Ce n’est pas le menu qui était « dég…….. » mais elle : Nicole Bricq

Nous n’avions jamais entendu parler de cette ministre avant son jugement irrévérencieux sur le menu du diner d’Etat à l’Elysée ce mercredi 26 mars. Elle est - parait-il - ministre du Commerce extérieur et si l’on s’en réfère à ses actions pour le bien-être de la France et de ses concitoyens, il faut vraiment chercher, un peu comme l’avion malaisien, qui a perdu 239 passagers, sans trop savoir comment, peut-être manque de fuel, aux dernières nouvelles et plus de détournement. Enfin, si l’on retrouve les boites noires, on saura, mais le temps presse. Et peut-être que personne ne veut vraiment savoir par rapport aux assurances et autres…

Qu’a-t-elle fait depuis deux ans, cette ministre-fantôme ? Comment justifie-t-elle les émoluments et privilèges extraordinaires de sa fonction de ministre ? Elle n’a pas honte de bénéficier d’un tel traitement, sans rien faire, alors que cinq millions de chômeurs cherchent désespérément comment boucler non pas leurs fin de mois, mais le début ? Sans parler des petits retraités et des petits agriculteurs ?

Ses rapports doivent être écrits à l’encre sympathique, tout comme les soi-disant diplômes de Christiane Taubira, qui prétendrait que c’est la faute aux journalistes cette rumeur de deux doctorats. Curieux comme cette femme arrive toujours à retourner les situations à son avantage. Une autre affaire de mensonge d’état : les Français s’habituent à cette tragédie du mensonge pour laquelle ils paient, sans espoir de voir la fin du tunnel avec ces guignols en place.

Si vous voulez connaître la composition d’un menu estimé « dég…. », par cette pitoyable  personne, le voici : une « gourmandise de foie gras truffé», suivie d'une « volaille landaise rôtie, et une viennoise de champignons», accompagné d'un « moelleux de pommes de terre forestière », puis d’un plateau de fromages, pour terminer sur une « nuance chocolat et caramel, glace acidulée». Question vins, les amateurs vont pouvoir se pâmer d’envie : Château d'Yquem 1997, Château Lafitte 1999 et pour terminer champagne Deutz de 2005Qui n’aurait souhaité assister à cette soirée ?

Nicole Bricq aurait certainement été licenciée séance tenante dans le privé pour avoir tenu de tels propos et elle n’aurait pas eu droit à des indemnités. Mais dans le public, tout est permis ! Monsieur Hollande a bien donné le mauvais exemple en répudiant officiellement et publiquement Valérie Trierweiler, laquelle s’autorise aujourd’hui à demander aux Français de ne pas voter pour le F.N. Non, mais de quoi je me mêle ? Ex-concubine, retournez à vos écrits et ne vous gênez pas pour dire tout ce que vous savez sur votre ex-compagnon, ce dont nous doutons. Vous avez trop à perdre, suite à vos indemnités compensatoires. Un jour sonnera l’heure des comptes et rien ne vous sera pardonné.

Solange Strimon

Commentaires  

#4 Benoît LEGENDRE 02-04-2014 15:10
Rien d'autre à ajouter, tout a été dit et bien dit, je suis complètement d'accord avec les personnes qui se sont exprimé ici avant moi, surtout Dominique PELLIER qui me fait penser à l'idéal qui animait le général de Gaulle : la France, encore la France, toujours la France ! (merci à Georges Danton pour la chute finale)
Citer
#3 AudeLys 01-04-2014 09:29
Eh oui! Tout cela est bien la triste réalité, la triste vérité de cette zélite qui se gave sur le dos de ceux qui se privent, ou plutôt que l'on prive. Ces gens là n'ont aucune honte, ne serait-ce qu'un peu d'amour-propre. De la France, ils n'en ont rien à faire.
Mais ce qui me désole le plus, c'est que les Français, même si nombre d'entre eux se sont abstenus, ont remis les mêmes en place, à quelques rares exceptions près. UMP-PS-UMP-PS-U MP-PS bref, l'UMPS comme le dit souvent une certaine Marine.
Dans pas longtemps ce sera pour les européennes. Là, nous verrons bien la réaction des Français puisqu'il s'agit de proportionnelle totale. Mais, je reste pessimiste ...
Citer
#2 Pellier Dominique 01-04-2014 09:11
Encore des histoires à dormir debout où l'on constate que le gourvernement-m ême ne respecte pas le magistrat suprême de la nation. Autrefois, mal parler du roi valait la tête à son auteur. On ne peut plus aller aussi loin désormais.
Toutefois, qu'a-t-on à faire de ses histoires puériles ? Apportent-elles du bonheur aux Français ?
NON, alors on s'en f...!
Encore une fois: LA FRANCE, bon sang, LA FRANCE !!!!
Citer
#1 Montplaisir 31-03-2014 18:06
C'est vrai que faire boire du château d'Yquem à de tels personnages c'est pire que de donner de la confiture à des cochons. Heureusement pour eux, la générosité du contribuable français est l' une des choses qui donne une idée de l'infini.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 14 mai 2017
« La République, ça s'hérite ! »

10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan