La France rachetée

Le drame s'est déroulé il y a quelques jours dans le bordelais. Un hélicoptère transportant les anciens et les nouveaux propriétaires d'un vignoble s'est écrasé. Les quatre occupants, qui fêtaient la passation de pouvoir, ont été tués.

Ce drame est d'abord celui du décès de quatre personnes et de la douleur des familles. Mais il est aussi celui de la vente de la France. Les nouveaux propriétaires chinois représentent la génération qui rachète la France.

L'endettement et la situation économique de la France poussent les pouvoirs publics et les propriétaires à accepter toute rentrée d'argent. Tout y passe ; de nos fleurons industriels à nos symboles culturels et sportifs en passant par l'immobilier, la France vend ses bijoux de famille pour rembourser les dettes qu'elle a contractées sans réflexion.

Dongfeng, un groupe chinois, entre dans le capital de PSA à hauteur de trois milliards d'euros. L’Etat, sur ordre du ministre Montebourg, injecte la même somme pour « éviter que PSA ne devienne chinois ». L'Etat français pourra-t-il suivre encore longtemps ? Combien de régiments faudra-t-il liquider pour le prochain tour de poker pour lequel il faudra suivre la mise ?

L'incontournable Qatar qui se fait une vitrine de Paris grâce au football et au handball a investi dans l'immobilier et injecte des sommes d'argents considérables en France. Reste à savoir ce qu'il se passera quand la bulle éclatera, par le retrait du prince.

Le Qatar ne fait pas partie des investisseurs qui créent de nombreux emplois ; néanmoins l'argent du sport serait-il un cheval de Troie pour le financement d'un islam radical ?

Pour le moment, les investisseurs ont le sourire et sont polis. Mais viendra un jour très prochain où ils nous demanderont légitimement des comptes sur notre gestion de leur patrimoine dont nous aurons la gérance. Ce sera la porte ouverte à des conditions de travail scandaleuses et à une paupérisation massive. Le temps des larmes et des grincements de dents. Les syndicalistes de la CGT ou de SUD ne pourront rien faire face aux requins de toute écailles : hommes d'affaires nord-américains, cheikhs qataris et magnats chinois ou indiens.

La république, par le vol, a hérité d'un domaine exceptionnel: la France. Elle en a détruit la substance et revend la coquille au premier venu, après l'avoir réduite en esclavage au service de ses idéologies.

Julien Ferréol

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement