Récit d'une intégration réussie

Au cours d’un voyage dans le sud-ouest de la France, j’ai retrouvé des familles d’origine laotienne que j’avais connues lors de leur arrivée, il y a plus de 30 ans. Ces gens sont l'exemple même d'une "immigration" réussie. Arrivés à la fin des années 70 comme réfugiés, ils ont su construire leur vie en France, à force de courage et de travail. A leur arrivée, ils ne parlaient pas Français et semblaient perdus sur leur nouvelle terre d’accueil, dont ils ignoraient tout. Ils avaient fui le régime communiste et l’occupation vietnamienne du Laos, avant de passer des années dans des camps de réfugiés en Thaïlande.  Durant toutes ces années depuis leur arrivée en France, ils n’ont pas ménagé leurs efforts. Efforts pour apprendre la langue, efforts pour se former, pour se loger,  pour s’intégrer. Ils n'ont jamais fait parler d'eux dans la rubrique des "faits divers". Pas de chômeurs dans ces familles, pas de querelles avec les voisins. Leur réussite est loin de se limiter à l’ouverture de restaurants ou de magasins d’alimentation asiatique comme on le croit trop souvent. La nouvelle génération réussit brillamment dans tous les domaines, de l'aéronautique aux nouvelles technologies. Les enfants, pour la plupart, excellent à l'école. Certes, ces anciens réfugiés ont conservé leur culture d'origine, qu’ils tentent de transmettre à ceux qui sont nés en France, mais ils ont su, aussi, adopter les us et coutumes de France. Tous sont Français depuis longtemps et heureux de l'être. Ils ont construit d'agréables maisons dans la grande banlieue de Toulouse, loin des HLM des zones rouges de la "ville rose". Chez eux, personne ne parle de racisme au quotidien ou de ségrégation à l’embauche. Nul ne songerait, parmi eux, à exiger de la France je ne sais quelle repentance pour ce qu’elle aurait fait ou n’aurait pas fait en Indochine il y a soixante ou cent ans. Bref, voilà un résumé d'immigration réussie, chance pour la France et chance pour eux-mêmes!

Ces Franco-laotiens de la région toulousaine sont loin d’être des exceptions. Des exemples similaires abondent dans toute la France. De nombreux Français d’origine cambodgienne ou vietnamienne ont connu des réussites similaires. L’intégration de ces anciens réfugiés venus d’Asie du sud-est, arrivés à partir de 1975, s’est donc globalement bien faite, malgré les innombrables difficultés auxquelles ils durent faire face, surtout durant les premières années. Cette intégration s’est faite sans bruit, sans heurts, elle est le fruit de la persévérance et de la volonté de tous ces gens qui, pour la plupart, sont devenus des Français presque ordinaires mais qui se démarquent par leurs réussites exemplaires.

A l’heure ou immigration et intégration font à nouveau la Une de l’actualité et quand ces sujets sont récupérés à des fins politiciennes, nos médias devraient plus souvent parler de cette réussite des Français originaires d’Indochine. Ce succès devrait davantage être cité en exemple, il pourrait même donner des idées à nos gouvernants. Il pourrait aussi servir d’exemple à d’autres communautés d’origine étrangère qui, elles, sont encore très loin d’avoir connu le même degré de réussite en matière d’intégration dans la société française. 

Lors de leur arrivée en France, j’avais participé, avec tant d’autres bénévoles, à l’accueil des réfugiés laotiens, cambodgiens et vietnamiens. Plus de trente années après, j’ai pu mesurer le chemin parcouru en rencontrant nombre d’entre eux et en faisant la connaissance de ceux qui sont nés et qui ont grandi dans ce pays. Ces retrouvailles m’ont conforté dans ma conviction qu’il est encore possible, en France, d’assimiler des populations d’origines diverses, aux langues et aux traditions fort éloignées des nôtres. L’essentiel étant d’avoir la volonté de s’intégrer. Nul doute que les Français d’origine laotienne rencontrés ces derniers jours autour de Toulouse l’avaient, cette volonté, et qu’ils l’ont encore, plus que jamais !     

Hervé Cheuzeville

 

Image: Jean-Vincent Placé, français d'origine coréenne, où l'exemple d'une intégration un peu trop réussie...

Commentaires  

#3 Benoît LEGENDRE 18-05-2014 22:59
La photo de JV Placé est un clin d'œil humoristique que j'ai apprécié, tant ce ridicule personnage symbolise à mes yeux la course effrénée aux délices et aux "ors de la république" dont ont fait preuve les écolos depuis deux ans ! Mais ne comptons pas, hélas, sur nos médias "aux ordres" pour montrer la vérité en matière d'immigration ! Les journalistes sont véritablement à la solde de la classe politique, il n'y a rien de bon à attendre de ces gens-là... sauf quelques trop rares exceptions dans la presse catholique ou bien ayant d'abord tâté d'un autre métier avant de venir au journalisme...
Vive le roi !
Citer
#2 AudeLys 16-05-2014 17:37
Absolument exact. Pour avoir moi-même, au cours de ma vie professionnelle , côtoyé nos compatriotes asiatiques mais aussi pour en avoir dans ma belle-famille, j'adhère pleinement à vos propos.
Ici, dans le sens "péjorativement et populairement humoristique" de "CPF" (Chance Pour la France), à l'endroit d'autres immigrés, ne s'applique pas pour eux. Ils sont devenus 100% français, j'ajouterai même "de souche" tant leurs soucis d'intégration a été fort.
Si seulement les "autres" avaient su prendre exemple. Je dis toujours : la différence entre les Asiatiques et les "autres", c'est qu'ils sont intelligents, respectueux et travailleurs.
Citer
#1 PELLIER Dominique 16-05-2014 08:06
La colonisation a hélas fait beaucoup de mal à de nombreuses civilisations qui nous le rendent bien d'ailleurs. Pourrait-on dire que c'est justice... Mais on voit, par cet exemple, qu'elle a promu des intelligences, des volontés, notre France a aidé des gens à se hisser dans la vie, c'est Sa beauté.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 14 mai 2017
« La République, ça s'hérite ! »

10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan