[Point de vue] La subversion dans l’école républicaine

Claire Polin, présidente de SOS Education, vient d’examiner les nouveaux manuels scolaires que les éditeurs envoient à tour de bras aux établissements pour répondre à la réforme des programmes scolaires et déclare : « C’est l’horreur. Je crois que jamais, au grand jamais, je n’avais vu une telle salade pédagogiste et des propositions d’exercices aussi consternantes. Songez qu’on propose désormais aux élèves, en français, d’écrire du rap ou de répondre à des SMS de rupture : « CC c mwa, jcroi kon devré fer 1 bre k ». On leur demande en mathématique de compter les smileys et des « émoticônes ». En physique, on les invite à s’intéresser à l’intensité du courant qui a électrocuté Claude François dans sa baignoire ». Etc. « La subversion est évidemment omniprésente. Ainsi un manuel de 4ème propose un exercice de rédaction » invitant à critiquer son enseignant en « contournant (sa) censure »… Mais le pire, c’est évidemment en histoire-géographie. Elle poursuit son commentaire : « La plupart des nouveaux manuels font quasiment l’impasse sur les pages glorieuses de l’histoire de France, pour s’attarder des chapitres entiers sur la culpabilisation mémorielle et la repentance. Pour eux, c’est simple : l’histoire de France, c’est l’esclavagisme au XVIIIème siècle, la colonisation au XIXème, et la collaboration au XXème. Dans mon vieux manuel Malet et Isaac, Louis XIV avait droit à presque 100 pages. Maintenant il n’en a plus que… 4 ! Et cela pour expliquer qu’il a ruiné le royaume ! ».

C’est pourquoi il faut saluer l’excellente initiative d’Yves-Marie Adeline, qui est en train de produire des vidéos pour raconter la vraie histoire de France. Mais revenons à la triste réalité d’aujourd’hui. Où cela va-t-il nous mener ? A toute une génération de personnes incultes, incapables non seulement d’écrire mais même tout simplement de lire des textes en français, honteux de ce qu’ils croient être l’histoire de France et donc futures victimes de toutes sortes de manipulation. Au passage, c’est ce que nous voyons actuellement en Grande Bretagne au lendemain du Brexit, où toute une frange de la population regrette le temps de la soumission à Bruxelles, comme le peuple hébreu reprochait à Moïse de lui avoir fait quitter l’Egypte dans laquelle il vivait le « bon temps » de l’esclavage.

La république combat toutes les formes d’autonomie : la structure familiale, la paysannerie et l’école telle qu’elle devrait être, un lieu d’apprentissage et de formation du jeune à sa future vie d’adulte. C’est ainsi que notre ministre de l’Education Nationale a décidé de s’attaquer à l’école à domicile et aux écoles hors contrat. La pratique collective de l’école à domicile par des associations de parents avait déjà été interdite il y a quelque temps. Dans la même logique, en Allemagne, les parents qui pratiquent l’école à domicile sont directement conduits en prison !

C’est tout simplement le système éducatif totalitaire de l’URSS qui se met en place en France

Comment lutter ? Nous ne pouvons malheureusement compter ni sur les associations de parents d’élèves, ni sur les syndicats d’enseignants, dont les directions sont pour la plupart manipulées par le pouvoir en place. Il est inutile, également, de compter sur les élections, car les partis politiques ne représentent qu’eux-mêmes, mais surtout pas le peuple français.

Il faudra donc qu’émerge une association de défense des parents d’élèves, à l’instar de ce qui s’est passé contre le mariage pour tous. Certes l’abrogation de la loi Taubira n’a pas été obtenue, mais ceci est dû essentiellement à la stratégie menée, La Manif Pour Tous (LMPT) s’étant cantonnée dans une lutte défensive sans réussir à poursuivre le combat au-delà de la mobilisation de deux millions de personnes dans la rue.

Cette association de défense des parents d’élèves à construire ne pourra faire reculer le pouvoir que si elle se fixe un seul objectif, sans se laisser entraîner sur d’autres sujets. Cet objectif doit être la mise en place du « chèque scolaire » pour donner aux familles le libre choix de l’école.

Nous lançons un appel pour que, ensemble, nous puissions créer cette association.

Georges Tartaret

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement