Clément Meric : une onde de choc

Nul doute que les protagonistes, supporters et plus du mariage gay, attendaient la plus petite occasion pour se manifester et faire porter le chapeau de n’importe quel événement qui ne serait pas de gauche ou d’extrême gauche et tenter une nouvelle fois de discréditer la Manif Pour Tous. L’ampleur de celle-ci a tellement dérangé les élus en place ! Ils ne supportent pas que l’on puisse mettre en doute la dangerosité de leurs réformes… et ce n’est que le commencement, s’ils persistent dans leur volonté de détruire notre culture chrétienne.

La récupération politique de l’agression - sans intention de donner la mort - d’un jeune militant antifasciste par des skinheads vient de secouer la France.  Elle a eu lieu dans le VIème arrondissement de Paris lors d’une vente privée de vêtements, qui a tourné au drame.  Qui a invité ces jeunes pour qu’ils se rencontrent ? Ils ne sont tout de même pas venus par hasard ! La violence tant physique que verbale n’a plus de limites dans ce pays. A qui la faute ? Certainement pas aux familles !

De toutes les déclarations faites à propos de ce drame, il faut en retenir quelques unes. D’abord celle de Monsieur Hollande qui a déclaré de Tokyo que « …ces violents personnages méritent la plus lourde des sanctions… ». Puis celle de Jean-Marc Ayrault, qui veut « tailler en pièces » mais « de façon démocratique et sur la base du droit, tout mouvement d’inspiration fasciste et nazi susceptible de déranger la République ». Bravo Monsieur le Premier Ministre, voilà qui est bien dit, comme s’il pouvait en être autrement ! Celle de Manuel Valls, qui veut dissoudre les mouvements d’extrême droite, sachant que ceux-ci ne sont pas forcément sous une appellation identifiée, réunis en association. Pierre Bergé - dont on laissera à chacun le soin de le qualifier après son intervention concernant Frigide Barjot - n’a pas hésité à se lancer dans la bataille de récupération en osant insulter violemment l’ex-responsable de la Manif Pour Tous et la rendant responsable d'avoir «préparé le terrain». L’homme laissera son nom dans la loi Taubira avec cette affirmation « de la location d’un ventre pour faire un enfant sans différence avec ses bras à l’usine ». S’il voulait exister, c’est fait.

Les représentants de tous les partis, de toutes les tendances, ont donc exprimé leur douleur et leur indignation, tout en essayant de récupérer politiquement l’affaire. Pour ce crime intolérable, des milliers de personnes ont manifesté dans toutes les grandes villes, soulignant combien les Français sont prêts à descendre dans la rue pour exprimer leurs sentiments.

Que ces étudiants d’extrême droite et d’extrême gauche ne fassent pas oublier que la jeunesse de France n’a rien à voir avec ces militants, expression d’une certaine désespérance et que le décès d’un jeune étudiant reste la préoccupation de tous. Souhaitons par ailleurs que cette affaire n’en déclenche pas d’autres…

Solange Strimon

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement