2016 : que la joie dans la résistance « d’être » soit notre bouclier de lumière

L’année qui s’est enfin terminée nous a permis de découvrir notre fragilité face aux attentats, aux drames, notre incompréhension face à cette situation que de nombreux spécialistes prévoyaient mais que nos très naïfs élus ne voulaient pas imaginer. Il nous faut absolument penser que nous sommes maîtres de notre sécurité par la vigilance que nous allons porter à notre vie dans la rue, dans les transports, et qu’il n’est d’autre moyen de se protéger qu’en étant attentifs à ce qui se passe, simplement, sans exagération, mais avec lucidité.

Contrairement à ce qu’a dit Manuel Valls, nous ne sommes pas les enfants de la république, mais les victimes de celle-ci qui fait preuve de tant de laxisme et de lâcheté qu’elle peut nous projeter dans l’enfer de la douleur et des inquiétudes. Nous sommes des adultes responsables de notre destin. Nous n’allons pas devenir en 2016 des petits moutons que l’on emmène à l’abattoir. À dater de ce jour, nous relevons la tête, nous affichons la joie de ceux et celles qui croient qu’ils ou elles sont capables de changer leur attitude face aux événements, de relativiser tout ce qui semble si lourd à porter, de croire qu’il est possible d’être dans la joie de la vie. Nous vivons, nous aimons, nous apportons à notre entourage, famille et amis, cette force de la foi dans la vie, et dans l’espérance de jours meilleurs.

Depuis des années, nous avions suivi l’atrocité de ces attentats par les images données sur écran, affichées dans des revues, nous les avions survolées sans trop nous y attarder, n’imaginant pas une seule seconde que la plus belle ville du monde, notre chère capitale,  pouvait être touchée dans son cœur et se trouver mutilée dans sa chair. Les attentats, ça arrive ailleurs, ça ne pouvait pas  arriver chez nous : le chef de l’État avait bien dit que nous étions protégés. Le ministre de la Défense avait confirmé cette situation, sans nous révéler l’étendue du problème pour que nous apprenions la vigilance.

Nos élus sont coupables de trahison, de mensonges, d’absence totale d’une vision plus lointaine que celle de leurs pieds. Ils sont d’autant plus condamnables qu’eux, ils sont surprotégés. Quand un président de la république quitte le stade de France, apprenant ce qui s’y passait, bien sûr, qu’il ne va pas déchaîner la panique en disant ce qu’il se passe, mais il aurait dû être réactif plus rapidement pour protéger ses enfants. Il s’en fiche complètement. D’ailleurs, il ne faut jamais oublier qu’un politique est par définition Indifférentà tout ce qu’il se passe. C’est une réalité et elle est valable pour tous, qu’ils soient d’un parti ou d’une autre.

À partir de ce jour, nous allons adopter un comportement digne de nous : nous acceptons toutes les situations de problème qui peuvent se présenter à nous et nous nous débarrassons de tout sentiment négatif. Nous affichons notre force et trouvons dans le regard de cet enfant-roi qui va rester encore un certain temps dans la crèche l’indéfectible foi pour continuer notre vie avec entrain. Nous n’oublierons jamais ce qui s’est passé en 2015, ses victimes et ses handicapés. Nous avons pleinement conscience que cela peut encore se passer en 2016, mais par la force de notre vigilance et notre foi en Dieu,  nous ne nous laisserons pas abattre.

Sur le plan personnel, nous allons changer, ne plus jamais penser que telle situation est devenue un échec, parce que nous n’avons pas su analyser les conséquences de nos actes. Nous en sommes responsables et c’est à nous de changer en reconnaissant qu’il reste bien du chemin à parcourir pour devenir ce que nous voulons être. Le « Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux » de Socrate, inscription au seuil du Temple de Delphe, est toujours d’actualité. Pour que les choses changent, il faut commencer par changer soi-même. Il s’agit d’un long travail qui exige humilité et plus. Mais nous avons la joie en nous et la certitude de réussir, autrement dit,  les qualités nécessaires pour y parvenir. Prenons la joie comme bouclier, ne nous laissons jamais envahir par du négatif. Ce 1er janvier, nous avons planté tout un jardin de joies dans notre cœur, des petites joies et des plus grandes.

Bien sûr qu’il faut des échecs personnels pour reconnaître qu’il est exceptionnel de réussir la première fois. Thomas Edison a dit "Je n'ai jamais connu l'échec en inventant l'ampoule électrique. J'ai juste commencé par trouver 99 façons de faire qui ne marchaient pas." Alors regardons nos erreurs bien en face, et apprenons. Apprenons comment faire mieux la prochaine fois.

Vivez chaque instant de votre vie comme s’il était le dernier. Tout dans votre journée a une importance, plus ou moins grande, mais elle a des moments uniques, qui ne se renouvelleront pas. Engrangez vos bons souvenirs, jouissez-en dans la démesure. Apprenez à les estimer à leur juste valeur. Et si des personnes que vous avez aimées vous ont déçus, n’hésitez pas à les quitter. Même si cela fait un certain temps que vous les connaissez. Ne plus perdre de temps doit être l’une de vos priorités.

Si vous parvenez à ne plus souffrir de ce que vous n’avez pas, à être heureux en pensant que peut-être ça arrivera plus tard, et si ce n’est le cas, tant pis, ce n’est pas aussi important qu’aimer et être aimé. Soyez assurés que quel que soit le problème de santé, d’argent ou de situation que vous aurez (peut-être) à assumer en 2016, vous réussirez par la force de vos ondes positives, par la puissance de cette petite joie qui commence à  pousser dans votre cœur, reprenez confiance en vous. 2016 SERA L’ANNÉE QUE VOUS AVEZ DÉCIDÉ QU’ELLE SOIT.

Profitez enfin de ce début d’année pour inscrire sur votre bel agenda ces petits et grands projets, à réussir au cours de l’année. Nous disons « bel agenda » car le fait de le consulter tous les jours mérite qu’il soit beau, très beau, pour donner de la joie en l’ouvrant. Aimez la vie, aimez-la de toutes vos forces. Si vous ne l’aimez pas, comment voulez-vous qu’elle vous aime ? Nous ne sommes certainement pas les enfants de cette république, mais les enfants de Dieu, et à ce titre, nous disposons de toutes les forces pour maintenir notre cap sur l’espérance, l’amour, l’inspiration et la joie.

QUE 2016 SOIT A LA HAUTEUR DE VOS AMBITIONS DANS LA JOIE,

SANS LAQUELLE LA VIE POURRAIT PARAÎTRE TERNE.

VIVE VEXILLA GALLIAE ET NOTRE ROI

SOYEZ HEUREUX SANS AUCUNE RÉSERVE.

Solange Strimon

Commentaires  

#5 Benoît Legendre 05-01-2016 23:12
Encore et toujours, grâce à vous Solange Strimon, ces merveilleuses lignes d'espoir, de clarté, de regard vers le haut, d'élévation d'âme ! Du super carburant pour attaquer cette nouvelle année 2016... Soyez vivement et très chaleureusement remerciée !

Vive la France, vive notre Foi en Jésus-Christ, vive le roi !
Citer
#4 leon barbanzed 03-01-2016 18:53
En écrivant que nous ne sommes pas les enfants de la République mais des adultes , c'est-à-dire des personnes responsables, vous écrivez précisément ce que les Républicains de la fin du XIX° siècle publiaient en dénonçant la Tyrannie Collectiviste des Socialistes;
Il n'y a plus que les Royalistes Légitimistes qui soient Démocrates et qui osent le dire.
Dans ces conditions nous ne pouvons plus dire :" Vive la République " mais v"Vive le Roi ".
Citer
#3 Ivannick 01-01-2016 21:43
MERCI à Solange Strimon et Charles Meret Zolver pour ces partages d'éveil de conscience en ce début d'année nouvelle.
Puisse 2016 nous offrir encore du temps pour poursuivre l'élévation de nos âmes et l'ouverture de nos consciences au message divin et à l'accueil de celui-ci dans nos cœurs. Puissions nous accepter de nous laisser modeler par la main du jardinier céleste afin de recréer le magnifique jardin d’Éden où chaque âme pourra déployer ses pétales et chacune offrir sa singularité laissant ainsi la magnificence divine s'exprimer à travers chaque âme-fleur.
Citer
#2 Gwen Balafenn 01-01-2016 18:48
J'acquiesce à ce texte et j'invite les royalistes à faire leur "out-comming". Personnellement dans mon bureau, de chef d'un service j'ai apposé un drapeau vendéen, portant les deux cœurs surmontés de la couronne et de la Croix, pour info pour ceux sui seraient embêtés au nom de la laïcité, je rappelle que ce symbole a été utilisé pour le 93e Régiment d'Infanterie, de la Roche sur Yon, dont la valeur au combat en 1914/1918 n'est plus à prouver.

Enfin l'année débute bien ! J'ai entendu à 13 H 00, M. LE DRIAN, ministre de la Défense, à bord du "Charles de Gaulle" qui chantait le "31 du mois d'août", dont je rappelle le refrain : "Buvons un verre, buvons en deux, à la santé des amoureux", "Buvons un verre à la santé du Roi de France et merde au rois d'Angleterre qui nus a déclaré la guerre".

Vive le rois
Vie la France
Et merde aux islamistes !
Citer
#1 Charles MERET ZOLVER 01-01-2016 16:24
Merci pour ce très bel "éclairage spirituel", en effet, nos pensées sont "créatrices". Pour être un authentique "enfant de Dieu" , même si cela est un préalable indispensable, il ne suffit pas de respecter Ses Commandements et de fréquenter les Sacrements, il faut encore demeurer en permanence en état de croissance spirituelle. Cela signifie, bien entendu, progresser en sainteté, au sens "chrétien" du terme s'entend, mais pas seulement,
il faut encore atteindre, et dépasser, ce que les anglo-saxons et certains psychologues, appellent la "maturité affective", c"'est à dire la capacité à contrôler ses émotions , ses sentiments, et donc en premier lieu exercer un contrôle permanent sur ses pensées, rejeter les négatives et en générer de positives pour les leur substituer et tout cela sans coercition mentale excessive qui n'aboutirait qu'à un échec , tant il est vrai comme le dit la sagesse populaire que "le naturel revient toujours au galop" et même si nous tombons dans ce travers nous tomberions dans un grave péché d'orgueil puisque nous nous en remettrions à nos seules forces. Au contraire, il faut lâcher prise et laisser faire le Bon Dieu, comme le disait d'ailleurs Notre Seigneur à une âme privilégiée : "...Je penserai à tout jusqu'au moindre détail, quant à toi ne pense qu'à m'aimer..."
La psychologie moderne elle-même nous apprend que lorsqu'il ya conflit entre la volonté et l'imagination c'est quasiment toujours l'imagination qui l'emporte, il suffit de voir les effets des images du journal télévisé sur notre humeur(malgré toutes les bonnes résolutions que l'on peut prendre), sans parler des effets de la vision du corps d'une (jolie) femme sur un cerveau masculin...Notr e cerveau est bo(m)bardé(!) en permanence par des informations susceptibles de générer des pensées négatives ( à titre personnel j'ai déjà fait pâtibuler virtuellement les 2/3 des habitants de ce pays d'infidèles et d'apostats (lol!)) . Plaisanteries mises à part, si nous ne parvenons pas à exercer un contrôle, aussi efficace que faire se peut sur nos pensées, en nous laissant démonter par la moindre information négative, nous entrons alors dans un cercle vicieux, nous générons de très mauvaises "vibrations" et aggravons encore un peu plus notre situation, celle de notre pays ainsi que celle de l'humanité toute entière. Oui, penser n'est pas un acte anodin (relire certaines épîtres de St Paul à ce sujet), diffuser des "informations" non plus d'ailleurs; comment éveiller nos contemporains à certains" enjeux cruciaux", comme le contrôle de l'immigration de masse par exemple sans les inciter à se désespérer d'une situation paraissant quasiment sans issue ("politiques"); ce qui ne ferait qu'aggraver le problème, en fait, craindre, redouter, avoir peur, équivaut, d'une certaine manière à "prier", pour que ce que l'on ne souhaite pas voire se produire se produise...
Bien évidemment, je ne suis pas en train d'insinuer que la simple "pensée positive" puisse se substituer à la piété catholique et de me faire ainsi l'apologue du relativisme ou le promoteur du syncrétisme en matière de religion, mais je considère qu'il existe une grande différence entre une authentique spiritualité et une simple "religiosité" ayant pour seul but (suffisant cela dit) d'éviter la damnation éternelle.
Il ne faut pas confondre la lettre et l'Esprit de la loi (attention à la tentation gnostique cependant!). Simplement, nous qui craignons et aimons Dieu et notre Roi, nous devons être de ceux qui regarde la lune et non le doigt!
Une fois n'est pas coutume je vais citer un "infidèle" (mais authentique "éveillé" spirituel.
"...J'envoyais mon âme sonder les cieux et les enfers, elle revint et me dit : " vois, je suis moi-même le Ciel et l'enfer..."
Omar Khayam (grand mystique musulman ((détesté par les intégristes) ).
Merci encore pour les sages préceptes que contient, ce plus que pertinent ( et cri du coeur !) article, il nous aidera à progresser et devenir meilleur en nous donnant les clés qui nous permettront d'être davantage réceptifs, "aware" comme disent les anglo-saxons, au Saint-Esprit qui est en nous; à nous de nous caler sur la bonne "fréquence" et d'éliminer les "parasites"...N 'oublions pas non plus les paroles de Notre Seigneur au sourd- muet : "Ephata", "ouvre-toi"!
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement