s’offusque de cette alliance avec une demi-mondaine, actrice aux airs décidément trop américains et qui avait ses entrées au Berghof de Herr Hitler. Le désaccord entre les deux princes atteint son apogée lorsque le duc d’Anjou décide de déclencher une enquête sur les circonstances de la mort accidentelle du frère du futur Roi Juan-Carlos, que la rumeur publique accuse d’avoir fait assassiner. Il faut attendre juillet 1969 pour qu’Henri-Jacques décide de renoncer définitivement au trône d’Espagne en faveur de son neveu, Juan-Carlos et achève de se réconcilier avec le comte de Barcelone.

Un dernier acte politique… il condamnera la loi sur l’avortement en 1973 avant de s’éteindre à l’hôpital cantonal de Saint-Gall (en Suisse) le 20 mars 1975. Emmanuelle de Dampierre, dont la vie sentimentale fut tout aussi agitée que son époux, lui survivra jusqu’en 2012, presque centenaire.

Frédéric de Natal

Source : Les princes cachés ou Histoire des prétendants légitimistes de Jacques Bernot, Edition Lanore

Commentaires  

#2 Benoît Legendre 21-08-2015 15:52
J'approuve entièrement l'argument des légitimistes : les lois fondamentales du royaume de France sont claires, le roi ne peut en aucun cas disposer de la couronne, la succession par primogéniture masculine est la seule valable !
Et pour compléter cela, le orléanistes doivent se souvenir que Philippe-Egalit é (Seigneur, quel nom ridicule !) avait clairement fait état, en 1793, de sa renonciation à son propre nom, à son état de prince du sang, à tous ses titres, et à toute prétention POUR LUI ET SES DESCENDANTS au trône de France !
Vive Mgr Louis d'Anjou, de plein droit le seul autorisé à prétendre au trône de France !
Vive le roi !
Citer
#1 PELLIER Dominique 21-08-2015 08:26
Ah, la famille !!!!!
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement