2016 : que la joie dans la résistance « d’être » soit notre bouclier de lumière

L’année qui s’est enfin terminée nous a permis de découvrir notre fragilité face aux attentats, aux drames, notre incompréhension face à cette situation que de nombreux spécialistes prévoyaient mais que nos très naïfs élus ne voulaient pas imaginer. Il nous faut absolument penser que nous sommes maîtres de notre sécurité par la vigilance que nous allons porter à notre vie dans la rue, dans les transports, et qu’il n’est d’autre moyen de se protéger qu’en étant attentifs à ce qui se passe, simplement, sans exagération, mais avec lucidité.

Contrairement à ce qu’a dit Manuel Valls, nous ne sommes pas les enfants de la république, mais les victimes de celle-ci qui fait preuve de tant de laxisme et de lâcheté qu’elle peut nous projeter dans l’enfer de la douleur et des inquiétudes. Nous sommes des adultes responsables de notre destin. Nous n’allons pas devenir en 2016 des petits moutons que l’on emmène à l’abattoir. À dater de ce jour, nous relevons la tête, nous affichons la joie de ceux et celles qui croient qu’ils ou elles sont capables de changer leur attitude face aux événements, de relativiser tout ce qui semble si lourd à porter, de croire qu’il est possible d’être dans la joie de la vie. Nous vivons, nous aimons, nous apportons à notre entourage, famille et amis, cette force de la foi dans la vie, et dans l’espérance de jours meilleurs.

Depuis des années, nous avions suivi l’atrocité de ces attentats par les images données sur écran, affichées dans des revues, nous les avions survolées sans trop nous y attarder, n’imaginant pas une seule seconde que la plus belle ville du monde, notre chère capitale,  pouvait être touchée dans son cœur et se trouver mutilée dans sa chair. Les attentats, ça arrive ailleurs, ça ne pouvait pas  arriver chez nous : le chef de l’État avait bien dit que nous étions protégés. Le ministre de la Défense avait confirmé cette situation, sans nous révéler l’étendue du problème pour que nous apprenions la vigilance.

Nos élus sont coupables de trahison, de mensonges, d’absence totale d’une vision plus lointaine que celle de leurs pieds. Ils sont d’autant plus condamnables qu’eux, ils sont surprotégés. Quand un président de la république quitte le stade de France, apprenant ce qui s’y passait, bien sûr, qu’il ne va pas déchaîner la panique en disant ce qu’il se passe, mais il aurait dû être réactif plus rapidement pour protéger ses enfants. Il s’en fiche complètement. D’ailleurs, il ne faut jamais oublier qu’un politique est par définition Indifférentà tout ce qu’il se passe. C’est une réalité et elle est valable pour tous, qu’ils soient d’un parti ou d’une autre.

À partir de ce jour, nous allons adopter un comportement digne de nous : nous acceptons toutes les situations de problème qui peuvent se présenter à nous et nous nous débarrassons de tout sentiment négatif. Nous affichons notre force et trouvons dans le regard de cet enfant-roi qui va rester encore un certain temps dans la crèche l’indéfectible foi pour continuer notre vie avec entrain. Nous n’oublierons jamais ce qui s’est passé en 2015, ses victimes et ses handicapés. Nous avons pleinement conscience que cela peut encore se passer en 2016, mais par la force de notre vigilance et notre foi en Dieu,  nous ne nous laisserons pas abattre.

Sur le plan personnel, nous allons changer, ne plus jamais penser que telle situation est devenue un échec, parce que nous n’avons pas su analyser les conséquences de nos actes. Nous en sommes responsables et c’est à nous de changer en reconnaissant qu’il reste bien du chemin à parcourir pour devenir ce que nous voulons être. Le « Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les Dieux » de Socrate, inscription au seuil du Temple de Delphe, est toujours d’actualité. Pour que les choses changent, il faut commencer par changer soi-même. Il s’agit d’un long travail qui exige humilité et plus. Mais nous avons la joie en nous et la certitude de réussir, autrement dit,  les qualités nécessaires pour y parvenir. Prenons la joie comme bouclier, ne nous laissons jamais envahir par du négatif. Ce 1er janvier, nous avons planté tout un jardin de joies dans notre cœur, des petites joies et des plus grandes.

Bien sûr qu’il faut des échecs personnels pour reconnaître qu’il est exceptionnel de réussir la première fois. Thomas Edison a dit "Je n'ai jamais connu l'échec en inventant l'ampoule électrique. J'ai juste commencé par trouver 99 façons de faire qui ne marchaient pas." Alors regardons nos erreurs bien en face, et apprenons. Apprenons comment faire mieux la prochaine fois.

Vivez chaque instant de votre vie comme s’il était le dernier. Tout dans votre journée a une importance, plus ou moins grande, mais elle a des moments uniques, qui ne se renouvelleront pas. Engrangez vos bons souvenirs, jouissez-en dans la démesure. Apprenez à les estimer à leur juste valeur. Et si des personnes que vous avez aimées vous ont déçus, n’hésitez pas à les quitter. Même si cela fait un certain temps que vous les connaissez. Ne plus perdre de temps doit être l’une de vos priorités.

Si vous parvenez à ne plus souffrir de ce que vous n’avez pas, à être heureux en pensant que peut-être ça arrivera plus tard, et si ce n’est le cas, tant pis, ce n’est pas aussi important qu’aimer et être aimé. Soyez assurés que quel que soit le problème de santé, d’argent ou de situation que vous aurez (peut-être) à assumer en 2016, vous réussirez par la force de vos ondes positives, par la puissance de cette petite joie qui commence à  pousser dans votre cœur, reprenez confiance en vous. 2016 SERA L’ANNÉE QUE VOUS AVEZ DÉCIDÉ QU’ELLE SOIT.

Profitez enfin de ce début d’année pour inscrire sur votre bel agenda ces petits et grands projets, à réussir au cours de l’année. Nous disons « bel agenda » car le fait de le consulter tous les jours mérite qu’il soit beau, très beau, pour donner de la joie en l’ouvrant. Aimez la vie, aimez-la de toutes vos forces. Si vous ne l’aimez pas, comment voulez-vous qu’elle vous aime ? Nous ne sommes certainement pas les enfants de cette république, mais les enfants de Dieu, et à ce titre, nous disposons de toutes les forces pour maintenir notre cap sur l’espérance, l’amour, l’inspiration et la joie.

QUE 2016 SOIT A LA HAUTEUR DE VOS AMBITIONS DANS LA JOIE,

SANS LAQUELLE LA VIE POURRAIT PARAÎTRE TERNE.

VIVE VEXILLA GALLIAE ET NOTRE ROI

SOYEZ HEUREUX SANS AUCUNE RÉSERVE.

Solange Strimon

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement