Manuel Valls ou l'enflure de l'ego

Je veux bien que l'héritage ibérique de Manuel Valls y soit pour quelque chose. Les habitants de la péninsule sont connus pour leur caractère ombrageux et autoritaire. Pour autant, il me semble que l'hidalgo de Matignon aurait dû réfléchir avant de se prendre pour ce qu'il n'est pas. Ainsi donc, on apprend par la journaliste Apolline de Malherbe que l'apprenti caudillo de la république aurait affirmé, en off, à quelques uns de ses amis : "l'Etat c'est moi".

Certes, au regard de l'autorité naturelle qui est celle de notre président, de l'immense popularité qui est la sienne, y compris dans les
rangs de sa majorité, le Premier Ministre ne peut apparaître que comme un chef. Mais de là à reprendre la formule attribuée à notre bon roi Louis XIV, il y a un gouffre qui ne saurait être franchi. On se rappellera que les margoulins n'étaient pas démissionnés mais conduits à Pignerol, et que les frondeurs avaient été mis au pas. 

Si nous pouvons nous féliciter que nos monarques servent encore de référence, en revanche nous ne peut qu'être étonné de voir Manuel Valls s'emparer de cette formule. Car il serait illusoire de croire un instant, derrière cet amour proclamé de l'entreprise et de l'ordre, que l'homme puisse adhérer à la moindre des valeurs qui sont les nôtres. Loin d'être un hommage, cette sortie est une insulte. Mais qui le relèvera ?

Pierre Guillemot

Commentaires  

#7 Benoît LEGENDRE 17-09-2014 23:45
De quel Etat parle t-on ? De la puissance tutélaire qui permettait à la France de tenir son rang, ou du gros tas d'inepties administratives et financières qui ne sert plus que de guichet à tous les bras cassés de la planète ?
Et dites vous bien que le PS n'a pas attendu les élucubrations des illuminés frapadingues de Terra Nova pour se détourner du peuple, ça remonte au temps où ce parti a choisi le quartier le plus cher de Paris pour installer son siège rue de Solferino... Heureusement que le Général n'a pas vu cette mascarade !
Vive le roi !
Citer
#6 Solange 17-09-2014 19:19
Louis XIV aurait déclaré avant sa mort "Je meurs, mais l'Etat demeurera toujours."
Citer
#5 Charles 17-09-2014 16:53
Bordonove exclue que Louis XIV ait prononcé cette phrase... La journaliste de BFMTV nous pousse ici à l'erreur. Mais ce serait une "ancienne chevènementiste " donc, on lui pardonne! :-)

Sur l'Ibère de Matignon, votre expression "l'apprenti caudillo de la république" est méritée, sans quoi, il aurait dès son arrivée Place Beauvau séparé la gendarmerie et la police de sa tutelle (souvenir désastreux et symbolique s'il en est de l’État Français): ce doit être possible tout en gardant l'équivalence des grilles salariales à grades équivalents.
Reste aussi l'expression assez juste prêtée à Cécile Duflot: "Pépé", le personnage d'Astérix.

Charles.
Citer
#4 AudeLys 17-09-2014 16:03
PFFFFFFFFFF ! Peut-être compte-t-il séduire les royalistes. Il n' pas honte Manolo el químico.
C'est souvent qu'il se prennent pour ce qu'ils ne sont pas. On te parle du règne de untel (au lieu de mandat), d'une république monarchique (ben voyons), de la première dame (vive Valoche) etc etc... Ils rêvent tous d'être roi ou de faire partie de sa cour. Bref, ils se prennent pour ce qu'ils ne sont pas et ne seront jamais.
Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais à la télé, nos super journaleux-gauc he-marakkech n'ont de cesse d'utiliser à tout bout de champ le mot "graal". Encore une référence à ce qu'ils détestent mais qu'ils veulent faire sienne...
Pas honte les kékés !... Manuel gaz est un arriviste à l'état pur, tel son compatriote catalan d'origine Jordi Pujol dont la communauté qu'il dirigeait avait perdu son AAA bien avant l'Espagne elle-même.
Citer
#3 Solange 17-09-2014 10:55
Si Valls a vraiment dit cela - ce qui est une erreur gravissime - c'était vraiment inutile : tout le monde sait que c'est lui qui est aux commandes et qu'il croit à son destin (lui aussi) pour 2017. Attention aux faux-pas, aucun socialiste ne lui fera de cadeau. Le monde des politiques est non seulement féroce, mais impitoyable.
Citer
#2 PELLIER Dominique 17-09-2014 08:07
Le précédent président de la république était grossier, il déniait ce qu'il avait convenu le matin ainsi que son propre gouvernement. Ici, le président est absent au profit d'un premier ministre hautain, méprisant. Le bel hidalgo (je préfère la maire de Paris avec le m^me nom, entre nous) !!!! Ces gens-là n'ont rien à faire de ceux qu'ils sont sensés gouverner. Faut-il l'écrire en capitales ?
Citer
#1 Dofiar 17-09-2014 00:47
J'ai regardé en direct le débat à l'Assemblée nationale depuis le discours de Véronique Besse.
Manuel Valls a déclaré, après celle-ci :
« Nous nous sommes habitués à un chômage de masse dans notre pays. »
http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5805.1ere-seance--declaration-de-politique-generale-du-gouvernement-16-septembre-2014
J’ai sauté au plafond en entendant cela. Si les ploutocrates s’y sont habitués, comme en témoigne Manuel Carlos Valls, les sans-dents, eux, jamais !
Que tous les favorisés par la vie le sachent ! Les socialistes ont oublié le discours sur la misère, de Victor Hugo ! Honte à eux ! Une phrase comme ça devrait déclencher la révolte des sans-dents !
Citer

Ajouter un Commentaire

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

20/01 | Messe de Requiem pour la France et la famille royale
21/01 | Messe solennelle de requiem pour le roi Louis XVI
09/02 | Pèlerinage pour la France