Les Députés : Grands Corrupteurs de la Nation !

L’affaire « Fillon », qui occupe les médias depuis des semaines, est l’arbre qui cache la forêt des turpitudes prévaricatrices de nos Députés.

            Cette affaire ayant mis sous les yeux de la Justice le train de vie de Satrape qu’entretiennent les « élus du Peuple » (grâce aux impôts qu’ils votent, pour ainsi dire à leur profit, et qu’ils infligent au bon peuple « Vache à lait »), ces mêmes Députés de la Nation ont voté en urgence, mais subrepticement, en séance de nuit, à l’heure des voleurs…, une loi de prescription devant interdire à la justice toute poursuite et instruction à rebours au-delà de douze ans… soit deux mandats…

            Quand l’on songe que certains députés en sont à leur troisième, quatrième voire cinquième mandat… L’on comprend mieux qu’ayant organisé leur propre loi d’exception, qui leur fait profiter d’un système unique en France de rétribution à l’enveloppe : l’une de 9.618 € pour le recrutement ad libidum de collaborateurs, l’autre de 5.372 € pour couvrir ad libidum les dépenses liées à l’exercice du mandat, en sus naturellement, de l’indemnité officielle de 5.100 € net, qui est leur maigre salaire…, et non compris, mais cela va de soit, la prise en charge supplémentaire d’ « extra » par l’Assemblée (billets de trains, billets d’avions, notes de taxis, notes de téléphone…), l’on comprend mieux, disais-je que, leurs gabegies découvertes par la Justice, ils n’aient rien eu de plus urgent que de limiter la capacité de cette dernière à connaître trop en amont le montant de leurs turpitudes !

            Ainsi, une nuit bien noire où le bon troupeau dormait, nos Députés ont voté cette prescription salvatrice. Mais la Justice, maintenant éveillée, surprit la manœuvre et accéléra la procédure afin d’attraper au moins le maladroit découvert. Pauvre Fillon…

            Ces enveloppes étant attribuées sans demande d’un justificatif quelconque, nos Députés disposent donc, au seul gré de leur bon plaisir, d’un total de près de 22.000 € mensuels !!! Sachez enfin que les enveloppes en question ne sont pas soumises à l’impôt. Pour quelle raison ? Pour celle que le Député qui a le privilège de faire la Loi n’oublie pas pour autant de faire fortune ! A quoi servirait un privilège, s’il ne faisait des privilégiés ? « Le Peuple paiera… ».

            Tout cela n’empêche pas M. Henri Guaino, Député des Yvelines, de venir pleurer misère en assurant, la larme à l’œil et la lèvre tremblante : « Avec 5.100 € par mois, je ne peux rien mettre de côté… ». Je pense que les millions de Français qui n’ont pas le loisir de briller par leur absence sur les bancs de l’Assemblée, ni celui d’y réaliser une sieste digestive au retour du restaurant gratuit de cette même Assemblée, trop occupés qu’ils sont à boucler les fins de mois, trop longs pour les 1.500 ou 2.000 € dont ils disposent pour l’entretient de leur famille et de leurs biens, apprécieront…

            Tout cela n’empêche pas M. Julien Dray, conseiller officieux de François Hollande, d’assurer à son tour, le regard grave et la mine austère qui sied à la vertu : « Soyons sérieux, si l’on veut réduire le problème de la corruption, un Député a besoin de 9.000 € net par mois et d’une enveloppe de 3.000 € net par mois pour frais divers… » 

« Soyons sérieux… » est bien un préambule de Tartuffe ! Qui veut vous faire avaler une couleuvre de six pieds de long, c’est-à-dire vous convaincre d’un argument aberrent,  en appellera toujours à votre sens du sérieux ! Mais M. Julien Dray oublie de compléter son propos du rappel historique que c’est justement pour éviter cette même corruption que ses prédécesseurs Députés avaient voté à leur profit cette règlementation d’exception après-guerre… 

Règlementation d’exception ultra-favorisante et ultra-permissive qui n’a visiblement pas réussi à endiguer l’appât du gain insatiable de nos Députés… En conséquence, je ne vois pas en quoi une nouvelle augmentation de la rémunération de ces derniers aurait la vertu subite d’assécher leur vénalité ? Leurs besoins se réajusteront simplement à leur nouvelle aisance et bientôt, d’autres tentations les contraindront à de nouvelles corruptions…

            Pauvre France, elle crut entrer « en Vertu » en entrant en république ; l’idée était belle comme le Diable et la France s’y laissa prendre… Elle entrait « en Perversion »…

            En abandonnant son Roi, la France abandonnait la sagesse, certes exigeante, d’un système monarchique de droit divin, c’est-à-dire soumis à la Parole de Dieu, patiemment édifié en 1500 ans et s’adonnait à la folie d’un système partisan athée, c’est-à-dire soumis à la loi de l’homme qui reste en définitive celle du plus fort, né de « l’Esprit des Lumières » de la diabolique franc-maçonnerie.

            A cette date, la France, « Vierge Sage », devenait « Vierge Folle » et quittait la veille vigilante du retour du Maître, Sauveur du Monde, sous l’auguste gouvernement de son Roi Très Chrétien, pour s’abandonner à la décadence tumultueuse du règne des partis où l’esprit de l’homme, délié de sa soumission à la Parole de Dieu, recouvrit toute sa capacité de nuire au Bien Commun au profit du Bien Particulier, naturellement celui du plus fort ! « Liberté, Liberté chérie ! » Mais hélas, Liberté du Diable !!!

 

Franz de Burgos

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement