La « Socialie » en ses œuvres

Rafles, contrôles d'identité, gardes à vue, fichage, flicage... Non, nous ne sommes pas en Corée du nord ou encore en Chine ou bien dans un de ces pays qui a vu fleurir le "printemps arabe". Non, nous sommes bien en France, le pays qui se targue d'être à la pointe en matière de droits de l'homme et qui se permet de faire la leçon aux autres.

Qui l'aurait cru seulement il y a un an ? Notre « Flanby » national a longtemps été considéré comme faible, flasque, sans relief. Il l'est en effet mais seulement avec ceux qui sont plus forts que lui : Obama, Merkel ... Par contre avec des vieillards, des jeunes qui ne font d'habitude jamais parler d'eux, des mères de famille, des gens qui paient leurs impôts, alors là il peut se montrer féroce... Comme tous les lâches, au fond. 

Notre pays glisse peu à peu et dans l'indifférence générale, vers une dictature qui ne dit pas son nom. La police qui en temps normal, devrait arrêter les "méchants" et protéger la population de leurs exactions, est devenue une police politique aux mains d'un pouvoir muré dans l'idéologie.

Pendant que des pillards délestaient des cadavres à Bretigny-sur-Orge, on arrêtait des veilleurs pacifiques. Pendant que des bus flambent, on contrôle des honnêtes gens qui portent un certain sweat jugé contraire à l'ordre public, alors qu'on laisse des supporters dans des matchs de foot, arborer des drapeaux de républiques pas très catholiques.

Ce pouvoir a perdu toute légitimité, si tant est qu'il en eut un jour. On utilisant la force contre sa propre population, il a rejoint le club très sélect des républiques bananières et autres autocraties. Plutôt que de lutter contre le chômage, la dette et l'insécurité, ce pourquoi il a été élu, il préfère imposer sa vision du monde et de l'homme à une France qui n'en veut pas.

A première vue, nous aurions de quoi désespérer. Il est de notre devoir de ne pas y succomber car le temps joue pour nous. Toutes les dictatures et la première d'entre-elles : la terreur (qui inspire si bien notre gouvernement) a bien fini par tomber. Le nazisme et le bolchevisme, également. Nul doute, que la république "hollandaise", rejoindra le cimetière des régimes honnis, un jour ou l'autre. Il est à espérer que l'on n'attende plus très longtemps.

Jean-François MARTOT

Commentaires  

#4 Jean-François Martot 02-08-2013 12:13
Chère Chantal, Hollande est vraiment le personnage que vous décrivez dans votre commentaire comme j'ai essayé de le dépendre dans mon article.

Malheureusement, nous devons le subir. Il est a espérer que ce ne soit plus pour très longtemps et qu'il finisse aux oubliettes de l'Histoire.
Citer
#3 Jean-François Martot 02-08-2013 12:02
Cher(e)? Dominique, je suis d'accord avec vous. Il est grand temps que le successeur légitime de nos rois, retrouve ce qui lui appartient de droit: le trône.

Quant à la notion de dictature, j'aurais pu employer le terme de tyrannie, qui me semble plus exact.
Bien à vous.
Citer
#2 Chantal de Thoury 30-07-2013 14:52
Jean Francois Martot a raison et decrit bien la personnalite de Francois Hollande qui n est qu 'un " p'tit chef".
Ce sont ceux la qui deviennent les pires dictateurs quand on leur donne le pouvoir en pensant pouvoir les "controler".
Tant qu ils sont assujettis a plus fort qu eux, ils se maintiennent dans une obsequiosite servile vis a vis de celui qui est plus fort mais deja sont tyranniques envers leurs "inferieurs".
L archetype est bien represente par les personnages qu interpreta rmagistralement Louis de Funes dans pratiquement tous ses films.
HOLLANDE est de cette espece ayant tisse sa toile et tire paftie dds casserolles de ses adversaires, patiemment attedant tapi dans son coin que tous ceux ci se mangent entre eux.
Maintenant le veritable homme se revele, et la France profonde ne fait que commencer a souffrir sous "sa botte" de sergent chef jaloux des plus grades que lui.
Que les sergents chefs qui ont vraiment le souci du Bien me pardonne cette comparaison, je ne l emploie que pour donner plus d ampleur a ma comparaison.Qu ils sachent que j aime tous ceux d entre eux qui font bien leur travail de sous officiers dans la charite fraternelle envers leurs hommes.
Ce n est decidemment pas du locataire de l Elysee.
Citer
#1 PELLIER Dominique 29-07-2013 14:29
La dictature, comme l'envisageait mon père, avait pour but de remettre certaines pendules à l'heure, non de museler un peuple opprimé par le chômage, la crise totale dont elle est seule victime. On n'a plus le droit de rien dire et la façon-même reste à vérifier par des censeurs... ! Il est donc grand temps que le sucesseur légitime de nos rois (les meilleurs) monte sur le trône et, aidé par Dieu, qu'Il remette de l'ordre, rende le bonheur aux Français, sa gloire à la France.
Citer

Ajouter un Commentaire

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

20/01 | Messe de Requiem pour la France et la famille royale
21/01 | Messe solennelle de requiem pour le roi Louis XVI
09/02 | Pèlerinage pour la France