Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf et Mohamed Legouade : La France touchée au cœur

On s'en souvient mal aujourd'hui, mais quand Mohammed Merah acheva, le 15 mars 2012, Mohamed Legouade, l'enquête et l'opinion des médias se dirigeait vers la recherche d'un assassin blanc, raciste et proche des milieux d'extrême-droite.

On pensait alors qu'un « néo-nazi » pourrait avoir l'intention de « purifier l'armée »...

Mais on s'est trompé. Mohamed Merah ne correspondait pas a ce schéma. Il correspond au schéma du djihadiste islamiste.
On voudra me faire dire qu'il ne faut pas généraliser.
Las !

Que ceux qui sont enclin à ne faire aucune généralisation, à avancer que « L'Islam est une religion de Paix » que ceux-là lisent le Coran, que ceux-ci se renseignent et, de même qu'on ne peut parler du catholicisme sans en connaître les textes, qu'ils fassent l'effort de connaître mieux l'Islam.

Il n'est pas question de dire ici que l'Islam est fatalement une religion anti-française, ou de dire qu'au contraire l'Islam est une religion soluble dans la culture française.
           

Nous basant sur l'expérience des Pieds Noirs en Algérie, nous croyons que l'Islam et les vraies valeurs de la France (l'Honneur et le Sens du Devoir) sont tout a fait compatibles... Mais nous croyons aussi que l'Islam a une faiblesse : bien souvent, on se sert des croyants et du peu de hiérarchie qui les encadrent et on fait de ces croyants de la chair à canon pour les causes diverses : on le voit en Syrie et au Mali ou des djihadistes internationaux se battent pour des pays qui ne sont pas les leurs, mais pour une Nation, l'Oumma, dont on leur a fait croire que la survie dépendrait de la victoire sur ces théâtres.

À Merah, en France, on a fait croire que le théâtre d'opération était ce pays qui l'avait vu naître. On lui a fait croire que ce mode de vie qui était le sien depuis sa naissance était à détruire...

Fait signifiant, il a commencé son œuvre par une chasse aux « Collabos »... Il a voulu toucher l'armée française, et surtout ce qu'il considérait comme des traîtres: arabes et maghrébins dans cette armée.

Homme d'honneur et de courage, croyant ou non, ces derniers voulaient, a contrario, servir ce pays qui avait accueilli leurs familles et, comme tout Français, leur avait permis de recevoir une éducation, d'être soignés et protégés.

Ces trois hommes, prêts à risquer leur vie pour ce pays qui leur avait tout donné, comme à chacun de nous, n'ont pas trouvé la mort dans quelques luttes à l'étranger.

Ils ont trouvé la mort parce qu'ils étaient l'exact opposé de Merah:

Ils avaient fait de l'Honneur et du Service le cœur de leurs vies.
Merah a craché sur son pays, la France, et n'a servi que les intérêts d'une puissance étrangère terroriste.    

Souvenons-nous de ces trois hommes, de ces trois Français, morts assassinés par un Français qui haïssait la France. Ce ne sont, malheureusement, vraisemblablement pas les derniers!

Roman Ungern 

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement