Manu le trembleur, détournons les yeux !

On se gausse beaucoup, ces derniers temps, de la main gauche du premier ministre. Cette polémique n'est ni à l'honneur de ceux qui l'utilisent, ni à l'honneur du premier ministre. Ce dernier étant l'homme qui gouverne la France, commençons d'abord par lui.

Sa campagne contre le Front National, si elle n'est pas illégale, demeure scandaleuse : on pourrait attendre du premier ministre qu'il soit celui de tous les Français, sans exceptions, et donc ne considèrent pas que le parti sur lequel se porte les votes de quasiment 30% de ceux-ci est nécessairement le Mal incarné.

D'autant que l'intensive campagne contre le Front National semble se faire à partir de subsides théoriquement versés au Premier Ministre pour gouverner le Pays, et non pour aller à l'encontre des opinions des Français sur des questions purement électorales. De toutes les manières, c'est un usage indu du temps d'un chef de gouvernement qui devrait plutôt consacrer ses heures perdues à la gestion de ce pays qui en aurait bien besoin !

Manuel Valls ne témoigne que du mépris à l'égard des Français. Il a beau expliquer que son mépris ne vise que le parti, et non pas ses électeurs, cette subtilité dialectique hypocrite échappe justement aux électeurs frontistes qui savent aujourd'hui que leur voix est dédaignée et leur opinion vouée aux gémonies.

A l'heure où tous sont « Charlie », la tyrannie de la majorité voudrait essayer, en abattant ses dernières cartes, de mettre à l'écart ces français encombrants qui ont le mauvais goût de ne pas être des homo festivus moyens, occupés à pleurer ou rire quand « Big Brothe» leur en donne l'ordre.

Toutefois, le Front National, et plus largement ceux qui usent de cette vidéo, ne se grandissent pas. Il est bien évident que la colère du tempérament explosif de Manuel Valls, ainsi que la fatigue mais aussi sa volonté de coller à un rôle d'homme exalté et charismatique -dans la lignée des Clemenceau et des Jaurès qui sont ses modèles politiques- sont responsables de sa « tremblote ». S'attarder sur son exaltation c'est renforcer les rangs de la gauche qui, plus que la Droite, sont en recherche de l'homme providentiel, du Chef qui sauve la Gauche d'un Waterloo inéluctable suite de la Bérézina futur des cantonales.

La France se gouverne dans l'émotion : c'est à la fois sa grandeur et sa faiblesse.

Grandeur car le peuple de France sait s'unir avec force, faisant fi des querelles, en se groupant sous la même bannière de l'amour de la patrie, de la fidélité et de la compassion. Naguère c'était le Roi qui suscitait cette émotion et mobilisait les Français.

Faiblesse car n'ayant pas cette capacité à mobiliser les foules par le charisme d'un seul homme, la république peut se comparer à une grande entreprise de spectacle. Les Romains avaient, naguère, besoin de jeux pour être unis, les Français ont aujourd'hui besoin de scandales, d'autant plus nombreux que la situation est critique.

Mais les Romains ne s’engageaient pas dans l'arène : il ne fallait pas affaiblir la civitas. Combien de temps notre France versera contre elle-même son sang dans de vaines querelles qui ne sont que poudre aux yeux pour ne pas se concentrer sur les problèmes du temps ?

Le ministre ne peut offrir que du spectacle car il n'a pas les possibilités d'agir : il n'a pas la légitimité de l'opinion, il n'a pas une équipe stable –celle-ci sera bouleversée après les cantonales-, il n'a pas le temps de lancer et une grande réforme -la fiscalité attend depuis 15 ans une refonte totale!- et Bruxelles ne lui permettra jamais d'agir en profondeur sans bénédiction unioniste.

Valls n'a plus que le spectacle, alors il tremble des mains pour donner ce spectacle. Un homme pudique, devant une telle exhibition de l'individu et du régime, devrait détourner le regard.

En détournant le regard, il verrait que le système à bout de course n'a qu'une seule véritable alternative qui ne soit pas une réédition de l'échec actuel, comme le voudrait les partisans d'une sixième république.

Cette alternative devrait garantir l'union des Français, leur indépendance et l'inaliénabilité de leur souveraineté. Cette alternative devrait ancrer les politiques dans le temps long et dans la continuité, rendant au peuple, par les corps intermédiaire, un pouvoir plus grand et plus effectif.

Cette alternative est le Roi.

Roman Ungern

Commentaires  

#9 Dominique 21-03-2015 11:17
Il n’empêche qu’une main qui tremble autant signifie une manifestation de haine et de colère telles que le Premier ministre ne peut la contrôler devant le député Marion Maréchal-Le Pen. C’est aussi la preuve que la république n’est ni pour la liberté d’opinion ni pour la liberté de vote car sinon, le Premier ministre resterait maître de lui-même devant la montée du Front national, qui est une opinion comme une autre qui devrait bénéficier de l’égalité des droits, ce que leur refuse celui qui fait inscrire sur le fronton des écoles le triptyque de la république « Liberté – Égalité – Fraternité » qu’il est le premier à violer, et ça, c’est un scandale au niveau des droits de l’homme ! « La roue tourne », dit un dicton, et elle tourne toujours contre ceux qui gouvernent mal un pays.
Citer
#8 AudeLys 20-03-2015 08:31
@ Dominique Pellier : Tout à fait d'accord avec vous. Il nous appartient de faire connaitre notre Roi, et c'est ce que je fais à mon modeste niveau dès que j'en ai l'occasion. D'ailleurs, deux élections se présentent, et je glisserai mon bulletin "S.M. Louis de Bourbon" et cette année j'y rajoute "de jure Louis XX et notre Reine María Margarita". Ce dont je veux parler, c'est, comme Jacqueline Vidal, des modalités pratiques, de l'action réelle, de la méthode à employer pour parvenir à mettre notre Roi à SA place. (révolution à l'envers, coup d'état....)
Nous avons déjà évoqué ceci sur notre site préféré sans qu'il y ait eu une amorce de réponse.
J'attends donc avec impatience les futurs articles de Roman. Sacré débat en perspective...
Citer
#7 Jacques M 19-03-2015 14:49
Il faut croire que l'année des deux printemps est proche...
Citer
#6 Roman Ungern 19-03-2015 12:00
Chère Audelys,

Pour l'instant je suis un peu pris dans des exigences qui ne me permettent pas de développer plus avant les questions que vous évoquez.

Mais la chose est en projet, dans mes articles. Je voudrais évoquer, à l'avenir, ma conception de la Royauté Française et de son avenir, ainsi que les moyens à notre disposition pour rétablir celle-ci.

Il faudra un peu de patience avant que je puisse me livrer à l'exercice cependant.
Citer
#5 vidal jacqueline 19-03-2015 10:36
Bien sûr, nous sommes tous d'accord !Un fait certain, c'est que le Roi arrive...Oui, mais...Comment mettre en place cette alternative magnifique? Je crois que ce sera dans le sang. La gauche n'acceptera jamais, jamais, jamais, le retour du Roi! Avec le Roi, ils seront mis à nu, leurs "oeuvres" nuisibles seront dévoilées...mis es en examen, médiocratie, pédophilie,copi nage,vols en tout genre, bradage de la France, la France vendue, livrée pieds et poings liés à l'ennemi, etc...la gauche est au pouvoir et entend y rester ad vitam aeternam, voilà le hic ! et elle va lancer contre les vrais français toutes ses hordes de "septembriseurs "! Il n'est que d'écouter les discours de ces gens, de les voir, ils sont aux abois, ils ont peur, alors...
Citer
#4 HB 19-03-2015 08:19
Je vous trouve bien complaisant avec M Valls et la gauche et sévère avec ceux qui s'interrogent sur sa santé.

"Excuser" (ou expliquer) le premier ministre par ce qu'il serait influencé par Jaurès, Clémenceau ou sous prétexte qu'il serait impuissant à agir n'est pas un service à rendre à la France.

Si vous êtes persuadés que ces tremblements sont le résultat de sa passion ou de sa fatigue c'est à dire qu'ils en disent moins que ce qu'ils montrent, je suis convaincu du contraire et qu'ils montrent plus que ce qu'il dit (et qui est déjà énorme). En déclarant la guerre au Front National, il la déclare également à la partie de la France traditionnelle, catholique, souveraine qu'il hait... à laquelle les royalistes appartenons.

Ce n'est pas impudique que de relever ce symptôme, c'est prendre la mesure de comment nous considèrent et nous estiment ces gens sans foi ni loi.

Bonne fête de St Joseph.
Citer
#3 PELLIER Dominique 19-03-2015 08:01
A Audelys : c'est comme la Parole de Dieu, il faut parler du Roy, partout autour de nous, vanter le saut en la royauté, partout, convaincre la France, les Français de revenir sous la domination du Roy. IL faut gommer toutes ces idées révolutionnaire s disant que la royauté est mauvaise. Certes, nous aovns eu de mauvais rois, mais nos rois avaient plus souci de nous que les politicards actuels et même passés. Non la république, la démocratie, cela ne vaut rien. IL FAUT UN ROI A LA FRANCE
Citer
#2 PELLIER Dominique 18-03-2015 07:57
Eh, "FRANKENTEIN", le plus important en France, c'est le chômage, la sécurité, le logement, l'industrie, l'agriculture et j'en passe. Ce ne sont pas ces querelles stériles entre les divers partis politiques, que tu les aimes ou pas. Le plus important c'est la France et les Français, mais qu'en fais-tu ????
Allez, partez tous les politicards dits républicains, partez tous et laissez la place à un vrai gouvernement, salutaire pour la France, la royauté! Et toi, là, l'épouvantail à moineaux, je doute m^me que la Catalogne te voudrait pour chef...
Citer
#1 AudeLys 18-03-2015 06:40
Je pense que nous sommes nombreux ici à être d'accord avec vous. Personnellement je le suis.
Mais voilà ! Comment met-on en place l'Alternative que nous voulons tous : notre Roi.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement