Du Braquage niçois et autres considérations

Je ne reviendrai pas sur les circonstances du braquage qui ont coûté la vie à l'un des malfrats et qui ont gâché la vie du bijoutier.

Cette malheureuse affaire est révélatrice de notre politique judiciaire, qui depuis des décennies, droite et gauche confondues, fait plus grand cas du délinquant que de la victime. C'est tout juste, si cette dernière n'a pas cherché les ennuis. On le voit depuis ce braquage où le pays se divise entre ceux qui prennent partie pour la victime (entendez le bijoutier) et ceux qui optent pour défendre le malfrat. On peut regretter que celui-ci soit mort, mais tout de même, on ne l'a pas obligé à aller braquer une bijouterie, frapper le commerçant et repartir avec le magot, sur un scooter. D'autant que si l'on examine son casier judiciaire, on ne peut pas dire que le sien était vierge, loin de là. C'était ce que l'on appelle dans le jargon, un multi-récidiviste.

Ces situations, vont malheureusement se multiplier si l'on applique la nouvelle loi "Taubira"(1) qui après avoir détruit la cellule familiale, veut maintenant libérer les "moins de cinq ans", entendez ceux qui font ou feront moins de cinq années de prison. Ils seront libres comme l'air. C'est vraiment mettre le loup dans la bergerie. Quand j'entends un élu socialiste dire qu'il ne faut pas que la France devienne le Far-West. Mais à qui la faute avec de tels irresponsables au plus haut niveau de l'Etat.

Ce qu'il faut pour notre pays, c'est une véritable politique judiciaire où la prévention n'étouffe pas la répression. Toute infraction à la loi, doit être immédiatement punie, sous peine de voir l'impunité s'installer partout. Cela commence par les incivilités qui se multiplient à vitesse "grand V". Il faut impérativement rétablir le respect de l'autorité. A l'école, d'abord où les élèves vont jusqu'à insulter leur professeurs quand ce n'est pas jusqu'à les frapper avec parfois, l'aide de leurs géniteurs. Dans les relations de travail où la hiérarchie n'est plus respectée. Partout à tous les étages de notre société, l'irrespect s'installe, avec la complicité des médias et de nos élites pseudo-culturelles. On n'a plus aucun égard pour nos anciens, nos valeurs comme la patrie, l'armée, la religion etc... 

Un exemple: la perpétuité qui n'en est pas une, puisque avec les remises de peine pour bonne conduite, elle peut être réduite à quelques dizaines d'années. La perpétuité doit être réelle. Il existe des criminels qui malgré la bonne volonté des magistrats, des psychologues de tous poils et autres, sont irrémédiablement perdus pour la société. Il vaut mieux dans ce cas, les garder bien au chaud, à l'abri de récidives. Nous en avons la preuve avec ce violeur franco-suisse (2) qui purgeait une peine de prison près de Genève et qui grâce à un programme de réinsertion, bénéficiait de sorties pour faire de l'équitation. Cet homme n'a pas hésité une seconde à égorger sa thérapeute, qui l'accompagnait dans ses petites virées. On se demande, qui était le plus fou dans l'histoire. Mai là, c'est un autre débat.

Je ne suis ni politicien, ni magistrat, ni spécialiste des questions judiciaires, mais je suis comme tous les français, inquiet de la montée de la violence dans notre société. Les cambriolages ont augmenté de façon incroyable. Je le disais plus haut, les incivilités restent impunies. On a l'impression que les victimes ne sont pas défendues comme elle le devraient, c'est même le contraire, comme on le voit avec l'affaire de ce bijoutier niçois. La justice qui devrait défendre les plus faibles, manque souvent à son devoir, prisonnière qu'elle est d'une idéologie mortifère et d'intérêts partisans. Souvenons-nous que la Justice avec un "grand J", est un pouvoir régalien. Le chef de l'Etat en est le gardien et le protecteur, en tout cas, devrait l'être. Rappelons-nous les belles images, illustrant nos livres d'Histoire, où l'on nous montrait Saint Louis, rendant la justice sous un chêne, sans se préoccuper de la condition des personnes. Bien sûr c'était Saint Louis, mais nous sommes en droit de demander d'être protéger nous et nos biens. N'est-pas dans la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 (art 2 et 17), chère à nos républicains, qui n'hésitent pourtant pas, à la bafouer quand elle ne va dans le sens de leurs intérêts ?  

Notre pays, va mal, très mal, même. Il ne faut être grand clerc, pour le constater. Notre société se délite et nos gouvernants qui devraient en maintenir l'unité, la stabilité et la sûreté, ne le font pas mais par les dispositions législatives qu'ils prennent, aggravent, même la situation.

Les municipales ont lieu dans quelques mois et ces faits, feront sans aucun doute, le jeu du Front National. Nous savons, nous les royalistes, que ce parti est une voie de garage, crée par le système pour contenir la colère et les frustrations de nos concitoyens. Pas plus le FN, que la classe politique "classique", ne pourront endiguer le déclin de notre pays.

Lorsque les français, ouvriront enfin les yeux et reconnaîtront que les solutions qu'on leur propose depuis des décennies, ne sont que du vent. Lorsqu'ils se tourneront enfin, vers La solution vraiment soucieuse de leurs intérêts et du Bien-Commun, ils pourront goûter à la stabilité, la sûreté et l'unité qu'ils cherchent éperdument et depuis bien longtemps. D'ici là, il y aura encore d'autres bijoutiers agressés, des buralistes, dévalisés, des convoyeurs de fonds, assassinés et des malfrats et des criminels en cavale avec la bénédiction du ministère de la justice.

Jean-François Martot

(1)http://www.lepoint.fr/societe/reforme-penale-la-fin-des-courtes-peines-de-prison-24-08-2013-1717013_23.php

(2)http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/le-violeur-recidiviste-franco-suisse-a-ete-arrete_1281914.html

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement