Le cas Dupont-Aignan

Frédéric Haziza a dû être surpris. Nicolas Dupont-Aignan, dirigeant de Debout la république et habitué des coups médiatiques, l'a traité de « merde intégrale ».

Nicolas Dupont-Aignan n'en est pas à son coup d'essai. Il a déjà brûlé de faux billets en euros lors de meetings et n'hésite pas à se montrer libre face à la vindicte qui frappe toute personne soupçonnée de considérer Le Pen autrement qu'en diablotin reflétant les heures les plus sombres de notre histoire.

Cet homme est libre et a su se faire un nom à droite, indépendamment du FN et de l'UMP. Il propose des solutions pragmatiques et fait preuve d'un bon sens populaire qui le classe parmi les hommes politiques crédibles. Il n'entre pas dans les codes médiatiques, ce qui peut le ridiculiser face aux requins de la communication scientifique.

Dommage que son parti s'appelle Debout la république et non A mort la gueuse, autrement, il aurait pu faire partie des politiciens récupérables.

Julien Ferréol

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement