Mélenchon, l’arabe et la France

Jean-Luc Mélenchon a un mérite. Il n’est pas de ceux qui pratiquent systématiquement la politique de l’autruche en feignant d’ignorer les réalités.

C’est pour cela que son usage de la liberté d’expression politique résonne particulièrement fort car ses prises de positions sont discordantes de la pensée unique. Quelles que soient les critiques à formuler à l’encontre de ses solutions, on ne niera pas qu’il soulève de vraies questions dans plusieurs domaines : économie, travail, …

Et sur Europe 1,  Jean-Luc Mélenchon soulève un nouveau lièvre qui, a contrario des fermetures d’usines, le réjouit particulièrement.

Évoquant un voyage en Tunisie, Jean-Luc Mélenchon déclare qu’il y a « beaucoup de Français qui parlent arabe », tout en sachant que « madame Le Pen va piquer une syncope en m’écoutant mais c’est comme ça. C’est ça la vie aujourd’hui en France ».

Il va jusqu'à associer l’arabe et le français comme langues communes pour les Maghrébins et les Français.

Il n’y a pas si longtemps, il était interdit de dire que l’arabe sera bientôt une langue incontournable en France, sous peine d’être accusé de fascisme et mis au pilori des médias de masse.

Aujourd’hui, le système républicain assume cette influence arabe que nous vivons en France, en le présentant comme une merveilleuse réalité, tout à fait dans la ligne idéologique du « vivre-ensemble ».

Cette inclusion culturelle arabe en France restera-t-elle comme elle est dans l’esprit de M. Mélenchon ? Sera-t-elle sans conséquences ?

Julien Ferréol

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement