La République vacille

 

Cinq sondages viennent illustrer l'immense défiance des Français envers leurs institutions et les corps intermédiaires.

Les cinq piliers de la République commencent à se fissurer, faisant vaciller l’ensemble de l’édifice.

 

  1. Le personnel politique : 88% des Français estiment que les hommes politiques penseraient davantage à la conquête du pouvoir qu’à l’intérêt du pays[1].
  2. Les médias : les médias sont considérés par les Français comme peu ou pas indépendants (95%), influencés par leurs propriétaires (88%), les annonceurs (81%) alors que la liberté d’expression tend à se dégrader en France (85%)[2].
  3. L’Education Nationale : 97% des Français jugent qu'une des mis­sions prio­ri­taires de l'école est de faire "acqué­rir les savoirs de base"[3]. Mais seuls 66% des inter­ro­gés lui font confiance pour la mener à bien.
  4. La Justice : de manière générale, 72% des Français considèrent que la Justice fonctionne mal en France, et que les sanctions devraient être plus sévères[4]
  5. Les syndicats : moins de trois Français sur dix ont confiance dans les syndicats pour défendre leurs intérêts contre presque un sur deux il y a dix ans[5]

Ces études d’opinion sont toutes confirmées par le député Jean Lassalle[6], qui revient d’un tour de France à pied, à la rencontre des Français.

« Neuf personnes sur dix me disent : ça va péter. Et encore, j'ai du mal à trouver la dixième. On nous déteste, nous les politiques, on n'a plus confiance en nous. Alors, tout y passe : les affaires, le mariage gay... l'actualité. Mais l'on sent que le rejet est plus profond, c'est un rejet total ».

Le contraste devient saisissant. D’un côté, les 7 millions de l’appartement du fils Fabius, les 22 kg de cannabis du fils Sebaoun, le blanchiment d’argent de la drogue de Florence Lamblin, les conférences de Nicolas Sarkozy payées par Goldman Sachs, la visite de Nathalie Kosciusko-Morizet au Grand Orient, et surtout le magnifique isolement de François Hollande qui réquisitionne 100 cars de police pour se protéger de son peuple.

De l’autre, des millions de gens défilent pour défendre l’anthropologie traditionnelle, tandis que d'autres millions font la queue chez Pôle Emploi, et le reste s’inquiète de l’avenir de la France en tant que Nation.

Devant cette situation alarmante, il est temps d’être optimiste pour l’avenir de notre camp.

-          Le principe de liberté se retourne peu à peu en principe de dictature : « Je commence par la liberté absolue et je termine par la dictature totale » (Dostoïevski ). C’est la fin d’un cycle commencé il y a plus de 200 ans.

-          Il n’y a plus d’espoir pour l’avenir de notre civilisation, où notre gouvernement « achèterait un instant de survie au prix de l'extinction du genre humain » (La Bruyère). Pourtant, le peuple prend conscience que le pouvoir est faible, aux mains des banquiers et de Bruxelles, alors que lui est fort.

-          Le pouvoir n’est plus incarné, le Président s’occupe des multinationales, des marchés financiers et des intérêts de lobbies influents sans se soucier de son peuple ; de nombreux Français, dont les plus récents, ne parviennent pas à faire corps avec une société qui se délite.

-          La transcendance est niée. Il n’existerait pas au-dessus des pouvoirs constitués un Pouvoir supérieur et constituant, que l’on nomme loi naturelle ou droit divin. Le peuple s’échauffe de la transgression comme règle de vie, et pourrait établir, au nom de principes persistants, un tribunal pour juger ceux qui ont trahi.

-          Et pour citer Henri Hude [7], « la prise de conscience des familles n’est que le début d’une prise de conscience nationale demain unanime. Celle-ci va se produire lorsque conflueront l’indignation des couches populaires économiquement opprimées par l’ordre libertaire, et la ferme détermination des familles culturellement opprimées, par ce même ordre libertaire. Se rajouteront en outre à ces deux forces la résistance des patrons et des entrepreneurs écrasés par l’ordre fiscal et administratif, qui constitue un véritable système de privilèges au bénéfice de l’oligarchie libertaire. »

François d'Agos

[1] Sondage BVA pour Le Monde: http://t.co/4eCOZKT8yW

[2] Enquête de l'Observatoire des journalistes et de l'information médiatique : http://www.ojim.fr/sondage-independance-et-pluralite-des-journalistes/

[3] Sondage IPSOS http://www.vousnousils.fr/2011/09/16/deux-sondages-ipsos-comment-le-grand-public-et-les-enseignants-voient-lecole-513043

[4] Sondage IFOP  http://www.sondages-en-france.fr/post/sondages-justice-ifop-et-csa-9-11-fevrier-2011

[5] Sondage CSA http://www.csa-fr.com/multimedia/data/sondages/data2013/opi20130430-les-francais-et-l-image-des-syndicats-25-avril-2013.pdf

[6] Compte-rendu du Point http://www.lepoint.fr/societe/le-depute-lassalle-lance-un-cri-d-alarme-sur-la-perte-de-confiance-des-francais-14-06-2013-1680911_23.php

[7] Henri Hude, http://www.henrihude.fr/mes-reflexions/50-democratiedurable/305-la-republique-des-veilleurs

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement