Une étrange espèce : l'Homo ecologistus

Les écologistes forment vraiment une espèce à part, au comportement bien étrange. Semblables à leur idéologie étonnante, l'écologisme (à ne pas confondre avec l'écologie), ils sont remplis de contradictions. Mais le plus étonnant, c'est leur aveuglement devant ces contradictions, ce qui leur permet de vivre en toute tranquillité, assurés de leur bonne conscience.

Leur conservatisme radical et obtus sur certains points atteint un niveau incroyable, largement compensé par leur progressisme irresponsable sur d'autres.

Prenons l'exemple du gaz de schiste. Les écologistes restent fermement opposés à l’exploitation de cette ressource d'avenir, dont la France possède de grandes réserves. Certes, les techniques d'extraction peuvent être polluantes, mais pourquoi s'opposer aux recherches dans cette direction ? Opposition infondée et totalement inutile. Les écologistes répondent à cela que l'usage de gaz est en lui-même polluant.

Préfèrent-ils les centrales nucléaires ? La pollution est nulle, les risques d'explosion quasi-inexistants en France, et les techniques d'enfouissement des déchets très au point. Mais non, même cette technologie de pointe dans laquelle la France n'est pas mauvaise ne trouve grâce à leurs yeux.

Ce que ces fanatiques verdâtres exigent, ce sont des éoliennes, des centrales hydroélectriques... Et tant pis pour l'impact sur la faune et la flore, tant pis pour la destruction de milieux naturels d'une grande beauté, tant pis pour la défiguration de lieux historiques, comme le Mont-Saint-Michel !

Sur d'autres points, leur situation est tout aussi incohérente. Le « mariage » homosexuel est un exemple flagrant. Là-dessus, leur idéologie bancale s'éloigne on ne peut plus de la logique naturelle. Comment ces « défenseurs de la nature » autoproclamés peuvent-ils s'opposer ainsi à l'une des plus importantes lois de la nature, celle qui affirme la nécessité d'un couple mixte pour concevoir un enfant ? Cette absurdité va encore plus loin : les écologistes se déclarent favorables à la GPA. La GPA, c'est la mécanisation de la femme, la marchandisation de l'enfant, c'est, à terme, la déshumanisation de la société. Comment les verts paladins du bio peuvent-ils accepter cela ?

Décidément, Homo ecologistus est une bien étrange espèce.

François Étendard

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement