Deux missiles fantômes en Méditerranée

07h16 heure de Paris. 10h16 à Moscou. Nous sommes sur la base militaire russe d’Armavir, à quelques centaines de kilomètres de la Mer Noire, dans le Nord-Caucase. Les militaires perçoivent sur leurs radars la présence de deux missiles balistiques provenant du centre de la mer méditerranée qui croisent vers la côte est. Le commandement de la base appelle le Kremlin où le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou prévient immédiatement le président Vladimir Poutine.

De son côté, la Syrie affirme que les deux mystérieux missiles se sont écrasés en mer. Tel-Aviv affirme ne pas être au courant (il suffirait pourtant au Mossad d’effectuer une simple recherche google).

Vous vous croyez dans une fiction de série B ? Non, c’est la réalité de cette matinée du 3 septembre 2013. Peut-être qu’en lisant ces lignes vous apprendrez par un « braiquingue niouze » que des missiles n’ont pas remué les poissons mais ont rasé Damas. Que Barack Obama aurait jugé inutile d’attendre le feu vert du congrès. La Russie entre en guerre aux côtés de la Syrie, Israël attaque l’Iran, pour un engrenage infernal…

Et la France dans tout ça ? La France, elle, joue aux dés…

Julien Ferréol

Plan du site

 

Civilisation

|- Histoire
|- Littérature / cinéma
|- Société

 

Tribunes & éditos

|- Editoriaux
|- Tribunes

 

Qui sommes-nous ?

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 28 mars 2018
« Blocage de Montpellier »

Aucun événement