La survie du Tibet

Le XIVeme Dalaï Lama, réincarnation du Boudha de la compassion, vient d'annoncer qu'il sera la dernière réincarnation, mettant fin à l'institution du Dalaï Lama.
Le Dalaï Lama, chef spirituel et temporel du Tibet avait fait face à l'invasion du Tibet par l'armée populaire de Chine et s'était exilé en 1959 mettant de facto fin à l'indépendance du Tibet[1].

La deuxième autorité religieuse du Tibet, le Panchen Lama, réincarnation du Boudha de la lumière infinie, dépend dans les traditions tibétaines de la reconnaissance du Dalaï Lama par le Panchen Lama et inversement. En mettant fin à l'institution du Dalaï Lama, le XIVeme Dalaï Lama met donc théoriquement fin à l'institution du Panchen Lama. Ce dernier est d'ailleurs retenu prisonnier par Pekin depuis le 17 Mai 1995, bien que le gouvernement chinois assure qu’il mène une vie totalement normale. Il n'est pas exclu que la Chine puisse, à l'avenir, se servir du Panchen Lama pour asseoir une politique répressive à l'égard des moines Tibétains, principale résistance à la domination chinoise illégale sur le Tibet.

En mettant fin à l'institution du Dalaï Lama, le Kundun[2], affaiblit considérablement ce qui reste de l'indépendance Tibétaine, à savoir un gouvernement Tibétain en exil dont le premier ministre, Lobsang Sangay, gère surtout l'importante diaspora tibétaine. L'alliance profonde entre temporel et religieux dans l'histoire de la Nation Tibétain ne peut laisser que perplexe sur l'avenir du Tibet à l'aune de cette annonce du Dalaï Lama : l'indépendance du Tibet, qui paraissait de plus en plus lointaine à mesure que le temps passait, semble hautement improbable sans ce chef spirituel.

Toutefois, le peuple Tibétain est loin d'être un peuple pacifique et docile, comme l'ont montré la vague de protestation de 2012. Vexilla vous tiendra informé de l'évolution de la situation.

Roman Ungern

[1]    Se reporter au témoignage de Heinerich Harrer, Septs ans au Tibet, traduction de Henry Daussy, Arthaud, 1954.

[2]    « La présence », autre nom donné au XIVeme Dalaï Lama.

Commentaires  

#4 Ivannick 08-10-2014 18:28
Il serait regrettable en effet que le Dalaï Lama fasse ce choix, alors que le peuple tibétain est en pleine souffrance. N'oublions pas qu'il y a dans la tradition bouddhiste tibétaine de nombreux Maîtres réincarnés dont le 17è Karmapa, d'ailleurs le Dalaï Lama envisageait que ce dernier lui succède. Sans tradition, c'est la mort assuré d'un peuple, d'un pays, d'une Nation.
Citer
#3 Roman Ungern 24-09-2014 15:04
@ Dominique Pellier: effectivement c'est une des questions que pose cette démission. Toutefois il est très difficile de se faire une idée précise de la résistance Tibétaine à l'Etat Chinois, et notamment de sa composition, de l'existence éventuelle de groupes. Ce qui est sûr c'est que le Dalaï Lama concentraient encore les derniers vestiges d'un réseau de clientèle à travers le Tibet. Il est très incertains que ces fidélités lui subsistent et se sécularise.

@ Dofiar: Pourtant le Dalaï Lama lui même a exprimée son incompréhension face à la conversion des chrétiens au Bouddhisme. Après une conférence en Europe, un jeune Français s'approcha du Dalaï Lama et lui dit: "Votre sainteté, j'aimerais me convertir au Bouddhisme" et le Kundun de lui répondre: "Pourquoi le Bouddhisme? En France vous avez le christianisme. C'est très bien le christianisme!".
La question n'est pas à voir d'un oeil strictement français, mais de l'oeil que pourrait avoir un Tibétain. Il faut aussi signaler que le très haut clergé Bouddhiste risque de devenir très famélique: la disparition du Dalaï Lama, du Panchen Lama, du Bogdo Gegen dans les années 20... Or une religion sans chef est, à mon avis, très sensible aux doctrines communistes de ces pays ainsi qu'à la poussée le l'islamisme dans le Xinjiang voisin.
Citer
#2 PELLIER Dominique 23-09-2014 09:38
Il est inquiétant de connaître cette nouvelle. Que feront les Tibétains s'ils n'ont plus de guide spirituel ???
Citer
#1 Dofiar 23-09-2014 07:44
Tant mieux, on ne verra plus le Dalaï-Lama raccoller les catholiques en France par de grands meetings. Pour une bonne nouvelle, c'est une bonne nouvelle ! L'islamisation, la bouddhisation et l'athéisation de la France font la curée des catholiques, y'en a marre !
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 4 novembre 2017
« La république des privilégiés »

Aucun événement