Dieudonné et la liberté d'expression

Depuis le couronnement des droits de l'homme, la liberté d'expression est l'un des piliers dogmatiques de la société. La liberté d'expression consiste en la faculté pour chacun d'exprimer publiquement ses opinions.

Il va sans dire que cette liberté d'expression est l'apanage des journalistes autorisés, financés par d'honorables institutions entendant inoculer les idées contemporaines.

Mais tout le monde n'a pas la chance d'être une chaîne d'information en continu, un journal gratuit ou un autre vecteur d'information influant. Et lorsque les bornes du politiquement correct sont franchies, alors vient la place d'un grand débat. Pour certains, on peut être en désaccord avec une idée et être prêt à mourir pour que le colporteur de ladite idée ait le droit d'en parler et de présenter ses arguments dans un débat équitable et honnête. Pour d'autres, qui semblent faire la majorité, la liberté d'expression s'arrête là ou commence la dignité des autres.

Autrement dit, la liberté d'expression ne doit pas franchir le Rubicon. La liberté d'expression absolue est de toute façon un mythe qui n'a jamais fonctionné sur la durée ; son inverse, la censure de toute opinion contraire à la vérité devant laquelle le pouvoir public pose le genou, est-elle pertinente ?

Bien sûr, la diffamation ou l'injure publique sont des délits punis par la loi et les plaintes sont nombreuses. Certains sujets semblent aussi atteindre une sensibilité critique. L'antisémitisme en est un exemple culminant. Le génocide durant la guerre incitent les observateurs à exercer une puissante levée de bouclier lors de tout dérapage à l'encontre du peuple juif. La peur du renouvellement d'atrocités interdit le rire. Ce n'est pas le cas pour tous les peuples du monde : le peuple vendéen n'a pas droit à ces prérogatives mémorielles et que dire des masses d'enfants avortés...

Dieudonné M'Bala M'Bala est un humoriste dans le collimateur du système. Son humour sarcastique et moqueur à l'égard du peuple juif a attisé la colère de hauts responsables, jusqu'au niveau du président de la république. Il est alors question d'interdire ses spectacles, et un site internet recensant les identités et coordonnées de membres du public de Dieudonné est accessible en ligne. Son geste de résistance au système, la « quenelle », est repris par des personnalités très diversifiées, de Jean-Marie Le Pen à Nicolas Anelka, en passant par une bonne poignée de soldats, de pompiers et d'autres petites gens de la société civile. Elle s'invite même dans les milieux catholiques. Les multiples interprétations possibles de ce geste, qui peuvent aller jusqu'au salut nazi inversé rendent difficile l'analyse de ce qui est en passe de devenir le nouveau gadget de la panoplie du parfait résistant, entre le pull La Manif Pour Tous, le bonnet rouge et le saucisson sec.

Julien Ferréol

Commentaires  

#5 Julien Ferréol 02-01-2014 14:59
Monsieur Cheuzeville,

j'ai pris acte de votre commentaire et j'entend bien la différence entre des exactions commises en 1940 et en 1790.
Une différence de degré et de nature caractérise les atrocités dont nous parlons.

Néanmoins je maintiens et assume complètement mon propos car je ne met pas les deux génocides sur le même plan. Je demande que des mesures mémorielles soient prises au sujet du génocide vendéen, comme elles ont été prises-avec raison- pour la Shoah. Des mesures mémorielles adaptées aux circonstances que vous avez rappelées avec raison.

Cordialement.
JF
Citer
#4 Pascal Bouzigues 02-01-2014 09:12
On parle toujours de la Shoah , mais jamais de l Holodomor , perpétré par ces mêmes juifs , sous les ordres de Staline, contre 7 millions de chrétiens Ukrainiens ou la famine organisée par des vols de nourriture. Même résultat avec des corps d enfants, de femmes et d hommes décharnés mourant de faim et ce dans les années 30. De temps en temps, il faudrait leur rappeler à ceux qui font de la Shoah , un commerce .
Citer
#3 Élias 01-01-2014 17:00
@Cheuzeville Hervé
"On ne doit rire ou se moquer d'aucun de ces génocides"

Vous ne parlez pas de Dieudonné j'espère ? Car contrairement à ce que vous pensez, il ne se moque pas du génocide en lui-même mais de ceux qui instrumentalise nt ce génocide. Les faux rescapés (lire "Menteurs et Affabulateurs de la Shoah" par Anne Kling ou encore "L'Industrie de l'Holocauste" du juif Norman Finkelstein), les faux témoins, très nombreux, ainsi que tous ceux qui se cachent derrière ce drame et par extension derrière l'accusation d'antisémitisme pour discréditer leurs adversaires. Voilà ce que critique Dieudonné lorsqu'il chante "Shoananas" ou qu'il parle de "pornographie mémorielle" au sujet du bourrage de crane infligé aux gens avec cet événement.

Quand les médias parlent-ils des victimes de la Seconde Guerre ? Jamais.

Quand les médias parlent-ils des victimes juives de la Seconde Guerre ? A chaque fois qu'ils évoquent la Seconde Guerre.
Sans parler des émissions consacrées exclusivement aux juifs tués durant cette période.

Alors oui, Dieudonné a raison de dénoncer cela, car soit l'on reconnait la souffrance de toutes les victimes de l'histoire humaine, soit on se tait. Car la hiérarchisation des souffrances et des racismes, avec d'un côté le racisme et de l'autre l'antisémitisme , ne peut qu'accroitre ce sentiment d'injustice et attiser la judéophobie.

La LICRA et le CRIF le savent et continuent de nuire à la République en agissant tel qu'ils le font. Le malheur est que tous les gouvernements successifs adhèrent à ce système nocif pour la Société française.

Dieudonné a tapé là où ça fait mal et il continuera tant que les choses ne changeront pas. Et c'est bien le seul artiste français à oser le faire. Heureusement qu'il est là pour prendre ces risques !
Citer
#2 Jacques Jouan 31-12-2013 18:08
Bonsoir,

Hervé j'approuve votre propos. Je crois que personne ne se moque d'aucun génocide. Je crois que le seul sujet de moquerie c'est la récupération que les générations présentes font d'un tel événement. Je pense pour ma part que le vrai danger pour l'unité nationale c'est cette clique de personnes qui instrumentalise le racisme et l'antisémitisme pour ne pas parler du Mal Social. Diviser la communauté nationale pour mieux régner.

Amicalement
Jacques Jouan
Citer
#1 Cheuzeville Hervé 31-12-2013 14:12
Vous ne pouvez pas mettre sur le même plan le génocide vendéen et la Shoah. Il reste en 2013 des survivants de la Shoah, des orphelins de la Shoah, des petits-enfants de personnes gazées à Birkenau ou massacrées en Ukraine ou ailleurs. Ce n'est pas le cas des Vendéens. Les massacres commis sous la Terreur sont un évènement historique qui nous touche, et dont nous tenons à préserver, à juste titre, le souvenir. Mais personne, parmi nous, n'a vécu ces horreurs. Ce n'est pas le cas pour la Shoah, qui reste un souvenir vivace dans le coeur de nombre de nos contemporains. On ne doit rire ou se moquer d'aucun de ces génocides, mais l'on se doit de faire preuve d'un surcroit de délicatesse et de compassion à l'égard des victimes de la Shoah. C'est un descendant de deux martyrs de la Terreur qui écrit ce commentaire.
Citer

Ajouter un Commentaire

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

20/01 | Messe de Requiem pour la France et la famille royale
21/01 | Messe solennelle de requiem pour le roi Louis XVI
09/02 | Pèlerinage pour la France