Lettre ouverte aux gauches négationnistes qui s’ignorent

Chers messieurs du Front de gauche,

Généralement, une sortie de jeu vidéo passe complètement inaperçue dans la sphère politico-médiatique. Mais la publication du nouvel Assassin’s Creed semble bien partie pour faire figure d’exception : il aura juste fallu à ce jeu d’évoquer d’une manière politiquement incorrecte la « Grande Révolution » (selon vos propres termes) pour que l’on vous entende à nouveau braire comme des vierges républicaines effarouchées.

Une image peu avenante de Robespierre, et vous voilà partis en moult logorrhées suintant le républicanisme révolutionnaire fanatique, fanatique à en nier l’horreur des années 1789-99, période que vous osez qualifier de lumineuse alors qu’il s’agit purement et simplement de l’une des époques les plus ténébreuses de notre histoire française et universelle.

Une image vidéoludique présentant le spectacle morbide de ces centaines de têtes coupées au bout de piques et de curés sauvagement égorgés, et vous voilà montés sur vos grandes montures jacobines, dénonçant un complot anti-républicain et contre-révolutionnaire visant à « imposer au peuple français un autre regard sur la Révolution Française » (Alexis Corbière). Et vous, Mélenchon, de mettre sans détour les pieds dans le plat : encore un coup de l’extrême droite ! Votre épouvantail favori, n’est-ce pas ? Devrais-je dire plutôt : votre moulin de Don Quichotte préféré, cette extrême droite autant dans le système républicain que vous…

Messieurs gauches, rassurez-vous : aucun complot de l’extrême droite derrière ce jeu. Simplement la vérité. La vérité sur ce qu’est une révolution : « toute Révolution débouche sur des monstruosités », oui, citoyen Corbière. Cela vous choque-t-il ? C’est néanmoins  la pure vérité : Lénine ne disait-il pas lui-même : « Il n’y a pas de révolutions sans crimes » ? Comment pouvez-vous être choqué, vous, pourtant professeur d’histoire (tendance marxiste ?) par ce fait maintes fois prouvé par l’histoire post-révolutionnaire : révolutions communistes sanglantes et génocidaires du XXè siècle, Staline, Pol Pot, Mao, etc. ? Dois-je vous rappeler l’un des leitmotiv du Manifeste du Parti Communiste : « Renverser par la violence  l’ordre social du passé » ? Je ne pensais pas devoir vous faire l’affront de vous faire le catéchisme à propos de votre évangile marxiste !

Mais j’oubliais : pour vous, votre « Grande Révolution » doit être d’un blanc immaculé.

C’est bien connu : Robespierre n’a jamais pu être ce terroriste qui imposa pourtant, de ses propres mots, une Terreur nécessaire à cette pauvre France de 1793 qui se soulevait en masse pour venger le crime odieux de son Roi. Terreur durant laquelle le simple fait d’émettre la moindre réserve sur l’action du comité des salauds publics vous condamnait sans aucune forme de procès à la guillotine le lendemain. Puisque vous le dites…

Pour vous, gardiens fanatiques des fausses vertus robespierristes, les révolutionnaires n’ont jamais pu commettre ces odieux crimes barbares auprès desquels les décapitations au sabre des jihadistes d’aujourd’hui semblent des méthodes douces : nous n’évoquerons que le martyr de la princesse de Lamballe : égorgement, mutilations, viol de son cadavre, avant d’être dépecée et promenée en morceaux dans les rues de Paris. Puisque vous le dites…

Pour vous, ayatollahs de la Sainte République, il est impossible que celle-ci ait pu naître en versant le sang de centaines de milliers de Français. Et pourtant, c’est bien au nom de cette même république que les députés votèrent en 1793 le génocide de la Vendée, pour « exterminer », « éradiquer de la surface du globe » cette « race infâme » de contre-révolutionnaires vendéens dépossédés dans la bouche puante de haine de vos héros jacobins de toute humanité, réduits par ceux-là même qui écrivirent les Droits de l’Homme à des animaux qu’il faut mener à l’abattoir, femmes et enfants y compris. Robespierre, votre soi-disant héraut du peuple français, n’a rien dit contre !

Allons donc, messieurs : QUI alors ? QUI aurait commis tous ces crimes révolutionnaires, si ce ne sont pas vos héros pré-socialistes et pré-communistes ? Le peuple ? Mais quelle piètre idée du peuple de France avez-vous donc ! Le peuple est bien incapable d’une telle barbarie, sauf si certains de ses dirigeants lui donnent le goût du sang… Et là nous ne parlons que d’une certaine foule manipulée par les acteurs du coup d’état de 1789, l’un d’eux étant le tristement célèbre Philippe Égalité…

Le peuple a un bon fond naturel lié à un bon sens inné, selon les mots de Louis XIV. Bon sens qui le réveilla bien vite des mensonges révolutionnaires et l’incita à se soulever contre votre saint héros Robespierre et ses sanguinaires acolytes, dont le fameux Carrier des noyades républicaines de Nantes : « Il nous faut régénérer la France à notre image, dût-elle devenir un cimetière! » J’ose espérer que celui-ci ne fait point partie de votre Panthéon !

Bon sens qui vous manque tant. Manque de bon sens qui vous fait encore cracher, vous, Mélenchon, sur la mémoire de cette malheureuse Marie-Antoinette à qui l’on reprocha même d’avoir eu des gestes pédophiles envers le petit Louis XVII que vos ignominieux héros laissèrent crever comme un cafard dans son trou du Temple. Droits de l’Homme… Enfin, des hommes qui vous ressemblent, à vous et vos idoles.

Laissez-donc le peuple tranquille : ce n’est pas lui le barbare de 1789, mais bien vos héros révolutionnaires. Robespierre, Carrier, Saint Just, Babeuf… Que de noms qui inspireront les pires dictateurs communistes du XXè siècle tel Pol Pot et ses camarades qui, de l’aveu de ces derniers, aimait se laisser enfermer dans le Panthéon parisien pour méditer sur la tombe de Rousseau, celui-là même qui recommande dans son Contrat social à celui qui entreprendra de régénérer un peuple de « forcer le citoyen à être libre » ! Les Cambodgiens y goûteront bien amèrement, à cette régénération rousseauiste…

Se regarder dans le miroir de la vérité est toujours une épreuve. Regardez-vous donc, messieurs très gauches, dans ce miroir, après avoir fait l’apologie de la Sainte Révolution française, et contemplez-y votre propre barbarisme négationniste idéologique. Puisse ce reflet de vérité vous être un choc profitable, cela permettra aux Français de ne plus devoir supporter vos brailleries ridicules de vierges républicaines effarouchées. Et laissez donc le peuple découvrir les mensonges républicains — vos mensonges — sur cette Sainte Révolution, et laissez-le agir en conséquence, même si ce ne sera très certainement pas un épisode des plus heureux pour vous et votre caste de faux démocrates voltairo-rousseauistes illuminés.

Bien royalement,

Philippe Cléry

P.S : cher monsieur Corbière, vous souhaitez donc, vu le titre de l’un de vos livres, le retour de Robespierre. Soyez assuré que nous lutterons de toutes nos forces pour que la France ne soit pas de nouveau entre les mains sanglantes d’un pareil tortionnaire. Il n’y a vraiment qu’en république française que nous pouvons entendre un politicard bien gauche espérer publiquement le retour au pouvoir d’un dictateur terroriste sans être inquiété par la justice !

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement