Manuel Valls brandit la peur du FN

Quand le premier ministre Manuel Valls,  Invité du Grand Rendez-vous I-télé/Europe 1/Le Monde, avoue qu’il a  « peur que la France se fracasse contre le FN", la faute à qui ? L’actuel gouvernement est  responsable à 100 % de l’état dans lequel notre pays se trouve.

Oui, nous avons peur des réformes sociétales qu’a produites le gouvernement, tant au niveau du démantèlement de la famille, que de celui de l’essai continu de déchristianisation au profit d’une autre religion, dont on ne peut dire qu’elle est dans l’amour et le partage, que des nouvelles lois que tente d’imposer Christiane Taubira dans les prisons, que du chômage qui ne cesse de progresser , la confiance n’étant pas au rendez-vous et les carnets de commande ne se remplissent pas, que des dépenses plus qu’inconsidérées de l’Etat, qui  continue à donner sans compter à tous les déshérités de la terre, sans demander de compte, qu’enfin, « là-haut », dans leur sphère dorée, si loin des réalités bassement matérielles des citoyens français, il n’est question que de profit  et de déracinement de toutes les valeurs qui ont donné à la France son identité. 

Oui, nous avons peur de l’avenir de la France, tant il est vrai que le repli vers le 11 janvier n’est pas la solution pour appeler à la solidarité et à la fraternité dans la responsabilisation de nos actes. L’éducation nationale, avec à sa tête une Française, qui n’est pas de souche (pour reprendre une expression bien pensée du président de la république) ne peut que continuer à produire de mauvais fruits  car on n’a jamais vu un arbre malade ne pas rendre malades ceux qui consomment ses fruits.

Oui, nous avons peur en constatant qu’une grande majorité des enfants des banlieues ne parlent pas, n’écrivent pas, ne lisent pas le français, car leurs parents ne maîtrisent pas la langue, pire, ne la pratiquent pas à l’intérieur des foyers familiaux.

Alors si tout à coup Manuel Valls déclare qu’un « risque du FN à 30%, pas au deuxième tour, mais au premier tour des élections départementales" existe bien et qu’il va envoyer des députés prêcher la bonne parole pour ramener les socialistes et les autres dans le giron du gouvernement, c’est qu’il n’a rien compris au réveil des Français, qui n’en peuvent plus des promesses présidentielles, qui ne sont que mensonges. Pas d’augmentation des impôts ? Ah oui, et les impôts locaux, les impôts régionaux ? Ils comptent pour du beurre ? Un frémissement de croissance ? Où ça ?

Solange Strimon

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement