Suppression de la double-nationalité: censure

Heureusement qu'il existe des quotidiens engagés, citoyens et vigilants pour nous informer. Heureusement qu'il existe des auteurs-éditeurs-etc. scrutant inlassablement les médias, ayant à cœur de tenir honorablement leur rôle de Vichinsky à la petite semaine. Sans ces glorieux dénonciateurs, nous n'aurions jamais su que l’hebdomadaire Le Point avait retiré un sondage, mis en ligne le dimanche 29 juin, sur son site internet.  
 
 
La question, même si elle a été mal formulée, avait quand même le mérite d'être posée : la double nationalité est-elle légitime ? Bien évidemment, la gauche s'est mobilisée, car il lui fallait défendre sa clientèle. Le procédé utilisé n'est pas nouveau. Guy Birenbaum qui a officié sur plusieurs chaînes radiophoniques a lancé l'attaque en s'en prenant, sur Twitter, au directeur de l'hebdomadaire, tenant le rôle de l'imprécateur :
 
 
Aussitôt, la vague s'est enflée et publiquement mis en cause, étant entendu que l'on soupçonnait à mots couverts le magazine politique d'avoir des arrière-pensées nauséabondes, Etienne Gernelle a fait le choix de retirer le sondage, prétextant que ce dernier était consternant. Il faut dire que la réponse était sans appel. 81% des internautes ayant répondu estimaient que la bi-nationalité n'est pas une disposition normale. Comme si le mariage de la carpe et du lapin pouvait déboucher sur autre chose qu'un fiasco. 
 
Comme si on pouvait détailler sa loyauté comme un coupon de rayonne à un étal du Marché Saint-Pierre. Pour mémoire, on se rappellera l'entrevue télévisée accordée par S.M. Hassan II, roi du Maroc, à Anne Sinclair, en 1982. Son propos était clair et net : " Je vous décourage en ce qui concerne les miens, les Marocains, d'essayer des détournements de nationalité, car ils ne seront jamais 100% français, ça je peux vous l'assurer. 
 
Mais la république française est xénophile et, par voie de conséquence, se détourne du peuple qu'elle est supposée servir, souhaitant secrètement le voir se dissoudre dans ce métissage dont elle ne cesse de nous rebattre les oreilles. Il est donc normal qu'elle considère que l'on puisse être à la fois un bon Français et un bon Algérien, etc. au gré des combinaisons possibles. Plus fort encore, elle reconnaît même la triple nationalité. Une sénatrice EELV, Esther Benbassa, jouissant de la triple nationalité française-turque-israélienne. Concernant cette dame, je me demande comment elle arrive à vivre ce grand écart permanent sans tomber dans la schizophrénie ? Quant à la république, elle feint de ne pas voir les problèmes causés par cette double allégeance. Elle se refuse même à déchoir les djihadistes de la nationalité qu'elle a, bonne fille, distribuée au petit bonheur la chance, comme on lance des graines à une volée de moineaux.
 
Puisqu'on vous dit que c'est consternant !
Pierre Guillemot

Commentaires  

#4 PELLIER Dominique 08-07-2014 08:43
De toute façon, on est Français ou allemand ou espagnol, pas les deux. Il en va de même dans la foi, on est de Christ ou pas du tout. il faut choisir
Citer
#3 Pascal Cambon 05-07-2014 14:39
Chère Madame de Thoury,

Je suis tout à fait d'accord avec votre commentaire. Le point que vous soulevez me semblait tellement évident que je n'ai pas jugé bon de l'aborder.

Royaliste, je ne crois pas à l'égalité, du moins telle qu'elle est présentée par la république. Je considère même que l'inégalité est un des moteurs essentiels de la promotion sociale. Sans cet aiguillon, personne ne ressentirait le besoin de chercher à s'élever, et le progrès humain marquerait le point mort.

Je crois également, à la nécessité de l'existence de privilèges. D'ailleurs les républicains aussi, sauf qu'ils les maquillent sous des oripeaux qui ne trompent plus personne.
Citer
#2 Jean-Yves Pons 04-07-2014 21:26
Très bonne analyse de notre ami Pascal Cambon.
En quoi ce sondage était-il "lamentable et consternant" (selon les propos d'Etienne Gernelle) ? Le cosmopolitisme est, par nature, le poison des civilisations.
La République en mourra. Et c'est tant mieux.
Citer
#1 Chantal de Thoury 04-07-2014 20:21
Une exception à la règle, en raison de l'imbrication immense de toutes les familles royales européennes; ce sont les membres des familles royales.
quand les liens familiaux interviennent il est plus malgré tout plus facile de pouvoir s'entendre en famille. ainsi la double nationalité du Prince Louis et de son épouse, sont gages de liens resserrés entre l'Espagne et la France. toute l'Histoire Européenne montre d'ailleurs que les monarques privilégièrent les mariages aux guerres et que les bonnes relations familiales furent de plus en plus gages de paix et de bon sens politique.
le dernier exemple à ce sujet, que ne comprirent pas les français qu'on avait monté contre elle fut celui de la Reine Marie Antoinette qui en bénéficiant des justes conseils de sa mère puis de son Frère qui étaient réellement judicieux et prudents et dont les écrits montrent qu'ils ne voulaient que le Bien Commun des deux royaumes. les relations entre les Bourbons d'Anjou-Espagne et notre famille Royale furent également tout à fait cordiales. personne à part les ennemis de la Royauté ne fut jamais offusqué de la double nationalité de nos princes et princesses.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement