OMC : Le machin est-il encore vivant ?

L'Inde, à la tête des 46 pays en développement du G33, a demandé à l'OMC (Organisation Mondiale du Commerce) de pouvoir accroître ses subventions aux produits agricoles afin d'aider ses agriculteurs et nourrir à bas prix ses plus pauvres (qui ne sont rien moins que 800 millions).

Rien de plus normal a priori, me direz-vous...

Seulement voilà : cela est actuellement sévèrement limité par l'OMC, car considéré comme une forme de dumping.

En vue de préparer « la ministérielle » (réunion de la dernière chance) de Bali, 159 ministres des Etats membres n’étaient déjà pas parvenus à établir une ébauche d'entente lors de pré-négociations à Genève.

Sans surprise, l’Inde a donc rejeté ce mercredi tout compromis :

« Je ne suis pas venu ici pour conclure un accord. Je suis venu ici pour protéger les intérêts des pauvres. Pour l'Inde, la sécurité alimentaire n'est pas négociable » a martelé le ministre indien Anand Sharma.

Cette position inflexible fait vaciller les fondations même de l'OMC.

Le cycle de Doha, démarré fin 2011, visait (le passé semble dorénavant plus approprié) à relancer les négociations sur la libéralisation des échanges mondiaux et la réduction des barrières aux frontières afin de doper l'économie mondiale. L’un de ses objectifs fondamentaux consistait à améliorer les perspectives commerciales des pays les moins développés.

Tous les secteurs visés par les négociations de Doha font partie d'un ensemble indivisible et aucun ne peut faire l'objet d'un accord distinct, selon le principe « OMCien » que « rien n'est convenu tant que tout n'est pas convenu ».

L’échec  annoncé de « la ministérielle » de Bali portant pourtant sur moins de 10% des ambitions affichées à Doha (l'agriculture) cèle donc l’échec total de 12 ans de négociations internationales (au fait : combien ça coûte ?) et remet sérieusement en cause la crédibilité de l’OMC.

Tout cela donne du grain à moudre à ceux qui avancent que nous sommes bel et bien arrivé à la fin du cycle de mondialisation/libre échange initié en 1962 par le « Kennedy round ».

L’OMC atteindra-t-elle ses 20 ans dans un état autre que végétatif ? Peu de chance…

Arnaud de Lamberticourt

Pour plus d’information, le site de l’OMC : http://www.wto.org/indexfr.htm

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement