La démocratie ne remplace pas la compétence

C'est par un vote « démocratique » que François Hollande a été élu Président de la République. Néanmoins, si l'on tient compte des abstentions, il n'avait les voix que de 41% des français. Aujourd'hui, les sondages ne lui en accordent guère plus de 30%.

Conduit-il pour autant une bonne politique ? Tous les chiffres prouvent le contraire :

- entre 1986 et 1998 (avant l'arrivée de l'euro), la croissance moyenne en Europe était de 5%, alors que de 1999 à 2010 elle n'a été que de 2,6%, donc la moitié ;

- dans la première période indiquée, le solde des investissements (Investissements français à l'étranger - Investissements étrangers en France) était déjà négatif pour la France (- 25 milliards d'euros) mais il a quadruplé au cours de la seconde période (-100 milliards d'euros) ;

- en décembre 2012, le taux de chômage pour l'ensemble de la zone euro s'élève à 12%, ce qui est déjà très élevé. Mais pour certains États, c'est bien pire : Portugal : 15%, Espagne : 24%, Grèce : 25% ;

- l'industrie française ne représente plus que 11% du PIB : bientôt il n'y aura plus une seule usine en France !

Prenons un autre exemple : l'école.

- 40% des enfants ont de graves difficultés en lecture et en écriture à la fin du primaire ; par exemple, ils n'arrivent pas à distinguer le « ge » du « che » ; ainsi ils écrivent « ils nachent » au lieu de « ils nagent » (source SOS-Education) ; la cause principale est le maintien de la méthode globale (appelée aujourd'hui « semi-globale ») dans l'enseignement de la lecture, qui est appliquée dans 70% au moins des écoles primaires ;

- 70% des élèves de seconde auxquels on a soumis une dictée du niveau de l'ancien certificat d'études primaires ont obtenu la note « zéro » en orthographe.

- nombre d'écoles d'ingénieurs organisent des cours d'orthographe et de grammaire pour remettre leurs élèves à niveau.

Troisième exemple : les retraites. Quelques chiffres :

- le régime général calcule la retraite sur la base des 25 dernières années de travail, alors que le calcul de la retraite des fonctionnaires et des régimes spéciaux (SNCF, RATP et EDF-GDF) est effectué sur la base des six derniers mois de travail ;

- les retraités du régime normal partent en retraite en moyenne à 62,2 ans, tandis que les retraités fonctionnaires et ceux des régimes spéciaux partent en moyenne en retraite à l'âge de 55 ans.

Voici donc trois exemples qui démontrent une contradiction flagrante entre les décisions prises par les gouvernements successifs - qu'ils soient de droite ou de gauche - et ce que voudrait le simple bon sens :

- abandonner l'euro au plus tôt ;

- voter d'urgence une loi interdisant la méthode globale dans les écoles (ce que le ministre Gilles de Robien a tenté de faire sans succès) et réinstaurer les méthodes alphabétiques d'apprentissage de la lecture ;

- mettre en oeuvre un plan global de réajustement des retraites sur dix ans afin d'aboutir à un système unique, comme en Allemagne par exemple.

Comment en est-on arrivé là ? C'est tout simplement - tout le monde le sait - parce que le système électoral conduit au clientélisme, chaque politicien étant davantage soucieux de sa carrière politique que du bien commun.

Le roi a cette caractéristique que, étant inamovible, il peut mener une politique en faveur du bien commun, même lorsque certaines mesures prises sont impopulaires.

D'ailleurs l'histoire montre que, bien souvent, les rois de France ont dû se battre contre les pouvoirs féodaux pour défendre les intérêts du peuple. Comment les connaissaient-ils ? Par la réunion des « Etats Généraux ». Si l'on transpose aujourd'hui, cela signifie qu'il faut remplacer à l'Assemblée Nationale les députés qui ne représentent que leur parti politique par des représentants des forces vives du pays : les salariés, les entrepreneurs, les familles et les conseillers municipaux.

Georges Tartaret

Commentaires  

#1 Jacques Jouan 02-07-2013 09:52
Cher Georges,

Article très intéressant, particulièremen t ta comparaison président de la république/ Roy.

Je rajouterai plusieurs éléments pour plus de clarté:

- Si le Roy agissait pour le Bien Commun, il n'en était pas moins ponctuellement impopulaire. Pour financer les guerres (souvent indispensable à la paix sur notre territoire, contrairement à aujourd'hui où on fait des guerres qui ne nous concernent en rien).

Je pense aux corporations bien que sachant être très patriotes protestaient sévèrement quand on nuisaient à tort ou à raison à leurs intérêts.

Je pense au peuple, par exemple en 1763-1770 voulus notamment par Quesnay , quand la première expérience libérale fut menée et que le peuple voyant partir son grain se souleva (notamment à Dijon).

- Le Roy connaissait la vox populi, via les Etats Généraux très efficaces pour relayer la parole du peuple (des tonnes et des tonnes de recueil de doléances). Il la connaissait aussi grâce aux assemblées de Jurées des Métiers et grâce aux rapports faits par les Prévôts.

- Ce que tu dis sur la compétence de notre président, je suis d'accord. Le Roy était plus légitime et compétent, parce qu'il avait à coeur l'intérêt des français et qu'il a été élevé en ce but depuis son plus jeune âge. La meilleure école politique c'est celle-ci, pas l'ENA ou Science-Pô. Ca me rappelle le livre de Daniel de Montplaisir La Monarchie et celui de Renaud Dozoul, Dix Bonnes raisons de restaurer la Monarchie qui parlent de ça, tous les deux.

- Enfin, ce que tu dis sur ce que devrait être l'Assemblée Nationale je suis on ne peut plus d'accord. Ou presque: je pense qu'il est novateur, d'avant-garde, révolutionnaire , populaire de créer une Assemblée nationale élue au tirage au sort pour servir le Roy (cf. Etienne Chouard)

Amitiés

Jacques
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 22 avril 2017
« Présidentielle : l'impossible choix »

02/05 | [Conférence à Paris] "Il y a quelque chose de pourri au royaume de France"
04/05 | [Conférence à Paris] "Les grands dîners qui ont fait l'Histoire de France"
26/05 | Pèlerinage pour le Roi et la France au Puy-en-Velay
10/06 | Journée hommage à Jean-Nicolas Stofflet en Lorraine
17/07 | Université Saint-Louis 2017, Camp Chouan