Le sous-fifre à la place du Calife

Il n'est pas question de tapis volants ou des frasques d'Iznogoud. Il est question des milliers de chrétiens et autres autochtones massacrés par les fanatiques de l'EIIL (État Islamique en Irak et au Levant). Nous ne connaissons pas les chiffres exacts des massacres, mais la réalité fait froid dans le dos. Le nord de l'Irak et une bonne partie de la Syrie sont pris par les extrémistes, et désertés par les communautés chrétiennes, qui fondaient déjà à vue d’œil depuis la chute de Saddam Hussein.

Un califat, renaissance d'une tradition islamique éteinte en 1924 (chute de l'empire ottoman), correspond à une autorité spirituelle et temporelle d'un seul homme, détenant le pouvoir du prophète sur les musulmans du monde entier. 

Il s'agit aujourd'hui de Abou Bakr al-Baghdadi, 43 ans. 

Cet homme joue un énorme coup de poker. Il est à la tête d'une organisation ayant profité de l'état déplorable de l'Irak après le départ des soldats américains. Ceux-ci ne peuvent plus se permettre de revenir. La communauté internationale muselée, il a pu rassembler des sunnites de toute la région pour tenter de ressusciter le califat, qui a connu son apogée au Moyen-Âge.

Si le « calife » en herbe se prend les pieds dans le tapis des querelles intestines et de son déficit de notoriété mondiale antérieure, alors son califat fantoche disparaîtra et cette région redeviendra le lieu des déchirures sanglantes entre sunnites, chiites, alaouites et kurdes...

Mais si le calife stabilise son territoire et se construit une légitimité parmi les musulmans du monde entier, alors ce califat deviendra la base arrière d'un terrorisme mondial. Soutenu indirectement par la diplomatie française, qui laisse partir des centaines de jeunes en Syrie et qui souhaite la chute de Bachar Al-Assad, l'une des dernières figures de stabilité de la région.

Quel que soit le sort réservé à ce « califat » en particulier, il est clair que nous tendons vers une armée internationale, chapeautée par Washington, qui se lancera dans de nouvelles croisades du dollar et des intérêts maçonniques face à cet ennemi tout trouvé, le Califat Islamique.

Julien Ferréol

Commentaires  

#5 Dofiar 25-07-2014 11:17
« Ce qu’il faut à ce pays, c’est un Roi. » (Général de Gaulle parlant pour la France) et non un calife d’opérette qui prend sa légitimité dans la terreur, comme bien des dictateurs. Le nouveau « calife » est déjà surnommé le « nouveau Ben Laden ». Les rois de ces pays sont plutôt unificateurs et respectueux des minorités chrétiennes. Les rois connaissent sur le bout des ongles l’histoire de leur pays, et ils savent que pendant huit siècles, l’Arabie était chrétienne. En régime républicain, mémoricide, il est de bon ton de nier cette existence pour la délégitimer.
Citer
#4 Charles 17-07-2014 21:35
Avant de stigmatiser les musulmans et leur volonté de califat, songeons que c'est à Champtoceaux (Anjou-France), ancien siège d'un évêché, qu'en 768 Pépin le Bref choisit de recevoir les ambassadeurs du calife de Bagdad Al Mansour.
Citer
#3 Benoît LEGENDRE 08-07-2014 18:10
D'accord avec Monsieur Cheuzeville ! la bêtise et l'ignorance crasse des américains en général et de George deubeuliou Bush en particulier... C'est tout de même incroyable qu'une nation moderne et démocratique, qui a su envoyer 27 astronautes autour de la lune (dont 12 qui ont marché dessus) et à les faire revenir sains et saufs, ne soit pas capable de faire l'effort de comprendre un minimum les réalités du monde musulman ! De toute façon, tout a commençé avec le cortège ridicule des "pleureuses" sur le Shah d'Iran ; celles et ceux qui ont refusé d'aider Mohammed Reza Shah Pahlavi quand il était encore temps ont une responsabilité directe avec les lamentables évènements que nous voyons aujourd'hui... Un califat, on croît rêver ! Pourquoi pas restaurer l'empire de Charlemagne ?
Vive le roi !
Citer
#2 Jacques Jouan 08-07-2014 12:16
Cher Julien,

Je pense que ton approche est beaucoup trop négative. Dans l'absolu je crois que le califat pourrait servir aux sunnites à se recadrer et se débarasser des takfiristes.

Dans l'absolu... mais là si le calife lui-même est un takfiriste - pour faire simple un mauvais musulman amateur de violence -. On est pas dans la m....

La solution serait de renforcer nos alliances avec les communautés chiites, chrétiennes ou les laics de la région. Ou encore de se renseigner: existe-t-il un héritier légitime au dernier calife qui peut faire poids contre Abou Bakr.

Bonne journée.

Jacques
Citer
#1 Cheuzeville Hervé 07-07-2014 20:44
Le monde paye aujourd'hui la bêtise de George W Bush et sa méconnaissance des réalités internationales . Et ça ne fait que commencer...
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement