L’émigration des jeunes diplômés

Environ 2 millions de Français sont expatriés en 2015, soit quasiment 3 % de la population française, et ce chiffre est en constante augmentation depuis quelques années.

Derrière ces chiffres se cache une réelle fuite des cerveaux puisque près de 50 % des expatriés français sont cadres (contre seulement 20 % sur le territoire national) et plus de 70 % sont âgés de moins de 30 ans.

Ces chiffres démontrent que les premiers à quitter la terre de nos ancêtres sont les jeunes diplômés, auxquels les entreprises françaises ne font pas confiance à des postes clés, ou que les banques n’osent pas aider pour des créations d’entreprises.  Les firmes et banques françaises ont-elles raison de douter de la capacité de nos jeunes à manager et innover ?

Rien est moins sûr sachant que les principaux pays d’accueil de nos chers compatriotes sont la suisse, l’Angleterre et les États-Unis, 3 pays dont les richesses et les capacités de production de richesses ne sont plus à démontrer.

Les compétences de nos jeunes frenchies dans ces pays sont beaucoup plus valorisées qu’en France, et les personnes ayant des notions de langues étrangères sont les premières à partir.

La mère patrie s’appauvrie donc en matière grise, ainsi qu’en capacité linguistique, le niveau des Français en langues étrangères étant légendairement faible. Chaque Français ayant des notions linguistiques est une excellente ressource, le problème est que la plupart acquièrent des notions en langues étrangères pour partir.

Il faut malgré tout éviter la critique facile de la France (France bashing pour les anglophones).

Les pays cités plus haut ont l’avantage d’avoir un marché du travail beaucoup plus libéral et des législations sociales beaucoup plus souples, ceci a pour avantage d’inciter les entreprises à prendre des risques sur des jeunes talents puisqu’en cas d’échec il sera très facile de s’en séparer.

Un point cependant ne prête pas à débat : c’est le manque de reconnaissance des chercheurs en France. Les doctorants ne voient pas suffisamment leurs travaux de recherche exploités par les firmes françaises, qu’elles soient publiques ou privées, et doivent souvent s’exporter afin d’être reconnus à leur juste valeur.

C’est une question de vision et culture économique. Il reste à savoir si la France doit évoluer vers ces modèles afin de garder ses têtes pensantes ou si elle doit maintenir le cap en attendant la fin de cycle de cet ultralibéralisme !?

Julien Sanchez

Commentaires  

#3 Benoît Legendre 26-01-2017 23:42
Comment voulez-vous que ce pays, dont les dirigeants politiques sont quasiment tous des fonctionnaires, et dont les lois sont maintenant décidées aux 3/4 par des technocrates apatrides, puisse comprendre et agir (et réagir) à l'économie actuelle ?

Nous sommes également d'incorrigibles conservateurs : faites le test suivant... demandez autour de vous si, pour aider nos agriculteurs, il ne serait pas utile d'accorder des allocs, des primes, des aides pour préserver la bonne vieille ferme de grand-papa, avec ses 5 vaches, ses 10 truies, ses 15 biquettes, ses 20 poules pondeuses ? Je vous fiche mon billet pour que tout le monde s'écrie : bon sang, mais c'est bien sûr comme ça qu'il faut faire !

Et pendant ce temps là, nos voisins hollandais et danois produisent du (très bon) lait, du beurre ou des œufs et les vendent, parce qu'ils produisent tout ça dans des fermes géantes avec 1000 vaches et 30 000 poules...

Je comprends très bien qu'on puisse avoir la nostalgie de la p'tite ferme de grand-papa, mais ce temps est révolu ! Et comme nous avons horreur de bousculer les habitudes, eh bien nos "cerveaux" vont voir ailleurs ! Quand aux chercheurs, le Grand Charles disait déjà en son temps qu'il "n'avait pas besoin de chercheurs, mais de trouveurs" !

Avec un Etat qui ferait respecter ses droits régaliens, une école qui instruit correctement, une société ordonnée et stable, les familles respectées, une imposition juste et encourageante, la France serait un paradis !

Nous en sommes tellement loin...
Citer
#2 Lizot 25-01-2017 10:21
Vous avez raison ils ont fait coulé notre pays
Vive le royaume de France dans l'espoir
Citer
#1 Essayan 25-01-2017 07:09
Pour être tout à fait juste, je crois également qu'il y a aussi beaucoup et de plus en plus d'étrangers qui viennent en France pour travailler. La mondialisation a organisé avec une facilité déconcertante les mouvements internationaux des capitaux il est normal que les gens qui ont des compétences suivent ces capitaux à l'heure où ils ont la capacité à se déplacer de plus en plus facilement ils le font. Si vous déplacer les richesses vous deplacerez systématiquemen t les personnes, il faudrait revenir à des contrôles systématique aux frontières et ça va être difficile. La République a transférée son pouvoir au marché, maintenant c'est le marché qui décide et avant que ce marché re-cede cette part qu'il nous a volé avec la complicité de nos chers politiques ce n'est pas demain la veuille.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement