Hollande saborde Delphine

Le président de la république française a posé un acte inédit dans son jeune quinquennat. En évinçant Delphine Batho, François Hollande pose un acte courageux à double titre.
 
En premier lieu, François a réussi à se faire respecter. Un ministre se permet de déclarer que le budget est mauvais ? Dehors. Cela peut paraître évident tant la sortie de la désormais chômeuse fut délirante au vu des usages, mais avec ce gouvernement, on pouvait s’attendre à tout. Enfin, un peu d’autorité.
 
En second lieu, François nous impressionne particulièrement car il outrepasse la haute autorité de la première petite copine de France. En effet, Ségolène Royal étant en froid affiché avec Delphine Batho, on aurait pu penser que Valérie Trierweiler allait soutenir la ministre de l’écologie. Peut-être pas sur twitter comme lors de l’affaire Falorni, mais dans l’intimité de leur couple…Et finalement, François s’est révélé à la hauteur. Reconnaissons au chef de l’état le mérite d’une décision, même si elle aurait dû être appliquée à tous les ministres depuis un an.
 
A moins que ce ne soit Sérillon qui ait balancé le communiqué sans l’accord de l’éternel maire de Tulle, qui serait à l’heure où vous me lisez en train de s’excuser à genoux devant sa petite amie en furie. Nul ne sait, mais dans ce cas, évitez le quartier de l’Elysée, ça gronde…
 
Julien Ferréol

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement