[Essai] : Organisations étudiantes, jeunesse révoltée et royalisme.

Au début de l’année 2017 a eu lieu un événement historique dans le paysage militant étudiant : l’Union Nationale des Etudiants de France (UNEF) s’est pour la première fois de son histoire laissée distancer par une autre organisation étudiante au Conseil National des Œuvres Universitaires et Sociales (CNOUS). La Fédération des associations générales étudiantes (FAGE) ayant obtenu 5 sièges, contre 3 pour l’UNEF, elle devient la première organisation étudiante de France.

Cette nouvelle nous permet de faire un constat de la représentativité étudiante et de ses enjeux.

Pour commencer faisons un bref rappel historique. L’UNEF prend forme en 1907 et regroupait alors et jusqu’en 1962 toutes tendances politiques et tous types de syndicalisme. A partir de 1962, l’UNEF explose en raison de divergences sur la position concernant la guerre d’Algérie, puis au fil des années, de nombreuses scissions font que l’UNEF se radicalise à gauche ; ce qui laisse émerger de nombreux mouvements tels que ceux des corporations étudiantes (se disant apolitiques) et l’UNI (l’union des étudiants de droite).

Le principal représentant des corporations étudiantes (ensemble des associations locales ou de filières ayant pour but l’animation et l’amélioration de la vie étudiantes) est la FAGE.

Depuis la loi Jospin de 1989, pour qu’une organisation étudiante soit représentative, elle doit avoir au moins un élu au Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (CNESER). Seules trois organisations remplissent ce critère : FAGE, UNEF, PDE (Promotion et Défense des Etudiants).

Les représentants étudiants interviennent absolument partout où il est question du milieu étudiant : dans chaque filière de chaque université, dans les conseils centraux des universités, dans les commissions pédagogiques nationales, dans les conseils d’administration de tous les CROUS, chaque université et chaque CROUS élit un représentant des étudiants dans leur gouvernance (vice-président étudiant).

Les étudiants ont un droit de regard et de vote sur la plupart des décisions prises sur un plan stratégique, que ce soit au niveau local ou national.

Maintenant que le contexte et l’enjeu de cette représentation sont posés, qu’en est-il de la représentation royaliste ?

Le seul représentant du royalisme dans le milieu étudiant est l’Action Française étudiante, elle ne prend cependant pas ou peu parti aux élections.

L’immersion du royalisme dans le milieu étudiant représente un réel enjeu de visibilité, car les jeunes se détournent de la vie politique en général, ils sont particulièrement insensibles et ne saisissent pas l’importance de la représentation étudiante, voire ne se sentent pas représentés par les mouvements qui leur sont proposés.

Ce constat est démontré par le faible taux de participation à chaque élection, qui avoisine les 10 % en général, descendant même jusqu’à 7 % aux dernières élections des conseils d’administration des CROUS.

Malgré cette faible représentativité, les organisations ont une tribune considérable sur les sujets de sociétés concernant la jeunesse, ainsi qu’une très grande visibilité.

Au vu des faibles taux de participation, il est aisé pour une organisation royaliste de pouvoir se frayer une place dans ce paysage, et ainsi gagner une tribune médiatique supplémentaire, mais aussi de démontrer la connaissance des royalistes de ce milieu, puisque bon nombre de royalistes sont étudiants.

L’enjeu est aussi de convaincre la jeunesse du modernisme de la vision royaliste en sortant des sentiers battus habituels du mouvement et de faire preuve d’une certaine proximité.

S’imposer dans le milieu étudiant est donc une étape essentielle pour le retour dans la lumière de la vision monarchique.

Julien Sanchez

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement