Le bon côté de l’immigration

Le titre est au premier degré. Si tout français qui se respecte peut -et doit !- s’épouvanter quotidiennement du remplacement de population que nous vivons béatement, il y a peut-être des éléments positifs.

Jacques Chirac avait prétendu que les racines de l’Europe étaient autant musulmanes que chrétiennes. C’est faux et scandaleux. Aujourd’hui l’Islam semble être l’avenir de l’Europe : inacceptable pour un patriote. Devant l’avancée subventionnée de l’immigration extra-européenne en Europe occidentale, ce sera, à n’en pas douter, la Chariah ou la Reconquista.

Et pourtant ne soyons pas trop arrogant face à ces immigrés. Sans sombrer dans la soi-disant « tolérance » de la gauche. Ils ont certainement des leçons de vie à nous inculquer, des évidences à nous ré-apprendre.

Ces immigrés, d’origine maghrébine ou subsaharienne, ont quitté leurs terres pour faire vivre leur famille dans les pays riches. Ils savent ce que sont la pauvreté, la misère et la sensation de faim autre que le décalage d’une heure d’un goûter.

En France ils ont été entassés comme des lapins dans d’utopistes grands ensembles sortis tout droit de l’imagination d’architectes devant s’accommoder d'un budget serré, très peu de temps et des références probablement communistes. Il y est plus difficile de réussir ses études que dans les villas bourgeoises de Saint Cloud.

Alors que font-ils ? Ils vivent de trafics en tout genre et fournissent, pour de juteux bénéfices, la jeunesse de France désabusée en produits stupéfiants. Lorsque l’on dispose d’une situation confortable et d’un statut social reconnu, on peut regarder de haut ces délinquants. Mais qu’aurions-nous fait à leur place ?

Dans les cités où vivent les immigrés, si la vie est dure, certaines valeurs sont non-négociables. Il suffit de lire les textes des rappeurs pour mesurer l’importance du respect de sa propre famille (de sa mère en particulier), des anciens et de la hiérarchie en place.

Respect de l’Islam également. Pour Allah, la communauté musulmane de France ne fait pas de concessions. Discuter avec un musulman convaincu est autrement plus intéressant que de parler avec un « chrétien » mollasson, certain que l’on ira tous au paradis et que toutes les bonnes volontés se valent. La virilité de ces communautés trouve sa plénitude en matière de religion. L’honneur de celle-ci passant avant le discours des autorités civiles et la dernière mode vestimentaire, télévisuelle, sexuelle…

En consultant certains sites d’information alternative, on peut être révolté par la violence de cette immigration pour les fils de France. Mais avons-nous quelque chose à leur répondre ? Assumons-nous notre fierté, notre identité et notre foi autant qu’eux ? Pour obtenir d’eux le respect, respectons-nous nous-mêmes avant de les respecter eux. Nous vivons dans un tel bain de relativisme que nous ne comprenons pas que pour un musulman, un chrétien « tolérant » est une abomination. Les prêtres portant la soutane dans les quartiers difficiles en savent quelque chose.

Ils nous donnent l’exemple de gens qui ne baissent pas les yeux et qui tiennent à leur honneur.

Les jeunes français de souche qui se convertissent à l’Islam, les jeunes filles qui ne trouvent d’hommes que chez les immigrés, autant de marqueurs clairs de l’urgence en cours !

Ne nous trompons pas d’ennemis. Ou, hiérarchisons-les. Car ce n’est certainement pas de la faute de l’Islam que la France est dans cet état aujourd’hui. Pour Pierre Hillard, l’Islam est le dernier rempart contre le mondialisme. Il ne s’agit certainement pas de s’y convertir mais de se convaincre que ce ne sont pas eux qui ont organisé le choc des civilisations.

Julien Ferréol

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement