NVB veut imposer une « colonisation idéologique »

N’y a-t-il pas dans l’édition des manuels scolaires un lanceur d’alerte, qui aurait pu dénoncer la « colonisation idéologique » avant l’impression de ce qui apparaît dans les livres scolaires destinés aux collèges comme une tentative de détournement des petits Français, futurs candidats au mariage, du chemin normal de la vie.

Mais oui, vous l’avez bien lu ! La sournoise et redoutable Ministre de l’Éducation nationale NVB poursuit, sans rien dire, sans prévenir (mais naturellement avec l’aval du Président de la République française, qui se venge ainsi quelque part de l’absence de reconnaissance de la France pour ses réformes inquiétantes), ce qui apparaît comme la suite de la Révolution française : casser l’enseignement traditionnel en enseignant dans les livres scolaires la destruction de la famille.

Certaines  « élites » du 18ème siècle avaient bien tenté de détourner de l’enseignement les membres du clergé, mais ils n’y sont pas parvenus. Du haut de ses 2 000 ans, l’Église catholique, par son représentant le Pape, assure à ses fidèles dont le nombre dépasse largement les 2 milliards,  la stabilité de l’existence du couple et de la famille dans la foi.

La famille, où qu’elle se construise, dans toute partie du monde :

-   c’est le socle de la société 

- c’est l’union d’un homme et d’une femme qui vont donner au pays des enfants conçus « normalement »

- c’est la reconnaissance dans la société d’un couple qui – par le mariage – officialise ses projets pour devenir des membres actifs chrétiens (ou non) au service du pays et de son développement,

- c’est enfin rappeler que le mariage protège l’homme et la femme pour qu’ils vivent ensemble par la bénédiction de l’Église dans l’amour et la foi, soudés dans les joies et les épreuves de la vie.  

Évidemment, compte tenu de sa culture personnelle et de sa haine profonde des catholiques, la très détestable NVB veut continuer à détruire ce qui fait – entre autres – la force de la France dans ses solides institutions, à savoir l’Église et l’Éducation. Qu’elle ne s’y trompe pas, même si les enseignants sont plus portés vers la gauche qu’au centre ou à droite, et qu’ils veulent occulter ce qui unit les Gaulois et les Gauloises*, ils ne sont pas forcément tous d’accord pour adopter la « théorie du genre », qui permettrait à un garçon d’être une fille et vice versa. Loin s’en faut ! Les enseignants ne se laissent pas gruger aussi facilement. Les conséquences d’une telle réforme sont d’ailleurs plus que dramatiques selon des études réalisées aux États-Unis. Qu’importe, il faut tout casser !

La ministre vient de déclarer suite à une déclaration du Pape : « Je vois qu'il (dire Sa Sainteté le Pape aurait été plus correct !) aura été lui aussi victime de la campagne de désinformation massive conduite par les intégristes, la fondation Lejeune, VigiGender et d'autres. [...] Je conseille (de quel droit cette petite personne se permet-elle de conseiller) au Pape lors de l'un de ses prochains déplacements en France de feuilleter lui-même ces manuels scolaires ? Par ailleurs, pour accentuer ses propos, NVB incite les familles « à ne faire confiance qu'à elles-mêmes, à ouvrir les manuels de leurs enfants, à regarder ce qu'il y a dedans et à cesser toutes ces inepties ».

Lorsque le pape François accuse les manuels scolaires français de propager un "sournois endoctrinement de la théorie du genre", « c'est contre les choses naturelles », il est la Vérité. Pour le chef de l'Église catholique, "avoir des tendances homosexuelles ou changer de sexe est une chose", mais "faire un enseignement dans les écoles sur cette ligne" en est une autre. Il s'agit là d'une volonté de "changer les mentalités", d'une "colonisation idéologique", a estimé le pape.

Le discours est clair et si le Pape François s’est exprimé aussi rapidement, c’est simplement parce que cette ministre se montre de plus en plus dangereuse dans ses interventions, assurée que ses mois étaient comptés et qu’il lui fallait accentuer ses efforts de destruction. Elle est bien entendue encouragée dans ses propos par Vincent Peillon, qui avait échoué et qui cherche bien sûr comment reprendre la main, oublier son échec.

La rentrée se fait donc sous haute tension. Mais quand le Pape fait entendre sa voix, qui est celle du bon sens, il est écouté et la « colonisation idéologique » ira s’ensabler comme toutes les autres tentatives de réformes de ce gouvernement socialiste maudit qui ne parvient à ses fins qu’avec le 49.3.

Parents et grands-parents, veillez sur vos enfants et petits-enfants pour qu’ils ne deviennent pas les proies de celui qui s’affaire dans les ténèbres et que nous ne nommerons pas. Vous êtes responsables de leur avenir…

Solange Strimon

* oui, je l’affirme avec tant d’autres, les Français sont des Gaulois, que NVB le veuille ou non, ceux qui sont nés sur le sol français et ceux qui viennent y vivre pour travailler, contribuer au développement de la France.

Commentaires  

#2 Louis de Lauban 05-10-2016 00:00
Il ne me semble pas que manuels de svt actuels fassent de la théorie du genre, bien que je ne serais pas étonné d'y trouver un ou plusieurs exercices en rapport avec ces idées. Rappelons que le manuel connu pour avoir lancé la polémique date de 2011 sous Sarkozy et Luc Chatel, ce qui démontre la collusion des prétendus républicains sur ce sujet (les réactions à droite aux propos du Pape le démontrent aussi si on excepte quelques courageux qui affirment encore leur différence sur ce sujet.
Les manuels actuels ne posent donc pas ce problème, mais l'anecdote du Saint Père fait peut être référence à une événement plus ancien, lié aux abécédaires de l'égalité qui ont sévi jusqu'en 2014 ou en rapport avec la "boite à outil" qui lui a succédé.
NVB a beau jeu d'inviter le pape à feuilleter les manuels, rien ne prouve que certains enseignants ne font pas passer les idées des tenants de la théorie du genre parce qu'après tout ce n'est pas interdit et que le grand n'importe quoi de la réforme du collège pourrait bien nous servir ce genre de délire sous forme d'EPI. Les cours d'EMC sur la sensibilité ou l'identité peuvent aussi être le moment où cette théorie délirante pourrait trouver un écho. Comme vous le soulignez, les enseignants sont loin d'être tous favorables à cet enseignement que seule une minorité promeut.

Rappelons tout de même que les enseignants, s'ils semblent encore majoritairement pencher à gauche, sont de plus en plus portés à aller vers la droite. N'oubliez pas qu'ils se sont fait traiter de conservateurs par une ministre qui pense que conserver les bases de notre civilisation est un crime et une honte politique.
Le mandat de Hollande, comme 3e expérience contemporaine de la gauche au pouvoir est une déception totale pour les enseignants, et savoir que NVB puisse se rêver en future patronne du PS les éloigne encore plus de ce parti.
Citer
#1 jacq44 04-10-2016 09:51
il faut crier très fort, mais ces gens s'en moquent : "qu'importe le vin pourvu qu'on ait l'ivresse" ....pour une musulmane ce n'est pas mal !!! présentement c'est "on est au pouvoir on fait ce qu'on veut" ! je suggère de les informer que pour atteinte à la sureté de l'état ils seront condamnés et lourdement avec la restauration de la cour de sureté de l'Etat! on ne se moque pas ainsi du pays et de ses habitants ...
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement