Invincibilité de l’armée américaine : réalité ou illusion ?

Depuis le milieu du XXème siècle, l’armée américaine affirme sa toute-puissance à travers le monde, jouant les gendarmes loin de ses frontières avec force de déploiements spectaculaires, de grands discours dont certains se sont révélés de la pure désinformation (vous avez dit « armes de destruction massive » ?) et d’imagerie héroïque hollywoodienne.

Seulement voilà… Sur les 50 dernières années, l’armée américaine ne s’est frottée qu’à des pays peu développés. De plus, on ne peut pas dire que ses interventions au Viet Nam, en Irak ou en Afghanistan ne se soient traduites par des victoires éclatantes œuvrant pour la paix et la stabilité du monde…

La situation géopolitique aujourd’hui engendrée par la crise de l’Ukraine est tout à fait différente : par sa volonté de rallier à l’atlantisme des pays pouvant être considérés à certains égards (historiques, géographiques, culturels…) comme faisant partie de la sphère d’influence de la Russie, Les Etats-Unis se retrouvent confrontés en direct à une armée puissante et moderne, en tout point égale à la sienne.

Tout d’abord commençons par nous poser la question suivante : comment, en tant qu’européen, devons apprécier le déploiement des forces américaines en Europe de l’est ?

  • Batteries de missiles anti-aériens en Pologne et en Tchéquie (un Cuba à l’envers !) : le peuple européen a-t-il été consulté, informé ?
  • Déploiement de la Navy en Mer Noire : ont-ils droit d’y être ? Quid de la convention de Montreux[1] ? La Turquie répond-elle à ses obligations dans le contrôle du détroit des Dardanelles ?

Réponse : Non, non et non…

Difficile pour les vulgum pecus que nous sommes de juger si tout ce qui se passe est dans l’intérêt de l’Europe tant il parait évident que nous subissons une remarquable non-information pour ne pas dire désinformation…

Je vous livre mon ressenti : c’est précisément parce que de toute évidence nous ne sommes pas informés qu’il y a tout lieu de s’inquiéter…

A présent, posons-nous la deuxième question : combien de temps un porte-avions US et sa flotte d’accompagnement pourraient-ils survivre dans une bataille contre une vraie armée (au hasard, les russes) ?

Retour dans les années 1970. L’amiral Rickover, le père de la marine nucléaire, dut précisément répondre, devant le Sénat, à cette question. Sa réponse a causé une vive désillusion :

« Deux ou trois jours avant qu’ils ne coulent, peut-être une semaine s’ils restent au port».

Quel serait la réponse aujourd’hui ? La même !

Plusieurs évènements récents viennent étayer cette réponse pouvant paraître de prime abord surréaliste.

Première alerte en octobre 2000 en mer du Japon: une paire d'avions de chasse russes a fait au moins trois passages à grande vitesse au-dessus du porte-avions américain USS Kitty Hawk qui mit plus d’une demi-heure pour faire enfin décoller 1 intercepteur (pour 85 avions à bord) !

Deuxième alerte en avril 2014 : en Mer Noire cette fois, le destroyer ultra-moderne USS Donald Cook a été paralysé par un seul avion SU-24 russe.

Le destroyer américain est équipé du système de combat Aegis le plus avancé, un des systèmes d’armes navales qui assurent la détection, le suivi et la destruction de plusieurs  cibles en même temps. L’USS Donald Cook est aussi équipé de quatre grands radars, dont la puissance est comparable à celle de plusieurs stations. Pour sa protection, il transporte plus de 50 missiles anti-aériens de divers types.

Le petit Sukhoi n’était pas armé, mais équipé avec le dernier appareil de la guerre électronique, appelé Khibiny.

Lorsque le SU-24 s’est approché du destroyer, tous les systèmes de radar et de contrôle, les transferts d’information, etc., de l’USS Donald Cook ont été soudainement paralysés par Khibiny. En d’autres termes, le système Aegis apparemment supérieur était complètement hors-service.

Par la suite, le SU-24 a simulé des attaques de missiles à basse altitude sur l’USS Donald Cook aveugle et sourd (imaginer le plaisir des deux pilotes russes !).

Après cet incident, l’USS Donald Cook a choisi de rentrer immédiatement et à pleine vitesse vers son port d’attache en Roumanie, où 27 membres de l’équipage, en état de choc, ont démissionné du service actif.

Troisième alerte et cette fois cocorico : en mars 2015, le sous-marin d’attaque français « Saphir » participe au large des côtes de la Floride à un exercice avec un groupe aéronaval de la Navy.

Après avoir brillamment joué le rôle de l’allié en protégeant la belle flotte américaine, notre fier équipage de 70 hommes reçoit la mission de prendre le rôle du méchant.

« Le Saphir s'est glissé discrètement au cœur de l'écran formé par les frégates américaines protégeant le porte-avions, tout en évitant la contre-détection des moyens aériens omniprésents » explique la Marine. Lorsque l'ordre d'ouvrir le feu a été donné, le SNA[2] était en position idéale pour envoyer par le fond non seulement l'USS Theodore Roosevelt (qui a pris depuis la relève d'un autre porte-avions dans le golfe Arabo Persique afin de combattre Daech) mais aussi une bonne partie de la flotte l’accompagnant !!

Rappelons que le Saphir a été mis à l’eau en 1984 : pas mal pour un vétéran de plus de 30 ans d’âge. Alors imaginez ce qu’il en serait avec un sous-marin russe dernière génération !!...

Quatrième alerte : Su-24 Khibiny versus AEGIS acte 2 ! Toujours en Mer Noire, le 30 mai 2015, a eu lieu un premier « incident » entre une frégate lance-missiles équipée du système de défense aérienne AEGIS, le USS Ross et « des » (nombre non précisé) Su-24 russes.

Les avions venaient d’une base côtière pour effectuer une démonstration d’interdiction, parce que le commandement russe estimait que le USS Ross suivait un cap qui allait le faire pénétrer dans les eaux territoriales russes. (Deux « incidents » impliquant les mêmes types d’avion russe et le même navire, cette fois accompagné d’un navire de guerre ukrainien, ont eu lieu le 31 mai et le 1er juin.) Les Russes ont affirmé qu'ils avaient forcé la frégate à changer de route, l'US Navy a affirmé qu'il n'en fut rien simplement parce que le USS Ross ne fonçait pas du tout vers les côtes russes…

Ces deux incidents à un an d’intervalle ont donné lieu à des déclarations officielles de la part des américains dont l’abondance (allant même jusqu’à diffuser les images des passages des SU-24 en mai-juin 2015[3]) en dit long sur la volonté d’en minimiser l’importance…

Tout cela pour dire ce qui est malheureusement une évidence. Notre civilisation occidentale et plus particulièrement européenne, durement éprouvée par des siècles de guerre, se berce de l’illusion qu’il est possible de gagner une guerre du seul fait de sa supériorité technique et technologique et ce sans perdre une âme. Le symbole de cette illusion est le développement des drones…

Lorsque l’ennemi est prétendument faible et donc menant une guerre asymétrique, comme aujourd’hui Daech, seules des troupes au sol, bien sûr avec l’appui des technologies, peuvent en venir à bout. Mais alors il faut en accepter le coût humain. Les politiques qui nous gouvernent, tout à leur réélection, sont incapables de prendre une telle si terrible décision. Peut-on leur en vouloir ?

Lorsque l’ennemi est « symétrique », il ne peut y avoir de vainqueur : les technologies se neutralisent d’autant plus facilement qu’elles sont sophistiquées.

Il est temps que les Russes et les Américains arrêtent de jouer au chat et à la souris à notre porte…

…et que les européens clament enfin à l’unisson une troisième voie posant l’équilibre qu’elle souhaite pour demain.

Arnaud de Lamberticourt


[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Convention_de_Montreux Selon la Convention de Montreux, les navires de guerre des États qui ne sont pas riverains de la mer Noire sont autorisés à rester dans celle-ci pour un maximum de 21 jours et pour un tonnage maximum de 30 000 tonnes (un seul porte-avions, c’est déjà 100 000 tonnes !)… La question se pose pour le conflit avec l’Ukraine comme elle s’était déjà posée pour le conflit avec la Géorgie. 

[2] SNA : Sous-marin Nucléaire d’Attaque

Commentaires  

#3 Neutrino 17-06-2016 11:52
Citation en provenance du commentaire précédent de Benoît Legendre :
Les forces armées américaines restent les meilleures au monde sur les chapitres de l'équipement et de la logistique... Avec une propension à gaspiller (pour nos esprits français) d'une façon phénoménale ! Au cours d'exercices interarmées en Suisse, mes camarades réservistes m'ont affirmé que d'être placé derrière une équipe US pendant une marche était la garantie de récupérer sur la route une quantité ahurissante d'équipements et même d'éléments de tenues de combat !
Je sais également que nos légionnaires, nos commandos Marine et nos paras peuvent mettre "dans le vent" n'importe quelle unité US, excepté peut-être leurs fameux "Navy seals"...
Je n'oublie pas, pour conclure, le sacrifice de milliers de boys qui sont morts souvent ayant à peine 20 ans, lors des combats de 1917-1918 et surtout les combats de la libération en 1944-1945. La visite respectueuse d'un cimetière militaire américain en Normandie est pour moi un devoir de mémoire.
Vive le roi !


Seconde guerre mondiale 27 Millions de morts pour la Russie, 400 000 pour les USA (en comptabilisant les morts en Afrique), il n'y a pas photo c'était la Russie et l'Europe de visées dans ce conflit et les USA ont gagné le jackpot sur la mort de millions d'humains.
Citer
#2 Benoît Legendre 30-09-2015 22:25
Les forces armées américaines restent les meilleures au monde sur les chapitres de l'équipement et de la logistique... Avec une propension à gaspiller (pour nos esprits français) d'une façon phénoménale ! Au cours d'exercices interarmées en Suisse, mes camarades réservistes m'ont affirmé que d'être placé derrière une équipe US pendant une marche était la garantie de récupérer sur la route une quantité ahurissante d'équipements et même d'éléments de tenues de combat !
Je sais également que nos légionnaires, nos commandos Marine et nos paras peuvent mettre "dans le vent" n'importe quelle unité US, excepté peut-être leurs fameux "Navy seals"...
Je n'oublie pas, pour conclure, le sacrifice de milliers de boys qui sont morts souvent ayant à peine 20 ans, lors des combats de 1917-1918 et surtout les combats de la libération en 1944-1945. La visite respectueuse d'un cimetière militaire américain en Normandie est pour moi un devoir de mémoire.
Vive le roi !
Citer
#1 PELLIER Dominique 29-09-2015 08:22
Toutes les armés du monde ont leurs faiblesses et les Etats-Unis, qui continuent à se poser comme les gendarmes du monde, toujours meillerus que les autres... Les exemples que vous fournissez prouvent bien qu'elle n'est pas si parfaite, l'Amérique !!!!
Citer

Ajouter un Commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Caricature du 13 septembre 2017
« C'est pas moi, c'est lui, m'sieur ! »

Aucun événement