Le chant des sirènes pour 2025

Français, réjouissez-vous, 2025 se prépare et dans cette perspective étudiée par les « meilleurs économistes » politiques  de notre temps (on peut l'espérer), apprenez que tous les problèmes d'emploi et autres seront résolus !

La France nagera dans l'opulence. Elle craignait hier de passer de la 5ème à la 8e ou 9e place économique mondiale derrière l’Inde et le Brésil. Que nenni : la voilà qui caracolera en tête des autres puissances, ayant même dépassé l’Allemagne !

En prévision de la réunion du séminaire de rentrée programmée par le Président, certains élèves se sont exprimé dans les colonnes d'un quotidien. Cécile Duflot, Philippe Martin (Écologie), Stéphane Le Foll (Agriculture) et Pascal Canfin (Développement) assurent qu'ils veulent relever « le défi de la transition écologique et prioritairement celui de la transition énergétique". Intéressant, mais comment ?

Deux génies de Bercy ont répondu à l'appel du Président, qui avait demandé à ses ministres de ne pas s'éloigner de Paris, de prendre des vacances très courtes, etc... Ils n'ont pas besoin d'être plus performants  que leur chef, « enfermé » huit jours à la Lanterne, qu'il déteste. Pierre Moscovici, pour lequel personne ne mettra en doute la sincérité et l'intelligence socialiste (elle n'est assurément pas la même que celle des royalistes), explique que la France s'en sortira en privilégiant «  des segments plus hauts» , misant sur la pharmacie, la gestion de l’eau et des transports. La palme d'or de l'optimisme revient à Arnaud Montebourg. Notre bouillonnant ministre du Redressement productif, revenu requinqué de sa Fête de la Rose, où ses supporters ne cessent de l'encourager à progresser sur le chemin d'un autre itinéraire (plus tard, plus tard, il est encore jeune...) a acquis la certitude que les 35 initiatives industrielles, mises en place hier et aujourd'hui, vont bien finir par être payantes pour 2025.

Comment imaginer que les copies remises au Président n'ont pas le goût de la réussite, du plein emploi, du bonheur pour tous ? Nos ministres, assistés de leurs spécialistes en la matière, n'avaient en fait d'autres missions que celles de nous redonner de l'espoir, nous faire rêver à des jours meilleurs. La réforme des retraites et la réforme pénale, la préparation du budget, le rendez-vous allemand en septembre, l'inversion de la courbe du chômage, la hausse d'impôt et les dizaines de milliards d'euros à trouver : des dossiers si lourds qu'il fallait prendre un peu de hauteur, nous faire rêver juste quelques jours avant le 26 août, date de la première réunion pour la réforme des retraites. 

Les Français doivent comprendre qu'on les saigne à blanc pour leur bien, dans cette perspective de 2025. Et à la personne qui s'enfonce inéluctablement dans les sables mouvants, sans aucune chance pour échapper à son sort et à la mort, n'a-t-on envie de lui faire entendre le chant des sirènes, comme celles auxquelles Ulysse aurait dû succomber... à moins qu'il ne s'agisse d'Obélix et Astérix ? Au point où nous en sommes, restons quelques minutes sur une note de vacances. On va voir en 2025 la fin du tunnel en se serrant encore plus la ceinture, alors que nos dirigeants (Président en tête) continuent de vivre heureux, tels des dieux de l'Olympe.

A quoi sert-il de faire des estimations sur le long terme, quand on connaît la vitesse à laquelle la communication et les événements circulent et combien fragiles sont les équilibres sociaux, nationaux et internationaux ? Oublierait-on que le mandat de ce gouvernement s'arrête en 2017 ? Et que nous vivons au quotidien dans l'incertitude ?

Solange Strimon

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement