Soutien au bastion de Fontgombault

Les légions maçonniques ont conquis toute la France. Le parlement, les régions, le gouvernement, même l’Elysée est occupé par un couple illégitime de pantins aux ordres du Grand Orient. La résistance, bien qu’ayant connu un sursaut d’honneur cette année, est réprimée dans la violence.

Et pourtant, un petit village berrichon résiste encore et toujours à l’envahisseur. Situé sur le fief de S.A.R. le Prince Alphonse de Bourbon, fils cadet de Louis XX et administré par un conseil municipal courageux, le village de Fontgombault tient bon.

Son maire, M. Jacques Tissier, a fait savoir à ses administrés que lui et son conseil municipal démissionneraient s’ils étaient obligés de marier deux homosexuels. La nouvelle, diffusée via le compte-rendu du conseil municipal de la commune a fait le tour de France.

Déjà les brigades anti-homophobes appellent les homosexuels à venir s’installer à Fontgombault pour forcer la démission du maire.

Le maire de Fontgombault, Jacques Tissier, est de ces élus locaux qui forcent le respect. Il est maire de la commune depuis 1977, et la page wikipédia de l’élu illustre la partialité de l’encyclopédie dite « libre ».

Monsieur le maire y est qualifié de catholique intégriste. La source de l’épithète péjoratif « intégriste » est un lien menant à une déclaration toute à fait saine publiée chez nos amis du Salon Beige.

Monsieur le maire est également décrit comme « monarchiste assumé ». S’il y a peu de chance que le bolchévik qui a écrit cet article lise Vexilla Galliae tous les jours, et encore moins de chance pour que « monarchiste assumé » soit pour lui un compliment, nous prenons cette information, si elle est vraie, comme une très bonne nouvelle.

Un maire monarchiste, catholique véritable (traduction d’intégriste, signifiant le refus de la concession et la vérité de la vie avec Dieu) qui défend bec et ongles le mariage traditionnel. Soutenu par son conseil municipal.

Le dernier petit village gaulois a-t-il une potion magique ? Oui. Sur sa commune existe un célèbre monastère, Notre-Dame de Fontgombault. A l’Abbaye, 70 moines intercèdent jour et nuit pour la France. Pour la France qui combat, comme celle du conseil municipal où deux moines siègent, et pour la France qui s’en contrefout et qui a bien besoin de ces hommes en noir pour espérer la conversion.

La France traditionnelle dispose d’un maquis de jeunes prêts au combat politique et de quelques fortins, dont Fontgombault.

Julien Ferréol


Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement