Parlementarisme et bouffonneries

Peut-on rire de tout ? Tout dépend de son interlocuteur. Espérons que nos lecteurs opposés à la dictature des lobbys para-parlementaires sauront se laisser attendrir par les marionnettes de la république.

Cessons, quelques instants, de développer la dangerosité des sectes parlementaires pour nous arrêter sur quelques amusantes péripéties.

Mardi au mal-nommé Palais-Bourbon, Véronique Massonneau, député écologiste de la Vienne, intervient au sujet de la réforme des retraites. Le breton Philippe le Ray, député UMP, imite alors la poule pour railler la malheureuse écologiste. Le caquetage lui a valu un foudroyant châtiment : 1378 euros de retenue sur sa prochaine fiche de paie. Du Parlement on ne se moque pas, et Bartolone, Président de la Chambre Basse, n’a pas hésité à frapper l’amateur de volailles de la verge républicaine.

On se serait cru fin XIXème, lorsque le vaillant député royaliste de la Vendée, le comte Armand de Baudry d’Asson fut emprisonné une nuit durant dans un cachot de l’assemblée. Qui a dit que la justice était laxiste depuis l’investiture de Taubira ?

Et puis comment ne pas citer les immanquables erreurs de boutons ? Combien de fois, depuis l’importation de l’informatique sur les bancs parlementaires, nos députés se sont-ils fourvoyés en se trompant de réponses ? Combien de fois des français se sont ils frappés le front d’indignation face à une telle énormité ?

C’est encore arrivé au sujet de la réforme des retraites. Huit députés PS se sont trompés de bouton…Huit. Le déjeuner avait-il été arrosé comme l’a révélé Najat Vallaud-Belkacem, en fustigeant le « sexisme » du député caqueteur ?

Nos députés, nous le savons, sont les marionnettes du système. Pour être élus, ils doivent échanger leur indépendance et leur intelligence au profit d’une étiquette d’investiture, qui leur permettra de se faire élire pour 5 années de privilèges, pas trop exposés. En contrepartie des avantages parlementaire, les élus sont priés d’écouter les consignes venues des partis politiques (elles-mêmes issues des conclusions des travaux maçonniques). Gare au contrevenant…

Alors tout ce cirque, toute cette ambiance honteuse de classe de CE2, est-elle le signe que seuls des petits esprits ont si peu d’honneur pour laisser leur liberté aux vigiles d’entrée des sièges de partis ?

Ou est-ce le comportement révélateur d’une élite qui se moque de nous depuis des siècles ?

Toute cette volaille n’est pas élevée en plein air. Si le label rouge est garanti pour la plupart, la consommation est déconseillée.

Julien Ferréol

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement