Qu’attendre de Marion Maréchal-Le Pen ?

« On en aura donc jamais fini avec cette famille ». Voici la phrase à la mode dans les milieux autorisés et introduits du Front républicain, lorsqu’a surgi la petite-fille de Jean-Marie Le Pen. Inconnue du grand public avant sa candidature aux législatives de 2012, elle semble incarner la succession de la famille, dans la lignée de son grand-père et de sa tante.

Qui est-elle ? La nièce de Marine Le Pen, étudiante en droit public a tenu à affirmer son indépendance en se forgeant ses opinions au fer de la fougue juvénile. Séduite comme de nombreux français par Nicolas Sarkozy en 2007, elle aurait même eu des amis…communistes. De quoi surprendre ceux qui la voyaient collectionner les posters du Menhir et du Maréchal lors de son adolescence.

Si elle s’était présentée en Île-de-France en 2010, elle a fait sa place en coiffant au poteau UMP et PS pour être élue député de la 3ème circonscription du Vaucluse. Son grand-père lui a demandé d’y laver son honneur honteusement sali par des accusations abjectes d’implication du Front National dans une affaire de profanation d’un cimetière juif de Carpentras, en 1990. Un sens de l’honneur qui hume bon la vieille France, fière et honnête et qui ne laisse pas les soufflets impunis.

Si la plus jeune député de l’histoire de la république (âgée de 22 ans lors de son élection, soit 6 de moins que son grand-père, député de la Seine en 1956) a un sens de l’honneur, elle a aussi, incontestablement, un sens de la séduction. Cette qualité, mise au service de ses convictions lui donne une longueur d’avance sur Martine Aubry, Dominique Voynet ou Jean-Luc Mélenchon.

Sans réduire son intelligence à son charme, elle est un vrai bol d’air dans la gérontocratie corrompue des hémicycles.

Enfin et surtout, elle semble être, pour de nombreux jeunes (dont votre serviteur) l’unique député qui habite la même planète que nous. Très consciente de la réalité de la vie des français et bien impliquée dans son mandat, ses interventions sont parmi les plus écoutées. Et si Jean-François Copé paraît la bouder, les jeunes français qu’elle croise ne manquent pas une occasion de se faire prendre en photo avec cette exception politique, lors, par exemple, de ses multiples participations publiques aux manifestations anti « mariage » gay.

Sa participation au pèlerinage Paris-Chartres de Pentecôte rassure sur son réalisme spirituel : une personne qui prend soin de mener sa propre âme au Ciel est un gage de droiture pour son engagement politique. Et au diable les peillonades laïcardes du « caractère privé du fait religieux » !

Toutefois, tempérons les enthousiasmes. Marion Maréchal-Le Pen est encartée dans un parti républicain. Elle ne s’oppose pas au « droit à l’IVG » tout en proposant un déremboursement pour les répétitions, et n’est manifestement pas royaliste.

Mais ne gâchons pas notre joie d’avoir enfin sur les écrans de télévision une femme politique qui semble vivre dans le même monde que nous.

Julien Ferréol

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement