Christiane Taubira semble confondre égalité et justice !

Un comble pour celle qui, est ministre de la justice, et qui profite de ce poste pour régler ses comptes, et assouvir son idéologie totalitaire et sa soif de vengeance.

Son livre " Paroles de liberté " est une véritable provocation , c'est un plaidoyer contre la France et ce qu'elle représente. Paru chez Flammarion, ce petit ouvrage de 138 pages n'est que les réponses aux attaques dont elle a été récemment victime. La Garde des Sceaux fustige toute forme de racisme. Elle s'interroge sur le pouvoir de la parole, sur le concept de notion et défend l'idée d'une identité Française multiculturelle

D'après son éditeur : " Les propos d'exclusion et de racisme envahissent l'espace public. Nous n'avons ni le droit de laisser faire, ni celui de ne pas comprendre ". Le plus juste serait plutôt d'affirmer que Mme Taubira n'aime visiblement pas la contradiction. Elle qui déjà fustigeait le Figaro quand il disait la vérité : " Je ne veux pas commenter un journal qui a rompu avec l'information, et qui se veut organe de propagande ".

Elle n'aime pas non plus la vérité qu'elle broye dans un vocabulaire subtilement étudié. Le grand poète grec Hésiode disait : " On perd son temps à cultiver les mots ". Assurément, que de mots perdus, volés, dénaturés, dans le langage d 'une ministre de la justice qui ne pense qu'à sauver sa peau. Et puis on verra bien...

Ces mots souvent lâches ont une importance capitale pour réussir à convaincre. Son écriture enflammée, lyrique, passionnée, nous berce d'illusion. Nous entrons alors dans un monde irréel, celui qu'elle veut nous imposer. En fait une seule bataille gère ses fibres, anéantir la famille, et Française de surcroit.

D'une arrogance folle : " En prétendant m'expulser de la famille humaine, ils se sont, par perfidie ou bêtise raciste, et de leur propre fait, exclus de toute conversation. Ils se sont interdits à mon univers. Et si j'occupe le leur c'est leur affaire. Rien à leur dire donc ".  Une chose est certaine " Paroles de vérité " n'est que le reflet d'un pouvoir qui n'a rien à dire, et que le mensonge n'est que l'instrument d'une nouvelle forme de liberté. ?

Eric Muth

Commentaires  

#3 Benoît LEGENDRE 14-08-2014 17:54
Tous ceux qui viennent régulièrement sur ce site connaissent mon aversion profonde pour cette personne, j'espère seulement qu'il se trouvera un jour un responsable politique digne de ce nom pour la renvoyer dans sa Guyane, parce que répondre de ses agissements criminels sous prétexte d'indépendantis me, elle ne risque absolument rien, hélas ! c'est à vous dégoûter aujourd'hui de respecter les lois et essayer d'élever ses enfants dans le même esprit... Il y a des jours où j'en viens à souhaiter un régime "musclé" pour remettre ce pays debout, mais cela aboutirait immanquablement à d'autres abus... Alors malgré tout, je prie, je crois et j'espère !
Vive le roi !
Citer
#2 Pascal Cambon 14-08-2014 17:03
Citation en provenance du commentaire précédent de PELLIER Dominique :
Cette dame se plante en victime d'un certain racisme que je n'approuve pas dans certains termes.

Sans compter qu'il n'y a pas plus d'une poignée de vrais racistes en France. Les mots ont un sens, et les associations antipatriotique s et autres politiques appointés s'emploient suffisamment à les détourner pour qu'à notre tour nous nous laissions aller à la facilité.

Un raciste, c'est un adepte des thèses de Gobineau, Blumenbach, Lapouge et Chamberlain; c'est à dire qu'il croit fermement qu'il existe une stricte hiérarchie des races, et bien sûr que certaines sont destinées à diriger le monde, les autres devant se contenter du sort qu'on voudra bien leur assigner.

Globalement, ce qu'on appelle aujourd'hui par facilité un raciste n'est généralement qu'un xénophobe. Je ne veux pas dire que cela soit bien de l'être, mais cela procède d'un mécanisme humain et naturel de défiance envers tous ceux qui entrent dans notre univers familier et qui justement n'en sont pas.
Citer
#1 PELLIER Dominique 14-08-2014 09:14
La France est une mosaïque de cultures, de traditions toutes différentes les unes des autres. Où a-t-on vu du racisme en cela. La variété, les variétés de notre Pays font Son charme, Son identité, comme partout d'ailleurs.
Cette dame se plante en victime d'un certain racisme que je n'approuve pas dans certains termes. Il y a pourtant assez de ces victimisations. Si on attaque cette dame, c'est qu'en substance, elle ne fait rien pour la justice qu'elle est appelée à diriger.
Je dirais même que nous sommes ridicules de prêter attention à ces vétilles, ces querelles de personnes tout à fait infantiles. Mme Taubira ferait bien d'en faire autant et de travailler, plutôt. La justice française réclame de la justice, de l'équité, non de perdre du temps à des fadaises.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan