FC Barcelone, Berlin, Falcon 7X, Manuel Valls et nous, les benêts…

Alors qu’une grande majorité des Français se serre de plus en plus la ceinture pour finir le mois, découvrant chaque jour des hausses insupportables sur les produits alimentaires en particulier, un haut responsable du parti socialiste se permet un aller-retour Berlin pour satisfaire une irrépressible envie de détente sportive. Le Premier ministre, fervent supporteur du FC Barcelone, a pu assister à la victoire de son club préféré samedi soir, dans le stade olympique de Berlin. Le tout grâce à un aller-retour dans la soirée effectué en Falcon 7X, facturé près de 20.000 euros à l'État par "l'Escadron de transport 60", la branche de l'armée de l'air qui prend en charge les déplacements officiels.

Manuel Valls travaille tellement - il faut l’avouer - pour défendre avec véhémence son président et toutes les réformes que ne veulent pas les Français - qu’il a bien besoin de s’offrir une pause. Bien sûr, s’il la juge indispensable pour son équilibre, personne ne va le blâmer, mais pas sur le compte des contribuables. C’est d’autant plus inadmissible que ce voyage à bord d’un Falcon n’a rien d’écolo, ni de raisonnable, encore moins de justifié. Et que s’il avait réglé personnellement cette escapade, il aurait peut-être pu être pardonné. Quand on l’entend à l’Assemblée Nationale faire preuve d’une extrême violence verbale, notamment et particulièrement, pour défendre Mme Vallaud-Belkacem,  quand on le voit débattre avec force ses réformes, on peut comprendre qu’il a  besoin de se défouler… et nous de manifester !  Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste, lui aurait donné son feu vert. Mais peut-on refuser au chef du gouvernement de le laisser partir vivre sa passion du foot ? Où sont les critères d’exemplarité, de morale, d’économie que prônent les dirigeants socialistes ?

N’oublions pas qu’à l’heure de sa fugue à Poitiers, pour assister à Berlin à la finale de la ligue des champions et encourager son équipe de football préférée, le FC Barcelone, le congrès socialiste n’avait pas rendu ses conclusions. Manuel Valls a bien entendu donné des explications qui justifieraient ce déplacement, comme celles de discuter avec Michel Platini, le président de l'UEFA et d’assister à une réunion pour l'Euro 2016. Ah oui, et où sont les photos des autres participants à celle-ci ? Il nous prend pour des benêts monsieur Valls. Il aurait été plus honnête et plus courageux de sa part de dire la vérité. Tout le monde peut comprendre que l’intérêt personnel du Premier ministre passe avant l’intérêt national. D’autant plus que le congrès socialiste n’a passionné aucun adhérent du PS, jusqu’à ce qu’Arnaud Montebourg fasse entrer ses taureaux dans l’arène. Enfin, de l’action !

Nous savons que les trajets Poitiers-Paris sont payés par le Parti socialiste, l'aller-retour Paris-Berlin a lui été payé par le contribuable, alors qu'aucune équipe française n’était à défendre. Manuel Valls vient de commettre une faute politique et une faute morale, que les Français ne lui pardonneront pas. Qui n’aurait aimé assisté à ce match, autrement que devant son écran de télévision ? Assister à la finale de la Ligue des Champions opposant le FC Barcelone à la Juventus de Turin en plein congrès socialiste restera un caillou dans la chaussure de Manuel Valls.

Personne ne l’oubliera, d’autant plus que 20 000 € représentent 20 000 baguettes de pain pour nourrir 20 000 personnes. Le pain, indispensable pour se nourrir, devient une denrée alimentaire de plus en plus chère, puisqu’il  faut compter une moyenne d’un euro pour une baguette. Le pouvoir et sa cote de popularité ont fait perdre au Premier ministre Manuel Valls tout sens élémentaire des réalités ! Au fait, il est où le président de la République ? On ne voit, n’entend que son matador qui ne cesse de répéter que ce dernier est extraordinaire. C’est beau la loyauté, mais il ne faudrait pas trop en faire, cela devient ridicule. Mais après tout, qu’importe, puisqu’il croit que les Français sont des benêts…

Solange Strimon 

Commentaires  

#11 AudeLys 11-06-2015 11:42
Citation en provenance du commentaire précédent de TRACY :
Dans l'article est oublié Nicolas Sarkozy qui est parti au congrès fondateur des Républicains au Havre en Jet privé alors qu'il n'y a que 2 heures de voiture pour s'y rendre. Par contre, les militants ex UMP étaient eux condamnés au jambon beurre pour limiter les frais du même congrès...
Pas glop le "Naboléon" !

Du moment qu'il ne s'agit pas de l'argent du contribuable ! ..... Chacun fait ce qu'il veut.
Citer
#10 Edgar 10-06-2015 23:20
Cela n'exonère par le fan du Barça, mais un artible de L'Obs mérite d'être lu: http://tempsreel.nouvelobs.com/politique/20150610.OBS0520/d-air-sarko-one-a-l-helico-de-fillon-dix-casseroles-aeriennes-de-la-droite.html
Citer
#9 Benoît Legendre 09-06-2015 21:14
Un comportement du niveau des satrapes orientaux ou des dictateurs africains... C'est la France, où les dirigeants politiques de tous bords ont décidément la nostalgie des fastes et des privilèges du temps de la splendeur de Versailles ! En comparaison, un ministre suédois se déplace d'une façon dont ne voudrait même pas un grouillot adjoint assistant en second de cabinet ministériel...
La modération et le respect des contribuables, on les trouve en Suède (tiens, une monarchie !), mais pas dans le pays d'origine des Droits de l'Homme (et des devoirs correspondants) de 1789, validés par le roi Louis XVI.
Citer
#8 BOUCHY-PICON 09-06-2015 20:15
Et en compagnie de deux de ses fils !
Citer
#7 Solange 09-06-2015 19:22
Il ne faut pas mélanger les genres. A propos des "autres", admettons qu'ils n'ont pas prôner, eux, l'exemplarité, la morale, la bonne conduite. Tous hélas, de droite comme de gauche, n'ont d'autre ambition que d'assouvir leur plaisir personnel, le temps qu'ils sont au pouvoir. La France, on s'en fiche et chacun prend tout ce qu'il peut, sans même réaliser la souffrance de ceux qui n'ont plus que leurs larmes pour se manifester. C'est beau le socialisme !
Citer
#6 TRACY 09-06-2015 18:03
Dans l'article est oublié Nicolas Sarkozy qui est parti au congrès fondateur des Républicains au Havre en Jet privé alors qu'il n'y a que 2 heures de voiture pour s'y rendre. Par contre, les militants ex UMP étaient eux condamnés au jambon beurre pour limiter les frais du même congrès...
Pas glop le "Naboléon" !
Citer
#5 Dominique 09-06-2015 10:04
il y a autre chose qui est choquant dans le message de Manuel Valls, c’est que son club préféré soit le FC Barcelone et non un club français, comme quoi ceux qui ont eu la nationalité française à 18 ans ne sont que des Français de papier, et non de cœur, et il veut être notre chef d’État après avoir été Premier ministre !!! S’il était français, le club qu’il soutiendrait serait un club français, car quand on est français, on est pour son pays. Imaginez que le FC Barcelone joue contre le PSG ou l’OM de Marseille, le Premier ministre (voire le Chef d’État) de la France soutiendrait le FC Barcelone contre la France !!! Un scandale !
Citer
#4 ramoin nicole 09-06-2015 08:47
Malheureusement ce ministre n'est ni le premier ni le dernier a user et abuser des privilèges qu'offre la France ......Que faire ? Une révolution je crois , mais avec qui . Le Français râle mais laisse passer ....alors ? Je ne crois plus en l'honnêteté des dirigeants politiques que ce soit de gauche , de droite ou du centre .C'est un écœurement perpétuel et nous n' en sortirons jamais .
Citer
#3 ARMENANTE 09-06-2015 08:38
Une démocratie qui n'évolue pas, est soumise à la médiocrité des Hommes =
http://www.temoignagefiscal.com/une-democratie-qui-nevolue-pas-est-soumise-a-la-mediocrite-des-hommes/
Les contre-pouvoirs médiatiques n’existent pas en France =
http://www.temoignagefiscal.com/les-contre-pouvoirs-mediatiques-nexistent-pas-en-france/
Citer
#2 PELLIER Dominique 09-06-2015 08:15
Et pour nous amuser un peu, je propose une enchère aux surnoms des ripoublicains qui nous... "gouvernent":
Manuel VALLS : FRANKENSTEIN avec son sourire si lumineux
François FILLON: DRUPPI avec son optimisme communicatif*
Qui dit mieux ?
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement