Les jeux du cirque au PS

La France n’est plus la France si l’on en croit les images et les discours donnés par les poids lourds du dernier rendez-vous de l’université d’été du parti socialiste à la Rochelle. Le pays ne ressemble plus à rien avec cette politique qui vire d’un côté puis de l’autre, sans cap, en ordre dispersé, c’est à celui ou celle qui criera le plus fort pour se faire remarquer par les médias.

Arnaud Montebourg qui pensait qu’il serait la vedette de cette réunion s’est vu supplanter par la garde des Sceaux Christiane Taubira, reconduite dans ses fonctions dans ce gouvernement Valls 2. Sans doute dispose-t-elle de dossiers sulfureux pour que le président la garde auprès de lui. Quand on a ce poste où tout se sait, il vaut mieux la ménager, au moins un temps, le temps de finir le mandat. Il nous reste tout de même 2 ans et demi à faire et au train où vont les choses, qui sait ce qui nous attend dans les semaines suivantes.

Christiane Taubira a jeté son venin avec les frondeurs, tellement heureuse de devenir la vedette de ce show et sur un ton d’agressivité qui promet pour l’avenir. Bartelone l’approuve et la suit comme un petit chien qui pourrait avoir besoin d’elle un jour ou l’autre. En politique, on ne meurt jamais car on peut toujours rebondir en ayant de la patience, de la persévérance et en étudiant ses dossiers au cas où…

Ouvrons une parenthèse pour Alain Juppé que l’on croyait tranquille dans sa mairie et qui va se présenter aux primaires. Mais n’est-ce pas pour avancer de quelques pions Nicolas Sarkozy ? Tout est possible dans ce monde où les stratégies politiques deviennent de plus en plus sophistiquées. Et refermons-la !

Le pauvre Arnaud que l’on a vu très fatigué en a pris un coup. Il ne s’est peut-être pas encore remis de sa démission forcée. N’oublions pas que c’est partiellement grâce à lui que François Hollande a été élu puisqu’il arrivait en 3ème position et qu’il ne s’attendait certes pas à être débarqué par un « ami ». En politique, il ne faut jamais l’oublier, la reconnaissance et l’amitié sont des sentiments qui n’existent pas. Benoit Hamon n’ayant pas l’envergure d’un tribun a été plutôt raisonnable. Les deux autres ex-ministres se sont confiés aux micros avec retenue.

La guerre est déclarée entre militants incapables d’évoluer, de voir tous les voyants rouges de la société et celle-ci s’effondrer sous le poids des contraintes imposées aux uns et aux autres, alors que les effets de la mondialisation ne cessent de déstabiliser le commerce français et européen. L’enchainement des entreprises qui ferment ou délocalisent, créant des millions de chômeurs, donc de désespérés ne semble pas faire prendre conscience à ces socialistes d’un autre temps que le monde a changé depuis Jaurès.

L’extra-terrestre Emmanuel Macron qui a succédé à Arnaud Montebourg va découvrir que le monde de la politique, dont il ne sait rien, mais vraiment rien, est un univers où des caïmans de toutes les espèces n’ont d’autre fonction que de vous dévorer si vous êtes trop brillant, trop riche, trop intelligent, trop expérimenté, trop diplômé, trop charmeur, trop beau. Il a pourtant sa carte du PS depuis 2008, a été au service de François Hollande, dont il a favorisé dans l’ombre la venue au pouvoir de l’actuel président. Ce très brillant banquier va-t-il tenir face à la meute des dinosaures dirigeants du P.S. ?

Un certain DSK avait aussi de grandes qualités professionnelles économiques et il aurait peut-être pu réussir à changer le pays. Je ne doute pas qu’un jour toute la vérité éclatera sur son cas, mais il sera trop tard. Enfin, on cite son nom quelques fois, mais il a lui aussi vieilli et n’a plus besoin de ce poste de président tant convoité. Je n’ai pas entendu la nouvelle ministre de l’éducation nationale, l’égérie de la théorie du genre, Najat Vallaud-Belcakem s’exprimer. Mais j’ai peut-être raté un épisode. Toujours est-il qu’en 2013, elle a initié le programme des A.B.C.D. de l’égalité et autres réformes toutes plus dangereuses les unes que les autres. À 36 ans, elle n’a aucune expérience susceptible de lui permettre de voir autre chose que l’accomplissement de ses fantasmes. Elle ne s’exprime pas avec la violence d’une Taubira, mais elle n’en reste pas moins tout aussi dangereuse si ce n’est plus. Nous veillerons.

Quant au président Hollande, il continue de parader à l’extérieur, laissant Manuel Valls prendre tous les coups à sa place. Celui-ci le savait et se sent de taille à tout supporter. Il a été sifflé, hué, qu’importe, il continue à marcher droit. Pour un homme de gauche évidemment, c’est une performance. Excellente initiative que de dire au MEDEF « j’aime l’entreprise ». Il aurait pu ajouter « j’aime l’entreprise avec ses salariés ».

Pour toutes les mesures prises pour sortir la France du gouffre dans lequel elle s’enfonce un peu plus chaque jour, il faudra du temps, quelques années. Rien ne se fait par un coup de baguette magique. Les français sont d’ailleurs ingouvernables. Alors que les dirigeants disent blanc aujourd’hui, noir demain et rouge un autre jour, ils ne sont plus crédibles depuis longtemps. Et Dieu seul sait ce qui va se passer dans l’avenir…

Solange Strimon

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement