Neuwirth a comparu devant Dieu

Lucien Neuwirth est décédé dans la nuit du 25 au 26 novembre. Cet homme a donné son nom à la loi éponyme autorisant l'usage de la pilule contraceptive.

"Grand résistant" selon la qualification complaisante des médias de la pensée unique, Lucien Neuwirth a été député puis sénateur de la Loire. Proche du général de Gaulle, membre du "comité consultatif national d'éthique", Neuwirth était favorable à l'euthanasie. Dans le contexte du sulfureux suicide d'un couple d'octogénaire militant pour l'exécution des malades, chaque journaliste brûle son grain d'encens sur l'autel du monde moderne pour glorifier cet homme qui s'est toujours "battu pour de nouveaux droits".

Car Neuwirth n'était pas un vulgaire gauchiste. Il a dû batailler dans son propre camp, celui de la droite du général de Gaulle pour faire adopter ses lois. Il est l'illustration de la propension de la droite à trahir les valeurs qu'elle prétend défendre. L'opposition à la révolution, chez les girondins de la droite républicaine, a toujours été un leurre, un mensonge, une trahison et dans le moins hypocrite des cas, une illusion totale. Comme l'a si bien formulé Béatrice Bourges, on y retourne sa veste "toujours du bon Copé".

La pilule, bien sûr, serait passée sans cet homme qui n'a été qu'un instrument à la culture de mort. Les conséquences de la pilule sont monumentales car celle-ci viole gravement le Cinquième commandement, tu ne tueras point. Bien sûr, cela s'entend au sens corporel quand on sait que certains cas de prise de pilule sont contragestives et entraînent un avortement, soit la suppression volontaire d'une vie humaine. Mais cette violation est bien plus grave à la pensée de ces millions d'âmes perdues pour l'éternité à cause de ce péché. Ne pas tuer, c'est s'abstenir d'ôter la vie du corps mais surtout celle de l'âme.

De plus, la pilule entraîne une chute de la natalité qui affaiblit le pays et laisse la place à d'autres cultures moralement moins décadentes.

Alors prions pour lui, pour qu'il se soit converti si ce n'est pas le cas, mettons-nous tout de même à genoux pour les tenants de la culture de mort encore sur terre.

Julien Ferréol

Commentaires  

#3 Audelys 27-11-2013 15:44
« De plus, la pilule entraîne une chute de la natalité qui affaiblit le pays et laisse la place à d'autres cultures moralement moins décadentes. » Ajoutons à cela la loi Veil (Tiens ! encore....) et l'on sait pourquoi aujourd'hui nous allons être remplacé par une autre population, une autre "culture".
Citer
#2 Pellier Dominique 27-11-2013 14:22
La pilule contraceptive, l'euthanasie sont des crimes déguisés. Comment voulez-vous que personne n'aie le moral devant ces idées morbides. En effet, prions pour que Dieu prenne en pitié tous ces criminels.
Citer
#1 Sophie Drouin 27-11-2013 07:07
La faute de la pilule contraceptive la chute de la natalité? Contrôler le nombre d'enfants par famille se faisait bien avant qu'elle soit légalisée. Le problème c'est que nous les jeunes, si on veut faire des enfants, on a pas les moyens de les avoir. Et quand on a les moyens financiers d'en élever, ces moyens-là sont précaires et peuvent disparaître du jour au lendemain, autant du point de vue économique qu'affectif. Liberté oblige! Même un couple visiblement heureux peut finir en 4 ans en une mère monoparentale avec 2 enfants, au chômage et avec peu de perspectives professionnelles.

Ensuite, des stensors du néolibéralisme iront la qualifier d'irresponsable parce qu'elle réussit pas à se replacer ailleurs qu'avec des contrats annuels et qu'elle osera pas avoir un 3e enfant de peur que le mari déserte ou que la pauvreté affecte les chances de ses deux premiers de se placer à un job avantageux plutôt qu'ils galèrent comme leur mère jusqu'à ce qu'elle doive se faire euthanasier à 60 parce qu'elle n'a pas de quoi se faire soigner ou qu'un disciple d'Attali a été élu. Ouais, ça me donne envie de faire des enfants...je pourrais utiliser un de mes tiroirs comme berceau, l'habiller de linge de seconde main et le nourrir de riz provenant de Chine dépassant la norme de risque d'arsenic. Tout ça pour qu'un vaillant gardien de l'enfance vienne le ramasser parce que je suis irresponsable.

Il va falloir penser bientôt aux avantages sociaux si vous voulez que nous petites mères ont pondent avant d'avoir 45 ans. 15 ans encore et aucun emploi stable en vue. Et aucun 'petit ami' catholique non plus. La galère quoi!
Citer

Ajouter un Commentaire

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

20/01 | Messe de Requiem pour la France et la famille royale
21/01 | Messe solennelle de requiem pour le roi Louis XVI
09/02 | Pèlerinage pour la France