Une Chute et une Rencontre !

Ce 14 avril 2016, intervenait à la télévision François « Le Petit », très médiocre usurpateur actuel du Roi de France Louis XX.

Il était déjà intervenu en février 2016, rassemblant encore dix millions de téléspectateurs…

Ce 14 avril, seuls trois millions s’infligèrent cette corvée…

Je n’en fus pas, passant la soirée chez des amis.

Quelle chute ! Quel discrédit !

Ainsi, bien que représentant formellement la plus haute fonction du régime républicain en place, le président de la république, son peuple lui tourne le dos ! Son peuple est celui qui l’a élu, soit les 18.000.000 d’électeurs qui lui ont apporté leur vote.

Je rappelle pour mémoire que le nombre d’inscrits sur les listes électorales s’élevait à 46.000.000 en 2012. Ce qui signifie qu’il ne fut élu que par 39% des électeurs inscrits. Quelle belle majorité ! Et ce qui ramène le nombre de Français ayant voté pour celui qui les préside tous à 28% de la population française (65.000.000). Quelle belle légitimité !

Mais qu’à cela ne tienne, l’aberration républicaine ne survit qu’à ce prix ! Ainsi, François « Le Petit » pouvait-il s’enorgueillir de l’appui de 28% de la population française en 2012. En février 2016, 15% des Français suivaient son intervention télévisée… Ce 14 avril, seulement 4% !

Au jeu du Qui Perd Gagne, qui dit mieux ! François « Le Petit » est vraiment le plus grand !   

Mais, voyez-vous, la Providence veille toujours…

Rentrant vers minuit de cette bonne soirée où nous devisâmes, place de la Nation, du Royaume et de littérature, je m’avançais, venant de la place Saint-Sulpice où m’avait déposé le dernier bus 86 de la journée, dans les rues du VIIème arrondissement de Paris, vers le magnifique Hôtel des Invalides près duquel j’habite. Je remontais une rue où des grilles restreignent, sur une cinquantaine de mètres, le passage sur le trottoir. M’approchant de cette section de la rue, j’aperçois, venant à ma rencontre, un couple déjà engagé dans cet étranglement. Je ne m’engage donc pas et pense quitter le trottoir pour longer la grille côté rue quand une file de voitures se présente. Je reste donc à l’entrée de ce passage et m’efface en regardant dans le vague de l’obscurité de la rue que le couple arrive à ma hauteur. La dame me dépasse, tandis que je vois que l’homme s’efface à son tour pour me laisser passer. Je relève la tête pour le remercier quand je reconnais Monsieur Emmanuel Macron !

Etant le seul de l’espèce actuelle, très médiocre, de nos hommes politiques que je considère comme un « honnête homme », et me souvenant du mot qu’il avait prononcé : « Ce qui manque à la France, c’est un Roi ! », je m’adresse à lui pour le remercier de son geste de courtoisie et lui dis, sans ciller : 

« Monsieur, je vous félicite pour votre courage. Je vous considère comme étant un honnête homme, dans le sens où on l’entendait dans l’ancienne France, et vous serre la main bien volontiers ».

Il me serre la main, l’œil un peu stupéfait…

« Vous ne travaillez pas pour un parti, vous travaillez pour la France, en suivant vos convictions. En ce sens, vous servez donc le Roi ! »

Cette fois-ci, l’œil s’arrondit…

« Restez toujours fidèle à vos convictions ! »

Il  me remercia et me salua d’un sourire. Puis, nous nous séparâmes.

Continuant mon chemin, je me dis que ce sourire était peut-être celui que l’on adresse, pour amadouer sa folie, à un doux-dingue que l’on rencontre par les soirs de pleine lune. Ma foi… être fidèle est sans doute être fou dans un monde d’usurpations…

Mais je remontais vers le dôme doré si magnifiquement éclairé de la Cathédrale Saint Louis des Invalides, malgré tout satisfait de savoir que Monsieur Macron descendait vers le boulevard Saint-Germain en ayant dans l’esprit ce que j’y avais semé « Honnête homme… ancienne France… Vous travaillez pour la France…Vous servez donc le Roi… ».

Car la république agonise (quand un président, « s’adressant à la Nation », n’attire seulement que 4% de sa population, c’est que le régime entre dans ses derniers moments…) et le Roi peut se voir appelé dans un avenir que nous ne soupçonnions pas si proche il y a encore peu de temps. C’est pourquoi il nous faut distinguer ceux qui nous semblent de bons serviteurs pour le service du Roi. Que la restauration royale ait lieu demain ou dans un siècle, que chacun opère en permanence cette sélection de bons serviteurs. Ainsi, quand le Roi sera rétabli, il sera bien servi.

Royalistes ! Semons à tous vents les graines de la Légitimité ! Les bonnes terres les feront germer !

Pour Dieu, la France et le Roi ! Vive Louis XX !

Franz de Burgos

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement