"J'aime la France. Louis XX, vite !"

Et si François Hollande était un homme intelligent ?

N’entendez surtout pas par là « apte à redresser le pays ». Il n’a jamais travaillé au sens où le simple citoyen le comprend, ni n’a jamais dirigé quoi que ce soit de productif. Mais il est arrivé au plus haut poste du pays et fera tout pour s’y maintenir le plus longtemps : « Ce serait une grande folie d’espérer que ceux qui dans le fait sont les maîtres préféreront un autre intérêt au leur » (J.-J. Rousseau. In Discours sur l’économie politique).

L’arme du Président est le vieil adage appliqué par le sénat romain « Divide ut regnes », adopté par Machiavel sous la forme « divide et impera », et détaillé par Proudhon : « divise et tu régneras ; divise, et tu deviendras riche ; divise, et tu tromperas les hommes, et tu éblouiras leur raison, et tu te moqueras de la justice. »

Aujourd’hui, la France est divisée de gauche à droite, de bas en haut, et en travers ! On en voit de toutes les couleurs : les rouges insultent les bleu marine, les verts critiquent les roses, les blancs accusent les gris, les marrons se font virer, tandis que les bleus gazent tout ce qui bouge… 
La France est un plateau de fromages sur lequel se tirent autant de couteaux que de produits laitiers : extrémistes/modérés, réacs/modernistes, pauvres/riches, cathos/laïcistes, fonctionnaires/salariés du privé, honnêtes/ministres, copéistes/fillonistes, écologistes/pro gaz de schiste, homos/hétéros… Et si le débat sur le mariage s’essouffle, François Hollande garde sous le coude le droit de vote des étrangers pour bien relancer le racisme.

À droite ou à gauche, ils ne sont a priori ni plus compétents, ni plus honnêtes malgré leurs déclarations façon « Je n’ai rien contre le peuple, je possède moi-même une Toyota, une 4L ou deux kayaks. » Platon disait : « Le pire des maux est que le pouvoir soit occupé par ceux qui l’ont voulu. »

La stratégie machiavélico-hollandienne du « Je n’aime pas les riches » ne permet pas de rassembler les Français ; la richesse étant relative, il en existera toujours de moins pauvres que d’autres. Nous devons lutter contre toute division et « J’aime la France » doit devenir notre dénominateur commun.

Unissons-nous !
 Pour voter pour qui ? Pour personne !
 Nos zélés élus craignent tant l’abstentionnisme qu’ils ont déposé il y a deux mois une proposition de loi visant à rendre obligatoire le droit de vote sous peine d’amendes. 
Qu’importe, n’allons pas aux urnes et bloquons l’accès des bureaux de vote.

Rassurez-vous, la Belgique a vécu sans gouvernement pendant un an et demi, et n’a pas disparu de la surface du globe. Mais il est vrai que, privé d’élus, le royaume de Belgique était incarné par Albert II…

J’aime la France. 
Louis XX, vite !

Jean-André Bossy

source : Boulevard Voltaire

 

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement