La Roumanie fête les 95 ans de son roi du 20 au 28 octobre 2016

Trois " vétérans " des Maisons royales fêtent en 2016 leur 95ème anniversaire, le grand-duc Jean du Luxembourg, le prince Pilipp d'Edimbourg, et le 25 octobre prochain c'est l'ancien souverain de Roumanie, le Roi Michel 1er qui soufflera ses bougies. A cette grande occasion, plusieurs événements anniversaires auront lieu à Bucarest et Sinaia (dans les Carpates méridionales), du 20 au 28 octobre, a communiqué la Maison royale.

Radio Roumanie présentera une audition publique en avant-première d'une pièce de théâtre radiophonique écrite en 1960 par le roi Michel et son épouse Anne, décédée cet été. La Maison royale a également prévu des expositions de photographies, des lancements de livres ou encore un concert de gala. Le roi Michel, qui est gravement malade, se trouve actuellement à sa résidence privée de Suisse.

Forcé, en 1947, par le régime communiste, installé après la fin de la deuxième guerre mondiale, à abdiquer et à s'exiler en Occident. L'ancien souverain a pu revenir en Roumanie seulement après la chute du communisme en 1989. Rentré en Roumanie, en 2011 il fit un discours mémorable pour ses 90 ans, devant les membres du Parlement roumain qui l'ont acclamé par une standing ovation. Lui, qui, avait dit un jour : " Les rois ont fait la Roumanie moderne en cent quarante ans - les communistes ont tout détruit en quarante ans."

Voici un extrait de ce discours montrant chez le Roi Michel 1er son attachement à la fonction et à la Roumanie : "  ...Je ne peux m'adresser à la nation, sans parler de la famille royale et de son importance dans la vie de la nation. La couronne royale n'est pas un symbole du passé, mais une réalisation unique de notre indépendance, de notre souveraineté et de notre unité. La couronne est un reflet de l'Etat dans sa continuité historique et de la nation dans son évolution. La couronne a consolidé la Roumanie grâce à la loyauté, au courage, au respect, à la probité et à la modestie dont elle a fait preuve......"

Le roi a terminé son discours sur les valeurs : " Il y a quatre-vingt-quatre ans que je suis roi et je peux dire sans hésitation à la nation roumaine : Après la liberté et la démocratie, des choses les plus importantes à tirer sont l'identité et la dignité. " de quoi faire réfléchir de nombreux pays.

Eric Muth

Commentaires  

#6 Louis SAINT MARTIN 02-11-2016 12:16
Les témoignages d'admiration qui apparaissent ici concernant le sens de l'Etat dont les Rois, tout naturellement, savent faire preuve m'amusent beaucoup.
Nos contemporains, abreuvés des "immortels principes républicains" sont condamnés par le système dont ils sont les victimes, à redécouvrir l'eau tiède.
La royauté est une institution naturelle comme le sont la paternité ou la maternité. Et il est donc tout aussi naturel à un roi d'être et de parler en roi, qu'à un père ou une mère à être et à parler comme tels sans qu'on le leur ait jamais appris. Je parle, bien sûr, dans une société chrétienne. Pour ce qui est de la nôtre qui érige un culte à l'immonde, le tordu, le transgressif et l'anormal, je serai beaucoup plus mesuré dans mes certitudes.
Dans une société telle que voulue par la nature (mot commode pour éviter celui de Dieu) a-t-on jamais élu son père et sa mère ? A-t-on même jamais élu son fils ou sa fille ? Tout au plus les a-t-on choisis en cas d'adoption (je parle d'adoption dans une société civilisée et non la nôtre profondément corrompue par ses "élites") et deviennent-il alors pleinement nos enfants avec tous les droits et les devoirs réciproques qu'entraîne ce statut, éclairé par l'amour, la confiance et la reconnaissance qui sont les sentiments naturels qui unissent les parents aux enfants et inversement.
C'est ce qui se passe pour un Roi. Il naît pour être protecteur et arbitre des libertés de ses sujets; pour leur permettre de grandir et de s'accomplir autant qu'il est en leur possibilité de le faire dans le respect du Bien Commun. Et tout est dit.
Le contraire de la démocratie où on feint de vous demander votre avis à tout bout de champ de manière soigneusement calculée pour mieux vous faire avaler les pires déjections qui n'ont plus rien à voir avec quelque ordre naturel que ce soit. Ni, bien sûr, avec votre intérêt réel propre (aux deux sens de cet adjectif).
Tout cela est si vrai qu'on retrouver l'autorité royale/paternel le dès qu'une situation particulière mettant en jeu les intérêts vitaux des personnes l'exige : a-t-on jamais élu le commandant d'un navire ou d'un avion, le général d'une armée, a-t-on jamais élu le médecin ou le chirurgien qui aura toute autorité pour maintenir votre corps en vie, a-t-on jamais élu un préfet, un professeur, une institutrice, un notaire, un juge ???
Dieu merci non....nous ne sommes pas (encore) une "démocratie populaire" où l'appartenance et la soumission au parti pallient toute forme de compétence ou de talents.

Certes toutes les fonctions que je viens d'énumérer ne sont pas acquises "naturellement" mais font l'objet d'une longue préparation intellectuelle (et morale dans le meilleur des cas) qui confèrent ensuite à l'intéressé une forme d'autorité sur les autres relativement à son champ de compétences.
C'est cette longue préparation qui justifie l'autorité de nos Rois. Sauf que cette autorité leur vient de siècles d'exercice et de formation et non de quelques années passées sur les bancs douteux d'une faculté ou d'une grande école. Je parle d'autorité - qui ne va jamais sans la notion complémentaire de responsabilité - et non d'arbitraire car l'autorité du Roi consiste à incarner les institutions multiples que la nation s'est donnée et qu'on peut résumer sous le nom de Constitutions du royaume, Lois fondamentales du royaume, libertés locales, professionnelle s, provinciales, etc.....le tout formant le grand corps de nos libertés concrètes et réelles en lieu et place d'une Liberté purement idéologique qui justifie tous les abus pour soit-disant la "défendre".
Mais cela ne suffirait pas à accepter l'autorité royale avec confiance et reconnaissance si, dans notre civilisation française, celle-ci n'était d'abord et avant tout instituée et validée par Dieu dont le Roi est le "sergent", "Lieutenant" du Christ.
Comme le pape est avant toute chose le Vicaire du Christ placé à la tête de Son Eglise (ce que notre actuel danseur de tango argentin a tendance à oublier semble-t-il) le Roi est le représentant de Dieu à la tête de la nation, comme le père à la tête (dans notre société d'invertis, ce serait plutôt la mère) de la famille et le commandant à la tête de son navire.
C'est tout cela qu'il faut avoir en tête quand on juge du comportement d'un Roi. Je dis bien d'un roi et non d'un monarque, car le roi ne gouverne jamais seul...même si c'est à lui et à lui seul que doit revenir le dernier mot, en son âme et conscience, quand tout le monde s'est exprimé. Mais n'est-ce pas ce qui se passe pour un juge sans que cela nous choque ?

Bref, il découle de cette longue réflexion que les Rois sont tout naturellement prévus par la divine providence pour régner et gouverner, avec leurs conseils et leurs assemblées, et qu'on ne doit donc jamais s'étonner de les entendre parler comme tels.
C'est le contraire qui serait affligeant.

Louis SAINT MARTIN
Citer
#5 THOMAS 31-10-2016 23:12
le roi Michel a abdiqué le 1er mars 2016 ?
Citer
#4 Meuse 30-10-2016 10:37
Vous devriez être un peu plus critiques sur le cas roumain. Voilà un pays où la monarchie est devenue légalement Institution d’intérêt national, sans être pour autant rétablie. Voilà une dynastie dans laquelle l'ordre de succession est à ce point incertain qu'il change tous les 5 ans, où les mâles sont exclus depuis Mircea (1919) jusqu'à Nicolas (2015);où les lois fondamentales, qui ne pouvaient être changées que dans le cadre de la Constitution, (qui est aussi ancienne que cette monarchie) sont modifiées sous la seule et prétendue autorité d'un roi sénile ;où des princes sans souveraineté décernent des titres d'opérette à un acteur de cinéma, qui se pare d'uniformes de fantaisie et de grades militaires ébouriffants. Une dynastie, enfin, qui n'a pas d’héritiers directs. Il m'en faudrait davantage pour me faire vibrer.
Citer
#3 Benoît Legendre 28-10-2016 01:56
Bonjour Léon Barbanzed,
Il n'y a rien de curieux au fait que les souverains sachent faire des discours d'hommes d'Etat... Ils ont ça dans le sang, dans l'esprit, dans leurs gènes ! Beaucoup d'entre eux naissent et grandissent dans l'idée qu'un prince est au service de la nation dont il a la charge !

Nos républicains eux, qui méprisent les peuples sur lesquels ils se gobergent, font l'inverse... parce qu'ils ne savent pas faire autre chose.

Vivent les rois !
Citer
#2 PELLIER Dominique 24-10-2016 07:59
En regardant les histoires de plusieurs pays, on note facilement que les rois ont plus donné à leur royaume que toutes les républiques qui se targuaient de donner la modernité là où elles s'installaient. Certains pays ont plus progressé sous une royauté que sous des régimes républicains et, je le redis, nos rois sont peut-être plus démocrates que ces politicouillard s qui sont actuellement à notre tête....
Citer
#1 BARBANZED Leon 23-10-2016 21:15
C'est curieux comme les Rois sachent faire des discours d'Homme d'Etat. On ne retrouve jamais quelque chose d'approchant dans les discours des gouvernants qui se disent républicains et qui ne sont en fait que des dictateurs à faux - nez et à barbe postiche.
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 16 juin 2017
« La République en marche ! »

Aucun événement